L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations qui font sens, utiles à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Mais interviewer, filmer, photographier, écouter, se documenter, vérifier – et écrire – demande du temps, et de l’argent. En accès libre, sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance éditoriale dépendent de votre engagement dans cette aventure.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Environnement

Ségolène Royal prolonge discrètement un permis de recherche d’hydrocarbures

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

C’est un acte emblématique des contradictions du quinquennat Hollande sur l’écologie. Le 9 mai, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal a discrètement signé l’un de ses derniers arrêtés : la prorogation du « permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures conventionnels liquides ou gazeux, dit « permis de l’Attila » (Meuse) ». Un an et demi plus tôt, en janvier 2016, Ségolène Royal avait déclaré devant l’Assemblée nationale ne plus vouloir « délivrer d’autorisation de recherches d’hydrocarbures conventionnels » au nom de la transition énergétique et de la nécessité de « réduire la part des énergies fossiles » dans le mix énergétique.

D’une surface de 995 km2 autour de la ville de Bar-le-Duc (Meuse), le permis de l’Attila a été prolongé pour une durée exceptionnelle de 21 mois. Il permet aux entreprises bénéficiaires, Galli Coz SA (France) et Tethys Oil AB (Suède), de mener d’explorer les sous-sols en quête d’hydrocarbures, pétrole ou gaz. Aucune de ces entreprises ne possède d’autres permis de recherche ou d’exploitation. L’entreprise Tethys s’est même vu refuser le « permis de Calavon » dans le Vaucluse en décembre 2014, au motif qu’elle « ne disposait pas en propre des capacités financières nécessaires ». L’entreprise Galli Coz, créée spécifiquement pour le « permis de l’Attila » et domiciliée à Vincennes, en banlieue parisienne, ne semble pas disposer de garantie plus sérieuse : aucun salarié et aucun bilan connus depuis 2012 [1].

Difficile de comprendre ce qui a conduit la ministre de l’Environnement à prolonger ce permis. En cette fin de quinquennat, Ségolène Royal a multiplié les communiqués de presse pour faire la promotion des nombreux décrets et arrêtés pris à la dernière minute et portant sur les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique. Elle s’est bien gardée d’expliquer la signature de la prolongation du permis de l’Attila. Il s’ajoute à la liste des permis de recherche d’hydrocarbures délivrés ou prolongés sous le quinquennat de François Hollande, dont certains l’ont été à l’initiative d’Emmanuel Macron alors qu’il était ministre de l’Économie (voir notre article).

Lire également : Emmanuel Macron se révélera-t-il aussi médiocre que François Hollande sur l’écologie ?

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos