Témoignages Réfugiés

« Personne ne peut imaginer les humiliations que ces jeunes subissent dès qu’ils arrivent en France »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Un jeune homme arrivé mineur et seul en France il y a plusieurs années, élève en lycée professionnel et avec une promesse d’embauche en apprentissage, est malgré tout menace d’expulsion. Témoignage de ses soutiens.

« Pendant le premier confinement, j’avais appris que des mineurs et des jeunes majeurs isolés logeaient dans un hôtel dans ma ville sans aucun accès à une cuisine pour se faire à manger. Donc, nous y sommes allés pour leur apporter des plats. C’est là que nous avons fait la connaissance de ce jeune arrivé seul en France en 2018. Puis, comme il était déprimé, vulnérable et isolé, on l’a soutenu dans ses démarches.

Il est arrivé en France à 16 ans en traversant plusieurs pays, le Mali, l’Algérie, le Maroc. Il a perdu le membre de sa famille pendant la traversée. Une fois en France, il est reconnu mineur par le juge des enfants. Il est donc accompagné un temps par l’Aide sociale à l’enfance, qui ne cherche pas à ce moment-là, pendant sa minorité, à récupérer ses documents d’état-civil. Puis, du jour au lendemain, quand ils atteignent 18 ans et un jour, on leur dit "tu peux maintenant demander un titre d’admission exceptionnelle au séjour". Pour cela, il faut un acte de naissance. Ensuite, c’est le parcours du combattant.

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

« Il suit un CAP carrosserie, il est premier de sa classe, il a une promesse d’embauche en apprentissage »

Il a fallu obtenir un certificat de naissance de son pays d’origine, puis le faire authentifier à l’ambassade de ce pays en France. En juin 2020, la préfecture lui a demandé les originaux de ses documents. Fin octobre 2020, il a reçu une obligation de quitter le territoire, et depuis, la préfecture ne lui a toujours pas redonné ses documents. L’avocate essaie de récupérer les originaux. Nous avons engagé avec l’avocate un recours contre l’obligation de quitter le territoire, auprès du tribunal administratif. Mais le tribunal a rejeté le recours. Nous avons fait appel. C’est en cours. Le tribunal dit que le certificat de naissance est irrecevable… Nous avons aussi produit une vingtaine de témoignages qui attestent de son intégration, mais le tribunal refuse de les prendre en compte au prétexte qu’elles datent d’après la notification d’obligation de quitter le territoire. Il a désormais 19 ans, il suit un CAP carrosserie au lycée, il est premier de sa classe, il est très sérieux. Il a une promesse d’embauche en apprentissage chez un garagiste.

Personne ne peut imaginer les humiliations que ces jeunes subissent depuis le premier jour où ils arrivent en France. Ce jeune a subi des dizaines d’entretiens d’évaluation pour prouver sa minorité et son parcours. Il a aussi subi des examens physiques, osseux, pour enfin être reconnu comme mineur. Il a habité dans sept foyers différents en un an et demi. Et malgré tout, il est arrivé à maintenir une scolarité exceptionnelle.

Nous avons le devoir de protéger les personnes vulnérables. Quand arrêteront-ils de s’acharner sur ces jeunes sérieux, plus que motivés, scolarisés dans des filières professionnalisantes et qui embauchent, qui ont des familles de cœur et d’accueil, qui parlent bien français, qui sont ici depuis des années, et ne demandent qu’à être intégrés ? J’ai honte de la manière dont on traite ces jeunes. »

Photo : © Anne Paq

Suite à de violentes menaces venues de groupes d’extrême droite à l’encontre du jeune homme et de ses soutiens, nous avons anonymisé ce témoignage à la demande des personnes menacées.

Sur les actions de solidarité
- L’incroyable mobilisation des habitants de l’Ariège pour protéger les déboutés de l’asile

Sur les mineurs isolés :
- Mineurs non accompagnés : comment la France est devenue une machine à briser des enfants et leurs rêves
- L’accueil des mineurs isolés étrangers : « Même si tu es dehors, même si tu n’as rien à manger, il faut que tu tiennes »
- Rozenn Le Berre : « Combien de temps les jeunes migrants vont-ils supporter les injustices et l’arbitraire ? »

Sur les campements de fortune et le harcèlement policier
- Survie des exilés dans un campement de fortune : voici les photos interdites des évacuations policières
- Entre précarité et harcèlement policier, des dizaines d’exilés errent aux portes de Paris en quête d’un endroit sûr

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos