Multinationales

Quand Airbnb tente de garder son lobbying secret avec la complicité de la Commission européenne

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Vous avez dit transparence ? Alors que la France s’alarme des régressions liées à la loi « secret des affaires », l’accès à des documents d’intérêt public auprès de la Commission européenne – en particulier sur le lobbying des grandes entreprises – s’avère tout aussi problématique. L’ONG bruxelloise Corporate Europe observatory (CEO), qui travaille à dévoiler le lobbying des multinationales sur les politiques européennes, en a récemment fait l’expérience. En cause : les pratiques du secteur de la location touristique, dont le principal acteur est Airbnb. Comme nous le rapportions récemment, l’entreprise tente de contrer par tous les moyens les tentatives de régulation de son activité par les grandes villes européennes (voir notre article ici).

L’une des armes utilisées par Airbnb est un lobbying intensif auprès de l’Union européenne, cela directement par des lobbyistes de la multinationale, ou par l’intermédiaire de l’European holiday home association (EHHA), l’organisation professionnelle du secteur du logement touristique chez les particuliers, dont Airbnb est l’un des principaux membres. L’EHHA tente d’influencer les commissaires par des moyens classiques, tels que des rencontres ou la transmission de ses « positions ». L’EHHA est même allée plus loin : elle a déposé une plainte auprès des institutions européennes contre les mesures prises par Paris, Barcelone et Berlin pour endiguer l’expansion des locations touristiques sur leur territoire.

Des pouvoirs publics retranchés derrière... le « secret commercial »

C’est dans ce contexte qu’il y a plusieurs mois, le CEO a demandé à la Commission européenne de pouvoir consulter un document énumérant les revendications de l’EHHA auprès des commissaires sur la régulation des locations touristiques chez les particuliers. Il faudra huit mois à l’ONG pour y parvenir. La Commission tente en outre de couvrir le document du sceau du « secret commercial », pour en empêcher la diffusion publique. Selon elle, le document serait également protégé d’un copyright revenant à l’EHHA, raison de plus pour empêcher sa publication. « Ce n’est pas une surprise que la plateforme en ligne Airbnb et ses alliés préféreraient garder privées leurs demandes politiques à la Commission européenne, a réagi Corporate Europe observatory. Mais c’est une honte de voir que la Commission y répond positivement en classant ces document de lobbying "secret commercial" et en en refusant l’accès public. »

Le document, que Bastamag a pu consulter, précise clairement la vision de l’EHHA : sans surprise, il ne faut surtout pas réguler : « Les plateformes en ligne fournissent un service neutre et ne peuvent pas être rendus responsables ou être forcées de chercher activement des activités qui seraient illégales sur leur plateformes, comme il est bien indiqué dans la directive e-commerce », défend notamment l’association. Les préconisations qui y sont exposées s’opposent à toute tentative de limiter le nombre de jours de location autorisée, comme l’on déjà fait par exemple Paris et Berlin.

En France, Airbnb est allé jusqu’à déposer, le 12 juin, une question prioritaire de constitutionnalité contre la loi dite « pour une république numérique », de 2016, qui permet aux municipalités d’identifier les loueurs de location touristiques chez l’habitant et de connaître le nombre de nuits louées par an. Une loi qui contreviendrait, selon Airbnb, à la directive européenne sur l’e-commerce. La bataille entre les villes européennes et la multinationale est loin d’être terminée.

Rachel Knaebel

- Lire aussi : Airbnb passe à l’offensive pour faire plier Berlin, Barcelone et Paris

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos