ça bouge ! Epreuves du Bac

Face au déni du gouvernement, des enseignants documentent la réalité des blocages contre le « bac Blanquer »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les lycéens et enseignants mobilisés contre les « E3C » sont aussi ciblés par des sanctions et des interventions policières disproportionnées. Le mouvement commence à s’étendre aux universités, sur fond de guérilla sociale contre la réforme des retraites.

Les nouvelles épreuves du baccalauréat, baptisées « E3C » (pour épreuves communes de contrôle continu, s’étalent de mi-janvier à mars [1]). La controverse enfle sur l’ampleur du mouvement de contestation des modalités de mises en œuvre de ce nouveau bac, dans un contexte de guérilla sociale contre la réforme des retraites.

Combien de lycées sont réellement concernés par des perturbations et des blocages ? « Dans la grande majorité des lycées, les épreuves se passent normalement », assure le 3 février le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. Le 20 janvier par exemple, 400 lycées devaient passer des épreuves. Selon le ministère, seule une quarantaine aurait été bloquée. Le syndicat enseignant Snes-FSU en a recensé près de 40 % ce même jour. Des chiffres qui recoupent ceux du syndicat des proviseurs qui a lui aussi annoncé des perturbations dans plus de quatre lycées sur dix.

Face à la communication gouvernementale, une carte interactive recensant tous les lycées mobilisés a été mise en ligne. Elle est animée par six enseignants, qui recueillent les informations envoyées par leurs collègues via un formulaire en ligne (lire à ce sujet cet article de Rapports de force). Avant toute actualisation, ils recoupent ces informations avec les articles publiés dans la presse quotidienne régionale.

D’après leur dernier décompte, au 2 février, des annulations et reports d’épreuves ont eu lieu dans 170 lycées (voir le détail ici). Ils recensent également 56 lycées dans lesquels une partie seulement des élèves ont participé aux épreuves, ainsi que des perturbations dans 148 établissements où les épreuves n’ont cependant pas été reportées. Les départements de Martinique et de Guadeloupe sont particulièrement mobilisés (lire à ce sujet ce témoignage : « La majorité des établissements scolaires de Guadeloupe sont bloqués mais les médias en parlent peu »).

Menaces de zéro et d’exclusion

Une seconde carte concernant la répression des mouvements au sein de l’Éducation nationale a été mise en ligne. Les professeurs et élèves mobilisés sont invités à y préciser les sanctions et menaces dont ils ont fait l’objet, et les éventuelles violences policières (voir le formulaire en ligne).

La menace d’un zéro plane sur tout élève ne s’étant pas présenté aux épreuves, sans motif absence « justifiée ». Certains lycées offrent une possibilité de rattrapage, d’autres non comme à La Rochelle. A Oullins, près de Lyon, le 29 janvier, « environ 70 élèves de séries technologiques ont refusé de composer pour les E3C de mathématiques, le proviseur a décidé de ne pas faire de session de rattrapage et de leur mettre zéro. En outre, deux élèves ont été désignées de façon sommaire comme les "meneuses" et sont convoquées en conseil de discipline, elles risquent un renvoi définitif ». A Auch (Gers), « les élèves internes qui sont allés manifester ont été exclus de l’internat le soir même, parfois sans que leurs parents en soient notifiés. Suite à ça, l’intersyndicale a manifesté en envahissant la cour de ce lycée et maintenant la situation est réglée ».

Interventions policières et gardes à vue

A Bordeaux, le proviseur du lycée Montesquieu a fait cadenasser ses grilles le 28 janvier derrière les élèves de première, venus passer des épreuves du nouveau bac, comme le raconte Rue89 Bordeaux. Une fois les candidats dans la cour, la direction leur annonce qu’ils passeront trois épreuves le même jour, afin de rattraper les épreuves de la veille, annulées en raison de la mobilisation. Afin d’éviter que les élèves n’enclenchent l’alarme incendie pour s’opposer à ce passage d’épreuves forcé, celles-ci ont été désactivées par le personnel. En réponse, les professeurs, eux aussi mobilisés contre la réforme du bac, ont refusé de surveiller les épreuves.

La carte recense également les interventions de police ou de gendarmerie aux abords voire à l’intérieur des lycées, comme à Lyon 2, Paris 13, Rennes ou Jaunay (Vienne). À Paris, dans le 20ème arrondissement, quatre lycéens ont subi 30h en garde à vue suite à un feu de poubelle devant leur établissement. Six élèves du lycée Gustave-Eiffel de Gagny (Seine-Saint-Denis) ont été interpellés le 1er février alors qu’ils érigeaient un mur en parpaings devant les grilles. Après une matinée en garde à vue, ils ont été libérés et feront l’objet d’une réparation pénale pour entrave à la circulation, dégradations et recel de vol de parpaing.

Le 5 février au matin, selon les images diffusées par un lycéen rennais, la police a de nouveau fait usage de la force face à une tentative de blocage du Lycée Victor et Hélène Basch (VHB) de Rennes, avant de se positionner autour et à l’intérieur du Lycée. Une telle présence des forces de l’ordre au sein des établissement, afin d’empêcher l’action des élèves – souvent soutenus par des enseignants et des parents – a été observée à plusieurs endroits, comme au lycée Aristide Bergues, à Seyssinet (Isère) le 27 janvier. De nombreux policiers en tenue de maintien de l’ordre, équipés d’un « lanceur de balle de défense » (LBD) y ont fait une entrée remarquée.

Des lycéennes et lycéens, de différentes régions, mobilisés contre les réformes du bac et des retraites appellent à la tenue d’une première coordination lycéenne nationale les 8 et 9 février prochain. Le 6 février, des blocages ont commencé à être organisés par des étudiants parisiens, dans les universités de Tolbiac et Saint-Denis.

- Pour suivre les mobilisations contre les E3C : www.facebook.com/StopBacBlanquerStopE3C et https://twitter.com/ReformeE3C

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos