ça bouge ! Droit au logement

Coronavirus : « Pourquoi demander à la population de rester à la maison si on met à la rue les personnes vulnérables »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les expulsions de logement et les coupures d’énergie reprendront ce 1er avril pour les personnes qui ont des difficultés à payer leurs échéances. Alors que la crise sanitaire liée au Covid-19 s’intensifie, l’association Droit au logement demande des mesures d’urgence au gouvernement, qui vient d’en prendre pour les entreprises. Des mobilisations sont prévues le 28 mars. Voici leur appel.

Mise à jour : lors de son allocution le 12 mars, Emmanuel Macron a annoncé un report de la fin de la trêve hivernale de deux mois, soit du 1er avril au 1er juin, en raison du coronavirus.

« Tandis que l’épidémie de coronavirus gagne du terrain, il doit être instauré des mesures d’urgence pour le logement, car l’absence ou de très mauvaises conditions de logement que connaissent des personnes vulnérables, souvent en mauvaise santé, les expose à l’épidémie et renforce sa propagation. Des mesures exceptionnelles et de bon sens doivent donc être mises en œuvre, sans hésiter, ni protéger des intérêts particuliers, afin de gagner la guerre contre le coronavirus », estime l’association Droit au logement. Voici ses demandes :

– Moratoire sur les expulsions : en France, dès le 1er avril les expulsions reprennent, 135 000 jugements d’expulsion ont été prononcées en 2018. Pourquoi demander à la population de rester à la maison si on continue à mettre à la rue les personnes en difficulté ?

– Réquisition des logements vacants et des locaux loués en Airbnb &Co, et maintien des CHU : La France compte 4 procédures de réquisitions et 3,1 millions de logements vacants, dot 114 000 à Paris, 304 000 en ile de France (hors résidence secondaire), pour les sans logis, et les habitants de taudis ou en surpeuplement, situation qui favorise la propagation du virus : relogement en HLM ou dans des locaux réquisitionnés .

– Moratoire sur la baisse des APL, et les impayés de loyer et de traites (établi à partir du taux d’effort et du revenu de chaque ménage) : il s’agit de ne pas accroître le nombre d’expulsions, car beaucoup de ménages vont connaître une baisse brutale de leur revenus. Les locataires et les accédants à la propriété modestes ne doivent être le seuls à supporter la charge de la guerre au coronavirus !

– Moratoire sur les coupures d’énergie et d’eau, qui reprennent le 1er avril, pour des raisons évidentes de protection des personnes fragiles et de protection contre la propagation.

Si le gouvernement refuse de prendre ces mesures vitales, les maires en vertu de leurs pouvoirs de police peuvent prendre des arrêtés de réquisition, des arrêtés anti expulsions et des arrêtés contre les coupures d’eau et d’énergie ou pour leur rétablissement. Ces sujets quasiment absent des débats électoraux doivent être mis sur la table. Si besoin, nous sommes prêts à agir dans les prochains jours sur ces sujets (réquisition, expulsions , fermeture des CHU, loyers chers...).

L’appel pour une journée européenne d’action pour le logement


Le 28 mars prochain, des manifestations dans 21 pays d’Europe et près d’une centaine de villes sont prévues dans le cadre de la journée européenne d’action pour le logement. En ligne de mire : les expulsions, le logement cher, la spéculation, et pour le droit à un logement décent et stable pour tous.

Dans toute l’Europe, la spéculation immobilière soutenue par la masse immense des capitaux détenus par les groupes financiers, les fonds de retraite et les riches, engendre la crise du logement et la précarité, avec le soutien bienveillant et souvent actif de la plupart des institutions européennes, étatiques, régionales et même municipales.

L’Europe compte près d’un million de sans abris dont 200 000 en France, qui survivent, souffrent et meurent prématurément dans les rues, les abris de fortune, les caves... Qui sont souvent interdits de séjour dans les villes gentrifiées, menacé.e.s d’amendes, voire de prison, ou placé.e.s dans des hébergements précaires voire indignes.

Pour payer son loyer ou rembourser son prêt immobilier, il faut travailler toujours plus et pour ne pas tomber à la rue, sacrifier d’autres besoins élémentaires, tels que les soins, l’éducation. Locataires et habitant.e.s sont expulsé.e.s de leur logement, chassé.e.s de leur quartier et de leur ville par le logement cher, la spéculation, nourries par des politiques d’urbanisme agressives.



En France, le gouvernement Macron/Philippe fait des économies sur les APL, fragilisant les locataires modestes et affaiblissant les bailleurs sociaux de telle sorte à les jeter dans les bras des investisseurs privés, Black Rock & Co. Il priorise la vente de logement sociaux, leur démolition et supprime les financements pour en construire de nouveaux.

Les classes populaires, les minorités opprimées et/ou discriminées, les sans-papiers, sont les plus exposées à ces politiques brutales, et doivent accepter des sous-logements, avec des sous-droits. La chasse aux pauvres s’étend même dans les campagnes : la loi du 21 décembre 2019 punit d’une astreinte de 500 euros par jour les sans logis qui installent sur un terrain non constructible un habitat mobile ou démontable.

3,1 millions de logements sont vacants en France et des centaines de milliers d’autres sont détournés pour satisfaire le tourisme de masse prédateur, tandis que les réquisitions militantes sont réprimées. La loi de réquisition reste inappliquée et même les lois en faveur des sans abris, des mal logés, des victimes de marchands de sommeil et de logements indignes comme à Marseille sont violées.

« Le logement c’est pour les gens, pas pour l’argent »


Un logement stable, décent, bon marché dans les villes comme dans les campagnes est un besoin et un droit fondamental. À Berlin, Amsterdam, Athènes, Bruxelles, Belgrade, Barcelone et dans toute l’Europe et toutes les villes, les habitants commencent à se lever :

Le logement c’est pour les gens, pas pour l’argent ! Toutes et tous ensemble dans les rues samedi 28 mars 2020 :

Pour l’arrêt des expulsions, pour le droit au logement pour tou.te.s, dans son quartier, avec l’égalité des droits, dans un logement stable, décent, écologique et bon marché !

Pour l’application réelle de la loi de réquisition, du Droit au logement opposable, du droit à un hébergement stable et décent des sans logis jusqu’au relogement !

Pour la baisse des loyers, la production massive de logements sociaux, le rétablissement intégral des APL, l’abrogation de la loi ELAN et l’arrêt de la marchandisation du logement social !

Pour la taxation des plus-values de la spéculation immobilière et foncière, et pour l’interdiction des plates formes type Airbnb &Co !

Agissons dès maintenant et préparons le « housing action day » du 28 mars 2020 : « stop logement cher, spéculation, expulsions... ».

Le logement est un droit, pas une marchandise !

Voir la liste des signataires ici

Ci-dessous, la carte des manifestations prévues en Europe le 28 mars

- Lire l’intégralité de l’appel à la journée d’action européenne le 28 mars

- Les premiers signataires de la mobilisation : ACDL, AFOC, AFVS, AITEC, APPUII, ATTAC, Bagagérue, CAL, CGL, CGT, CNAFAL, Collectif Logement Paris, Collectif Faty Komba, Coordination Nationale Pas Sans Nous, COPAF, CRLDHT, CSF, DAL, Fondation ABBÉ PIERRE, Femmes égalité, FTCR, Indecosa-CGT, JOC, Paris vs BnB, Robin des villes, Union Syndicales Solidaires, UTAC

Photo de Une : © Droit au logement

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos