Racisme

Déferlement de haine anti-Roms dans la banlieue de Lille

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Une foule en colère, contre un village d’insertion pour cinq familles roms. A Hellemmes (18 000 habitants), dans la banlieue de Lille, environ 200 personnes ont manifesté leur opposition à ce projet, samedi 27 octobre. Après avoir défilé devant le chantier du village, le cortège est parti à la recherche du maire, Frédéric Marchand (PS). Les manifestants l’ont alors violemment pris à partie, lui suggérant d’accueillir les Roms dans son jardin et surtout d’aider les « vrais Hellemmois ». « Je n’ai même plus de mots tellement je suis surpris et choqué par un tel déferlement de haine », décrit le maire. « J’ai failli me faire lapider ». Alors qu’il souhaitait s’éloigner de la foule, les manifestants lui ont barré la route, certains leaders appelant à le « bloquer ». Il n’est pas « Hellemmois d’origine », lui reproche l’un d’entre eux.

« Il y a eu certains crachats dans la foule et même quelques coups de pieds.
(...) Tout en l’insultant, des membres du cortège ont même tenté de poursuivre le maire lorsqu’il s’est échappé par une porte »
, décrit le journal Nord Eclair. Les pères des familles Roms étaient prêts à discuter, explique l’élu. « Je leur ai dit : "N’y allez pas, vous allez vous faire lyncher" »

Voir la vidéo publiée par Nord Éclair :


Le 22 octobre, des manifestants avait bloqué le chantier de ce village d’insertion. Quelques jours plus tard, une réunion publique d’information a failli dégénerer en affrontements physiques. Il y a dix jours, quatre familles roms ont été expulsées de logements vacants qu’elles occupaient à Roubaix.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos