Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Mouvement social

« Fatigués d’être méprisés » au détriment de la sécurité, les sous-traitants du nucléaire se mobilisent

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Ils sont décontamineurs ou « jumpers » : en un « saut » au cœur des installations nucléaires, ils peuvent absorber de fortes doses de radioactivité. Indispensables au bon fonctionnement des centrales, ces milliers de sous-traitants de l’atome se sentent méprisés, mis en danger et s’interrogent sur les conséquences des logiques de rendement à outrance sur la sûreté nucléaire. Ils se mobilisent ce 18 septembre pour revendiquer la reconnaissance et un statut. Témoignages.

Tony Doré, plombier de métier, a débarqué « par hasard » dans le secteur du nucléaire « pour un dépannage ». C’était au début des années 1990, dans la centrale de Cattenom en Lorraine. Depuis, il a roulé sa bosse dans de nombreux métiers, et dans une quinzaine d’entreprises différentes. Mécanicien, robinetier, outilleur, décontamineur... Tony Doré a aussi été un temps « jumper », chargé de se faufiler rapidement dans le générateur de vapeur des centrales au moment des arrêts de tranche pour en boucher les tuyaux, ce qui permet de faire des tests pour en éprouver la robustesse [1].

Le terme jumper, « sauteur », vient du fait que l’opération ne doit pas durer plus d’une minute et demie, tant la radioactivité est forte à cet endroit. En un « saut » au sein des générateurs de vapeur, les jumpers peuvent absorber un cinquième de la dose annuelle autorisée (soit 4 milisieverts, mSV, l’unité qui mesure l’impact des rayonnement sur l’être humain). Quand il nettoyait les piscines où est placé le combustible quand la centrale tourne, Tony Doré devait aussi limiter la durée de ses interventions.

« Sans nous, les centrales ne pourraient pas fonctionner »

Après 30 ans à des postes très exposés, Tony Doré est payé 1750 euros par mois. Délégué syndical FO, membre du comité social et économique (CSE) de l’entreprise de maintenance Samsic, il fait partie de ceux qui ont répondu à l’appel du syndicat minoritaire Sud énergie, qui a invité les sous-traitants à une journée de mobilisation nationale ce mercredi 18 septembre [2]. « Nous sommes fatigués d’être méprisés, invisibles, alors que sans nous, les centrales ne pourraient pas fonctionner. Les prestataires font plus de boulot que les agents d’EDF, dont la plupart sont désormais chargé de la surveillance », décrit Tony Doré.

Ils sont plusieurs dizaines de milliers à intervenir au quotidien sur les sites nucléaires, réalisant 80 % des activités de maintenance. Chimie de l’uranium (qui permet d’extraire l’uranium 235), gestion des déchets, démantèlement : une partie d’entre-eux travaille pour Orano (ex-Areva), le Commissariat à l’énergie atomique et l’Andra, l’agence qui gère les déchets radioactifs. Ils sont 40 000 à intervenir sur les centrales nucléaires. Soit de manière permanente pour assurer le nettoyage, la radioprotection, le montage d’échafaudages, le magasinage, la blanchisserie... Soit de manière itinérante, voyageant de site en site au rythme des « arrêts de tranche », au cours desquels les barres de combustibles sont partiellement renouvelées.

Les sous-traitants sont aussi très mobilisés sur le programme de « grand carénage », un chantier titanesque lancé en 2014. Évalué à plusieurs dizaines de milliards d’euros, il prévoit de renouveler le matériel des centrales en vue d’allonger leur durée de vie.

Multiplication officieuse des niveaux de sous-traitance

« EDF ne peut plus se passer de nous, puisque les compétences de ses agents ne cessent de se dégrader, détaille Gilles Raynaud, président de l’association Ma zone contrôlée, qui réunit des sous-traitants du nucléaire. Sauf que sa situation économique est catastrophique, de même que celle des autres exploitants du secteur, Areva en tête. Ils font donc faire le boulot aux prestataires à des coûts toujours plus bas. Et c’est de pire en pire à mesure que l’on descend dans les niveaux de sous-traitance. L’entreprise qui emporte le marché sous-traite à d’autres entreprises, auxquelles elle demande à son tour de casser les prix pour réaliser sa marge. C’est une véritable politique du moins disant. »

Officiellement, seuls deux niveaux de sous-traitance sont autorisés dans le nucléaire. Mais si les directions d’EDF ou Orano répètent que la situation est, de ce point de vue, « bien maîtrisée », la réalité contredit leur optimisme [3]. Des astuces existent en effet pour tricher avec les non-dits de la loi de transition énergétique, censée encadrer les niveaux de sous-traitance.

EDF, par exemple, a pour habitude de mettre en place des « groupements momentanés d’entreprises solidaires » (GMES), qu’elle considère comme un niveau de sous-traitance unique. En réalité, il existe toujours une entreprise « pilote », qui dirige elle-même d’autres entreprises. On passe alors à trois niveaux de sous-traitance, au minimum...

Sur le chantier de Paluel, 70 sous-traitants et un accident grave

Exemple : l’opération de changement, en 2016, du générateur de vapeur usagé de la centrale de Paluel, en Normandie. Emmené par Areva Nuclear Power et trois autres entreprises, le groupement d’entreprises a employé environ 70 sous-traitants ! Comme nous le révélions sur Bastamag, ce recours massif à la sous-traitance a été identifié comme l’une des causes principales des dysfonctionnements qui ont abouti à la chute du générateur de vapeur, un accident inédit dans le parc nucléaire français, et extrêmement grave : la pièce est aussi longue que deux autobus, et pèse environ 450 tonnes.

Évoquant la profusion d’acteurs ayant gravité autour du chantier, un salarié de la centrale constatait une situation « tellement compliqué[e] que l’on ne savait plus qui faisait quoi ». Un tel désordre laisse songeur quand on parle de l’organisation du travail à l’intérieur d’un site industriel d’une telle dangerosité.

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

« On court, on court, on court. Tout cela n’est pas bon pour la sûreté nucléaire »

Mais les sous-traitants sont – hélas – habitués au désordre de leurs donneurs d’ordre comme de leurs employeurs. « La désorganisation est telle à EDF que cela retombe sur nous, décrit Yvon Laurent, délégué syndical CGT chez Endel (groupe Engie) à la centrale nucléaire de Civeaux, et également membre de l’association Ma zone contrôlée. Par exemple, on doit faire un chantier du lundi au jeudi. Mais quand on arrive, rien n’est prêt. Il manque de la documentation, du matériel, des gars... On commence donc le mercredi. Mais il faut quand même finir le travail jeudi soir ! On court, on court, on court. Ce qui entraîne des accident du travail. Et tout cela n’est pas bon pour la sûreté nucléaire. »

« Avant, on ne faisait pas n’importe quoi. Si on ne savait pas faire, on demandait. Aujourd’hui, on s’assure que personne ne regarde, et on se casse. »

En dénonçant leurs mauvaises conditions de travail, ces sous-traitants souhaitent alerter sur les dangers qu’une gestion « purement économique » fait courir aux installations nucléaires. « Avant, on ne faisait pas n’importe quoi, se remémore Gilles Raynaud. Si on ne savait pas faire, on demandait. Aujourd’hui, on s’assure que personne ne regarde, et on se casse. Le travail est individualisé, en cas de retard il y a des pénalités à la clé pour la boîte, et on nous en fera le reproche. C’est très malsain comme ambiance. »

« Il arrive très souvent qu’ils choisissent une entreprise qui n’a aucune compétence dans le nucléaire, alerte Yvon Laurent. Ma boîte, Endel, gérait la logistique depuis vingt ans à la centrale de Graveline, près de Dunkerque. Nous avons perdu le marché il y a un mois et demi, et l’entreprise qui l’a remporté n’a aucune expérience dans le nucléaire. »

« Leur projet, poursuit Yvon Laurent, c’est de sous-traiter les trois quarts des activités à une entreprise de nettoyage, qui reprendrait derrière les 170 salariés d’Endel. Sauf que ces derniers ne sont pas d’accord, parce qu’ils perdraient les avantages acquis au fil des luttes syndicales, et liés à la convention collective de la métallurgie, qui régissait jusqu’alors leur activité. » En attendant qu’un accord soit - peut-être - trouvé, l’entreprise n’a pas les ressources nécessaires pour assurer la logistique.

« On ne parle plus technique, ni industrie, encore moins santé des salariés »

« Normalement, dans le cadre de la reprise d’un marché par une entreprise, il ne peut y avoir de dégradation des conditions de travail pour les salariés », précise Gilles Reynaud. La consigne est précisée dans un « cahier des charges sociales » adopté peu après la catastrophe de Fukushima, et intégré aux appels d’offre des exploitants du nucléaire. Mais dans les faits, ce principe n’est pas respecté non plus. Les salariés qui assuraient la logistique à la centrale du Tricastin ont par exemple perdu entre 300 et 500 euros de revenus lorsque leur entreprise, affiliée à la convention collective de la métallurgie, a perdu son marché au profit d’une société travaillant sous la convention collective des bureaux d’études techniques et de l’ingénierie, beaucoup moins avantageuse – en particulier pour les heures travaillées le week-end.

Selon le « cahier des charges sociales », il est par ailleurs interdit de choisir une entreprise si elle maltraite, d’une quelconque manière, ses salariés, par exemple en sous-déclarant les accidents du travail. « Les politiques se lissent la conscience avec ce cahier des charges, lâche Gilles Raynaud. Dans la mesure où l’exploitant regarde le taux d’accidents du travail pour sélectionner une entreprise, il est évidemment tentant de ne pas les déclarer... Et c’est ce qui se produit. Les salariés sont donc sous pression. »

On leur conseille, par exemple, d’aller voir leur médecin de ville plutôt que les services de santé au travail, et de prendre quelques jours de congés au lieu de prendre un arrêt. « Nous dénonçons ces pratiques, mais les patrons nous répondent : "Si on vous écoute, nous allons perdre le business", raconte Gilles Raynaud. Nos rapports sont devenus purement économiques. On ne parle plus technique, ni industrie, encore moins santé des salariés. »

Un statut unique pour protéger les salariés et sécuriser les opérations

Au cours de l’été 2015, des salariés de la Comurhex (alors filiale d’Areva) ont travaillé par des températures de plus de 70°C. Ils se trouvaient à proximité de fours au sein desquels est extrait l’uranium 235 utilisé dans les centrales. « Il est interdit de travailler au-dessus de 50 degrés. Mais lorsque le responsable d’Areva est passé vérifier les conditions de travail, celui de la Comurhex a fait changer le capteur de température pour cacher la réalité », décrivent des salariés [4]. Vêtus de sur-tenues très encombrantes pour se protéger des rayonnements ionisants et des produits chimiques abondamment utilisés pour extraire l’uranium, les salariés sont mis à très rude épreuve. « Ils perdent trois litre d’eau en 15 minutes », résume un collègue.

« S’il y avait un véritable statut pour ces travailleurs, avec une convention collective commune, ils seraient mieux protégés », propose Tony Doré. Les députés qui ont mené une enquête en 2018 sur la sûreté et la sécurité dans les installations nucléaires se sont clairement prononcés en faveur de cette option : « Il semblerait pertinent de placer tous les salariés du nucléaire, et notamment les sous-traitants d’EDF, du CEA ou d’Orano à qui seront confiées les opérations du grand carénage puis de démantèlement, sous un statut unique. »

« Une personne qui vient au boulot en se sentant reconnue et compétente ne travaille pas de la même manière »

Pour les salariés qui appellent à la mobilisation ce 18 septembre, un tel statut « permettrait à l’exploitant de choisir l’entreprise sous-traitante qui apporterait la meilleure plus-value technique sur le conditionnement de déchets, sur une technique de décontamination, etc. » Entendus par les députés en 2018, les représentants des grandes centrales syndicales - CGT, CFE-CGC, FO, CFDT - se sont toutes prononcées en faveur du statut unique. Mais sur le terrain, leur mobilisation aux côtés des sous-traitants est inégale. « La journée de mercredi sera un bon test pour savoir qui nous soutient vraiment, glisse Gilles Raynaud. Beaucoup de salariés non syndiqués ont annoncé qu’ils se mobiliseraient. Pour certains, ce sera leur premier mouvement social. »

« Pour ceux qui bossent sur les centrales nucléaires toute l’année, on demande qu’ils bénéficient du statut réservé aux travailleurs des entreprises électriques et gazières, ajoute Gilles Raynaud. Pourquoi ne bénéficieraient-ils pas des mêmes conditions que leurs collègues EDF avec qui ils travaillent tous les jours et qui souvent connaissent moins bien le boulot qu’eux ? »

Parmi les avantages de ce statut : la possibilité de partir plus tôt à la retraite. « Avoir un statut, c’est être reconnu, estime Tony Doré. Et la reconnaissance, c’est important. Une personne qui vient au boulot en se sentant reconnue et compétente ne travaille pas de la même manière. Ses gestes sont plus professionnels. » « Si l’on s’obstine à vouloir retenir le moins-disant, la prochaine étape pourrait se traduire par le recours aux travailleurs détachés, alertent les salariés sous-traitants. À moins qu’on nous demande de travailler gratuitement. »

Nolwenn Weiler

- Photo : Yohann Legrand (CC BY-SA 2.0)

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos