Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Zone à défendre

Les forces de l’ordre évacuent des opposants à un méga-transformateur électrique

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les occupants de la « commune libre de l’Amassada », dans l’Aveyron, dénoncent depuis quatre ans une course à la surproduction d’électricité.

La gendarmerie a débuté ce matin, vers 6h, une « opération d’expulsion » des occupants des terrains de Saint-Victor-et-Malvieu en Aveyron. Depuis 2015, la commune libre de l’Amassada – « l’assemblée » en occitan, nom donné par les occupants à leur « zone à défendre » locale – s’est élevée sur des prés d’élevage de brebis. Objectif : s’opposer à un transformateur électrique érigé sur une parcelle de cinq hectares, qui ressemblera à celui en photo ci-dessous.

RTE, filiale d’EDF, à l’initiative de ce projet, fait valoir la saturation du réseau électrique actuel. Celui-ci ne serait « pas dimensionné pour transporter la production croissante d’énergies renouvelables du nord de l’Occitanie vers les centres de consommation urbains », explique RTE à Mediapart, notamment lors des pics de production d’électricité, et ferait peser un risque de black-out sur les trois départements de l’Aveyron, du Tarn et de l’Hérault.

C’est un transformateur de ce type qui sera bâti à Saint-Victor-et-Malvieu, en Aveyron (photo : EDF)

Les occupants de l’Amassada bénéficient de l’appui de la Confédération paysanne de l’Aveyron. « Notre opposition se veut d’abord un soutien au paysan dont les terres agricoles vont être détruites, ainsi qu’aux habitantes et habitants de Saint Victor-et-Melvieu qui subissent déjà un impact d’ondes électromagnétiques important », précise Francis Sabrié, membre du syndicat paysan. Cette commune de 400 habitants, opposée au projet, est traversée par une ligne à haute tension et supporte déjà un transformateur de 200 000 volts avec 14 départs de ligne. « Le rajout d’un méga transformateur de 400 000 volts entraînerait une atteinte majeure à la santé publique. Le lieu d’implantation ne va pas, on ne peut pas sacrifier une population. »

« On est aussi en surproduction électrique en Aveyron », poursuit Francis Sabrié. « On va produire de l’électricité pour exporter. C’est comme en agriculture : il ne faut pas se lancer dans une production ayant une vocation exportatrice obligatoire mais mieux répartir la production de renouvelables partout, plutôt que de concentrer la production d’énergie sur des micro-territoires. » Si la Confédération paysanne aveyronnaise est favorable aux renouvelables, elle aspire à ce que les projets soient partagés et discutés avec la population locale.

Je lis, j’aime, je m’abonne

Pour avoir accès à une information qui a du sens, restez connectés avec Basta !

Abonnez-vous à notre newsletter

« De plus en plus d’énergie produite dans le pays sans que l’on ferme de centrale nucléaire »

Ces dernières semaines, la lutte contre ce méga-transformateur a rejoint celle menée contre Solarzac, un projet de 300 hectares de photovoltaïque sur des causses dans le département voisin de l’Hérault dont l’électricité sera acheminée via... Saint-Victor-et-Melvieu. « C’est un élément supplémentaire dans notre combat alors que l’on observe qu’il y a de plus en plus d’énergie produite dans le pays sans que l’on ferme de centrale nucléaire, note Francis Sabrié. Il faut arriver à réduire la consommation d’énergie sinon on va toujours être en train de courir derrière la production ! »

Le projet de méga transformateur est déjà très avancé. La déclaration d’utilité publique a été signée en juin 2018. Comme dans le cas de l’opposition à l’extension du camp militaire du Larzac, le propriétaire a vendu une partie de son terrain à une multitude de personnes en vue de freiner la construction, mais ces dernières ont été expropriées. RTE est désormais officiellement propriétaire de la parcelle. Avec l’expulsion des occupants ce 8 octobre par les forces de l’ordre, la filiale d’EDF vise un début rapide des travaux.

[Mise à jour le 8 octobre à 18h] Un appel à reprendre la zone vient d’être lancé.

Sophie Chapelle

Photo de une : © douze.noblogs.org

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos