Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Police

Décès au contact des forces de l’ordre : une nouvelle mise à jour de notre base de données

par , Ludo Simbille

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

La publication récente par Basta ! d’une base de donnée inédite comptabilisant les personnes décédées au contact de la police a partiellement atteint son objectif : stimuler le débat public sur la question. Les autorités diffusaient peu après leur propre recensement sur l’année écoulée, tandis que des citoyens se saisissaient de la question et nous faisaient remonter de nouveaux cas. Voici donc une mise à jour de notre enquête, qui intègre en outre les personnes tuées depuis le mois de juin 2018. Nous comptons désormais 574 personnes tuées depuis 1977, auxquelles s’ajoute une retraitée décédée à Marseille le 1er décembre, suite à un tir de grenade lacrymogène.

En juin dernier, Basta ! publiait une infographie inédite détaillant les circonstances des interventions policières mortelles depuis 1977. Nous avons alors recensé 478 personnes décédées dans le cadre d’une intervention des forces de l’ordre – police, gendarmerie et police municipale. Depuis la publication de ce premier état des lieux, plusieurs lecteurs – des chercheurs, collectifs et personnes travaillant sur le sujet –, nous ont signalé des cas supplémentaires. Le « site collaboratif d’infos alternatives » Rebellyon a même lancé une recherche participative sur le département du Rhône.

Voir notre infographie

Nous avons donc recoupé et vérifié les informations qui nous ont été transmises, avant de les intégrer au recensement : 84 affaires manquantes ont ainsi été ajoutées à la base de données, ainsi que douze décès supplémentaires qui se sont produits entre juin et mi-octobre 2018, comme le cas de Aboubakar Fofana, tué à Nantes début juillet par un CRS qui tentait de le contrôler au volant de sa voiture, ou Romain C., abattu en août après une course-poursuite dans les rues de Paris par un policier. Le jeune homme avait refusé de se soumettre à un contrôle routier à cause d’un feu défectueux. En 2018, jusqu’à mi-octobre, 22 personnes ont été tuées dans le cadre d’une intervention des forces de l’ordre. En 2017, nous en dénombrons 35, et 23 en 2016.

Parmi les personnes tuées par un tir policier, la majorité (60 %) n’étaient pas armées

Au total, cela porte à 574 le nombre de personnes tuées lors ou des suites d’une action de police ou de gendarmerie, depuis 1977. Cette centaine de nouveaux cas ne bouleverse pas fondamentalement les tendances observées : la moitié des personnes tuées dans le cadre d’une intervention policière ont moins de 26 ans. 61 % ont été tuées par l’ouverture du feu des forces de l’ordre – les autres sont décédées d’un malaise, lors d’une interpellation par exemple, d’un accident routier, d’une chute ou d’une noyade en prenant la fuite. Parmi les personnes tuées par un tir policier, la majorité (60 %) n’étaient pas armées. La loi de 2017 élargissant l’usage réglementaire d’ouverture de feu des fonctionnaires aura-t-elle comme conséquences d’augmenter le nombre de ces situations ? Cela fera partie des éléments que nous suivront.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Parmi les interventions qui se sont révélées mortelles, les opérations anti-terroristes demeurent très marginales (3 % des interventions mortelles, soit 19 suspects tués). A l’inverse, un simple contrôle d’identité est à l’origine de 22 % des morts recensés. Si les opérations de maintien de l’ordre face à des manifestations de rue – avec l’emploi d’armes non létales comme les flashball ou les grenades – provoquent de plus en plus souvent des blessures graves parmi les manifestants (hématomes, perte d’un œil, membres totalement ou partiellement arrachés), le nombre de personnes tuées dans ce cadre demeure faible : cinq personnes en 40 ans, auxquelles s’ajoute une retraitée apparemment décédée des suites d’un tir de grenades lacrymogènes, dans son appartement marseillais, le 1er décembre, en marge d’une manifestation liée au mouvement des « gilets jaunes ».

D’autre part, une affaire sur dix implique un policier ou un gendarme en dehors de son service. Dans la grande majorité des cas, l’agent se sert de son arme de service contre sa compagne, ou son ex-compagne, voire ses enfants (Lire pourquoi les cas de hors-service sont comptabilisés).

« Il n’était pas possible jusqu’à présent de fournir des données fiables et exhaustives »

L’objectif de cette base de données est de remédier à un manque d’informations – officielles ou non – sur le sujet. En tant que journalistes, nous souhaitons ainsi alimenter le débat public sur la manière dont les forces de l’ordre usent du recours à la force et à l’ouverture du feu, une prérogative exceptionnelle concédée à l’État par les citoyens. « Il n’était pas possible jusqu’à présent de fournir des données fiables et exhaustives sur les personnes blessées ou tuées à l’occasion des missions de police », affirme à sa décharge l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) dans son dernier rapport [1].

« Cet état de fait favorisait nécessairement la diffusion d’information souffrant d’un manque de rigueur et d’objectivité et conduisant certains commentateurs à assimiler l’usage de la force physique ou armée à des "violences policières" voire à des "bavures" », estime l’IGPN. Durant l’été, peu de temps après la publication de notre première visualisation, « la police des polices » a finalement rendu public, pour la première fois de son histoire, des éléments sur le nombre de morts et de blessés provoqués par les fonctionnaires de police durant l’année écoulée. Ses chiffres demeurent sensiblement différents de notre décompte (pour savoir pourquoi lire ici).

D’ici fin 2018 et en 2019, nous continuerons d’actualiser notre base de données, d’y joindre de nouvelles analyses statistiques, en particulier sur les suites judiciaires de certaines affaires. Cela, toujours, dans le but d’alimenter le débat public sur les missions assignées aux forces de police – assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions –, sur l’utilisation réelle de ces moyens, ainsi que sur la manière dont les opérations sont conduites. Ces interventions policières mortelles constituent la partie la plus controversée de l’action des forces de l’ordre. Leur augmentation marque probablement un durcissement des autres actions de coercition, comme on le constate en particulier avec l’augmentation des blessures graves infligées lors de manifestations.

Ludo Simbille et Ivan du Roy

- Photo : © Serge d’Ignazio

Lire également :
- Pourquoi une base de données sur les violences policières létales : notre méthodologie
- Quand les forces de l’ordre tuent : 40 ans de décès sans bavures ?

- N’hésitez pas à soutenir notre travail dans le cadre de notre campagne de dons !

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos