Démocratie

Insultes, violences, velléités de censure : quand certains policiers et élus s’en prennent à la presse

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les intimidations se multiplient contre les journalistes qui filment, photographient ou documentent les violences policières lors des manifestations. Déjà, après Mai 68, des syndicats policiers demandaient de « museler certaines radios insidieuses ».

Une petite musique anti-journalistes se répand de la part de certains élus et organisations syndicales de policiers. Le 7 décembre, Le Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP), affilié à la CFE-CGC, a nommément ciblé cinq journalistes comme étant « les principaux acteurs » d’un « combat anti police nationale », les qualifiant d’ « imposteur », de « menteur » ou de « haineux ».

Ces journalistes sont David Dufresne, qui a documenté les violences policières depuis le début du mouvement des gilets jaunes, en particulier le nombre de blessures graves (éborgnement, mains arrachées, matraquages) liées à l’utilisation de certaines armes, avec « Allô place Beauvau » publié par Mediapart ; Taha Bouhafs, un jeune journaliste qui suit les mouvements sociaux pour le site Là-bas si j’y suis, et dont le téléphone avait été saisi par des policiers en juin alors qu’il réalisait un reportage sur les postiers sans-papiers en grève d’Alfortville (Val-de-Marne). Il a fallu une décision de justice pour que son outil de travail lui soit rendu quatre mois plus tard ; Gaspard Glanz, dont la petite agence Taranis News s’est spécialisée dans les vidéos de manifestations et d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Gaspard Glanz a été blessé par une grenade de désencerclement lors de la manifestation du 5 décembre contre la réforme des retraites. Alexis Poulin, chroniqueur pour plusieurs médias audiovisuels, ainsi qu’un compte anonymisé d’un « street reporter ».

La police contre la presse, déjà en mai-juin 1968

Un autre syndicat affilié à la CFE-CGC, Synergie officiers, multiplie également les tweets dénonçant ces journalistes, qualifiés d’« activistes radicaux », de « révolutionnaires salonnards » ou de « privilégiés », attisant « la haine et la violence contre les policiers ». « J’hésite entre rire jaune et l’inquiétude », réagit David Dufresne. « Désigner à la vindicte cinq personnes qui seraient anti-flics est un discours hyper-vendeur du point de vue policier. C’est, aussi, clairement, une forme d’intimidation, et la reconnaissance du travail fourni, un travail qui les gêne. »

Ces tensions entre police et journalistes ne sont pas nouvelles. Elles se réactivent à chaque fois que le climat social se tend, que des mouvements de contestation apparaissent, et que les opérations de maintien de l’ordre et les heurts avec les manifestants se font plus violents. Déjà en mai-juin 1968 et lors des années agitées qui suivent les grandes grèves, des syndicats catégoriels de policiers dénoncent, « une minorité d’individus indignes arrivistes et stupides parés de titres universitaires, ou se disant professeurs et journalistes », ou « la calomnie payée à la ligne aux rédacteurs » dont « le salaire est proportionné à la grosseur de l’insulte ».

Le Syndicat indépendant de la Police nationale (SIPN), classé à droite à l’époque, appelle alors même le gouvernement à « museler certaines radios insidieuses » – celles qui ne dépendent pas alors de l’ORTF, l’Office de radiodiffusion-télévision française, établissement public qui se faisait souvent le relai du pouvoir gaulliste.

La journée noire du 5 décembre 2019 : 24 journalistes blessés

Une affaire demeure emblématique de ces tensions. En mai 1971, un journaliste du Nouvel Observateur, le chroniqueur scientifique Alain Jaubert, se fait insulter et tabasser en tant que journaliste par des policiers alors qu’il accompagne un manifestant blessé, à Paris. Le journaliste est placé en garde à vue et inculpé pour insultes, rébellion, coups et blessures à agents. En réponse, un manifeste « Nous portons plainte contre la police » recueille des signatures de journalistes et de personnalités.

Le collectif Reporters en colère a recensé 24 reporters blessés lors de la mobilisation du 5 décembre / DR

Un demi-siècle plus tard, les journalistes sont de plus en plus nombreux à être ciblés, délibérément ou non, par les forces de l’ordre. Rien que pendant la journée de manifestations du 5 décembre, le collectif Reporters en colère a recensé 24 reporters blessés (des indépendants, et des membres des rédactions de Ouest France, France bleu, du Média TV, BFM, d’une agence de presse turque) dans plusieurs villes. Le collectif a été créé à l’automne suite aux nombreux cas de violences ou d’intimidations de journalistes par les forces de l’ordre depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Il lutte aussi contre la précarité des journalistes [1].

Une loi pour censurer les informations sur les violences policières ?

« Nous condamnons fermement ces violences qui constituent des atteintes à la liberté d’informer, un droit fondamental dans toute démocratie. Nous apportons notre soutien à ces femmes et ces hommes qui ont été blessé-es en faisant leur métier : informer », a réagi le collectif suite à la « journée noire » du 5 décembre. Doit-on y voir les conséquences concrètes de la hargne verbale qui se multiplie sur les réseaux sociaux de la part de certains syndicalistes policiers ?

Autre conséquence : s’il ne s’agit plus, comme en 1968, de « museler certaines radios insidieuses », ce sont les sites d’information sur Internet qui sont aujourd’hui ciblés. Un sénateur LR, Jean-Pierre Grand, propose de punir, voire d’interdire, « la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, de l’image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires ou d’agents des douanes » [2]. Pour l’instant, seuls les agents d’unités spéciales anti-terroristes (GIGN, Raid..) disposent d’un droit à l’anonymat. Le sénateur a déposé plusieurs amendements en ce sens dans le cadre de la proposition de loi de « lutte contre la haine » sur Internet. Si cet amendement est pris en compte et adopté, filmer, photographier et documenter d’éventuelles violences policières et abus de pouvoir des forces de l’ordre deviendra un délit. La loi sera discutée en séance publique le 17 décembre.

Ivan du Roy

Photo : Dans la soirée du 5 décembre, place de la Nation à Paris / Anne Paq

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos