Révolutions

Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »

par , Barnabé Binctin

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Comment vivre dans des villes privatisées, où notre attention est contrôlée et sollicitée en permanence, et nos corps pistés à chaque instant ? Le dernier roman d’Alain Damasio, dont l’action se déroule en 2040, explore ce monde possible, avec justesse, de manière sensible et réaliste. Il nous invite à sortir d’urgence de nos « techno-cocons », à expérimenter de nouvelles manières d’être au monde et de résister, pour reprendre le contrôle sur nos vies. Attention, entretien décapant.

Photo (une) : Alain Damasio en visite sur la Zad de à Notre-Dame-des-Landes, dans l’ancienne bibliothèque du Taslu, celle qui était accessible aux handicapés / © ValK

2040, en France. Dans une société ultra-libérale où les villes ont été rachetées par des multinationales, où l’attention de chacun est sans cesse captée et sollicitée au risque de rendre fou, on découvre l’existence des Furtifs, des créatures à la vitalité hors norme, qui vivent dans l’angle mort de la vision humaine. Toujours en métamorphose, elles métabolisent les éléments sur leur passage, transformant l’espace dans lequel elles vivent – et les gens qui croisent leur route. Dans ce monde qui ressemble au nôtre dans ce qu’il peut produire de pire, Lorca Varèse, sociologue pour communes autogérées, et sa femme Sahar, proferrante dans la rue pour les enfants que l’éducation nationale a abandonné, partent à la recherche de leur fille disparue, et à la rencontre de ces créatures.

Avec Les Furtifs (La Volte, 2019), Alain Damasio signe une critique fine et acerbe du capitalisme cognitif, de notre capacité d’auto-aliénation, du confort de nos techno-cocons où l’on se sent si protégés. Avec un langage créatif qui se renouvelle sans cesse, il trace des lignes de fuite possibles, des modes de résistance, dans une grande fresque magique, magnifique et émouvante, qui invite à changer radicalement notre regard sur le monde et sur le vivant.

Basta ! : Que pourraient incarner ces drôles de créatures, les « Furtifs », dans la société d’aujourd’hui ?

Alain Damasio : Ce sont des poches de liberté, des brèches dans un monde de plus en plus contrôlé, pas seulement par les multinationales ou les gouvernements, mais aussi par nous-mêmes : un père demandant à sa fille d’être « ami » sur Facebook pour voir ce qu’elle y poste, un enfant qui regarde l’historique de navigation de ses parents, un patron employant un hacker pour regarder quel salarié il embauche, ou réciproquement le salarié qui « googlise » le futur patron avant un entretien d’embauche… Nous sommes tous dans ces logiques de panoptique, où nous essayons d’avoir un maximum d’informations. Cet empire du contrôle et de l’intra-contrôle s’est étendu, notamment grâce au numérique qui lui apporte une extension incroyable.


Passer huit heures par jour sur internet, sur nos téléphones, c’est être dans un espace absolument contrôlé et contrôlable, qui produit sans cesse des informations : cliquer, scroller, envoyer une vidéo, écrire un message, tout acte à l’intérieur de ce réseau laisse une trace, archivable et récupérable, qui peut ensuite générer un historique et des corrélations. Nous nous y sommes habitués. Je crois que les digital natives ne sont plus du tout conscients de ça. Les Furtifs est une tentative d’imaginer l’envers de cette société de contrôle, et une façon de s’en extraire.

Pourquoi finit-on par accepter ces logiques de contrôle ?

Parce que cela nous donne du pouvoir. Avec un smartphone dans la main, tu as l’impression d’avoir une régie de contrôle sur le monde : aller dans une ville que tu ne connais pas, avoir accès à n’importe quelle info, etc. C’est un pouvoir immédiat et fascinant. Et beaucoup moins théorique que la lutte militante : pourquoi les syndicats rament, pourquoi si peu de gens aux manifs ? Parce que c’est beaucoup plus dur d’aller se battre dans la rue. C’est plus compliqué d’exercer un pouvoir sur la société, c’est long d’inverser les idées ultra-libérales qu’on a mises dans la tête des gens, sans forcément de résultats concrets. Le smartphone contrebalance cela : si tu es mal, tu vas t’y abriter et jouer à n’importe quel jeu avec un imaginaire de pouvoir très fort, dans lequel tu seras le roi du monde.

Les jeux vidéos, comme Call of Duty ou Fortnite, jouent beaucoup sur ce que j’appelle « l’antique désir d’être Dieu » : on n’y meurt plus, on peut sans arrêt ressusciter, on est puissant, on peut courir indéfiniment, être ici et ailleurs – tout ce qui limite ontologiquement notre condition d’être humain y est subverti. Le virtuel met en place un pouvoir de compensation par rapport aux pertes de pouvoir concrètes.

Nous vivons une sorte de servitude volontaire à la technologie ?

Le philosophe Byung-Chul Han l’explique très bien : le stade avancé du pouvoir libéral actuel, c’est de permettre aux gens de maximiser leur auto-aliénation. L’aérodynamique du pouvoir est géniale : les gens viennent eux-mêmes prendre dans l’armurerie proposée par les GAFA. Ils reprennent leurs outils, les applications, sans qu’on leur mette un flingue sur la tempe ou qu’on les y oblige. Parce que cela obéit à des lois du moindre effort, à un outillage de la paresse, à une forme de dévitalisation assez cool, à plein de choses consubstantielles à l’être humain.

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

Tu te sens globalement bien dans ce techno-cocon, cette matrice attentive. C’est l’endroit où tu vas te sentir un peu dorloté, choyé. Chez les ados, au moment où ils se confrontent aux difficultés de l’âge adulte et aux autres, c’est particulièrement marquant : là, ils peuvent filtrer leur communauté, regarder ce qu’ils ont envie, se distraire et se détendre… Alors pourquoi ne pas y aller ? C’est très difficile de leur expliquer qu’un désir, ça se construit. Et que la vitalité vient aussi de l’extérieur et de l’altérité.

Qui, aujourd’hui, porte une critique intéressante sur notre rapport à la technologie ? Quelles sont vos influences ?

Bernard Stiegler, quand il parle des psychopouvoirs, avec une empreinte mentale et psychologique forte [1] : comment notre attention est sollicitée, captée, manipulée. C’est aussi ce que raconte Yves Citton dans son livre Pour une écologie de l’attention (Seuil, 2014). Dans Mythocratie, sur les imaginaires de gauche, il décrit également la fabrication des mythes et comment les séries TV, les pubs, impactent le vote ou le comportement des gens. La Silicon Valley par exemple a été extrêmement influencée par le « cyber-punk » et tout cet imaginaire construit dans les années 1970.

C’est d’ailleurs un grand débat entre auteurs de science-fiction : le cyber-punk est-il mort ou pas ? L’idée que l’accouplement avec la machine soit émancipateur et génère des expériences de vie intéressantes a été dévaluée. On voit bien que ça ne marche pas… Certains disent que le cyber-punk est dépassé parce que nous avons déjà des existences cyber-punks ! Le smartphone dans la poche n’est certes pas greffé à ton corps, mais ça reste l’extension physique la plus puissante de toi-même : c’est ton œil pour filmer, ton archive mémorielle, ton outil de communication... En cela le cyber-punk a quand même gagné. Et l’imaginaire du transhumanisme, alimenté par les riches libertariens de la Silicon Valley, est devenu le mythe contemporain de l’accroissement de pouvoir, répondant au « désir antique d’être Dieu ».

Le transhumanisme est-il une nouvelle religion ?

Lorsque les gens vivent un manque affectif et émotionnel, cela génère des forces réactives assez mauvaises. Le transhumanisme vient se connecter à cela, comme toutes les religions avant lui. C’est un mouvement para-religieux très fort, avec les mêmes logiques : d’abord un terreau de désaffection du corps, qui est méprisé, considéré comme de la viande. Ce qui compte, c’est le cerveau, réduit à une machine. Il y a ensuite la prophétie, le moment où les machines vont faire advenir l’intelligence artificielle (IA) – avant c’était prévu pour 2029, maintenant c’est 2045... C’est l’idée même de la « parousie », ce moment où Jésus doit redescendre sur Terre, sauf qu’avec le transhumanisme, c’est l’IA qui va arriver pour gérer tous nos problèmes.

L’espèce humaine a besoin de générer ce genre de mythes pour interpréter ce qui agit sur sa vie. Le mythe de « l’IA toute-puissante » vient répondre à un bordel que nous avons créé : aujourd’hui, la technostructure est tellement dense que personne ne comprend ce que font réellement les IA, même ceux qui en créent la boîte noire. Et aucun être humain n’est évidemment capable de traiter les données du « big data ». On crée des systèmes qui échappent complètement à l’être humain, que personne n’arrive à maîtriser. C’est une dépossession. Une fois que ça a bien purulé et bien enflé, qu’on est noyé sous tout ça, intervient le mythe. Les mythes sont des symptômes.

Face à cette situation, vous défendez le « vivant » : qu’est-ce que cela veut dire, concrètement ?

C’est renouer avec la nature, les arbres, les plantes… Cela ne veut pas dire embrasser des arbres, mais simplement comprendre comment le vivant s’interconnecte et comment nous sommes en symbiose avec lui. C’est aussi renouer avec les « ancestralités animales », qui sont consubstantielles à ce que nous sommes, et communes à plein d’espèces.

L’humain est habité par des affects, des percepts et des concepts. Les affects, c’est tout ce qui vient nous toucher, les émotions, la sensibilité – le pouvoir d’être affecté, comme dirait Spinoza. Les percepts, c’est comment on voit les choses, ce à quoi nous sommes attentifs. Pour moi, politiquement, c’est la clé : on ne changera pas la société si on n’agit pas sur le mode de perception des gens. Par exemple, il m’a fallu beaucoup de temps pour me rendre compte que je n’étais pas attentif aux enjeux de genre, notamment dans la prise de parole publique. J’étais du bon côté de la barrière : un mâle blanc qui n’en n’avait pas souffert. Mon mode de perception n’était pas assez éduqué. Et c’est parce qu’il a changé que mon comportement a changé : quand ta perception change, tout change.

Pareil pour l’écologie. Il y a plein de situations où je ne percevais pas le problème : balancer quinze litres d’eau potable pour évacuer un pipi qui ne gêne personne, et le faire dix fois par jour, je m’en foutais. J’ai appris à percevoir mon pipi autrement : constitué à 99% d’eau, qui ne pollue rien. L’écologie n’arrivera à rien tant qu’elle n’aura pas changé les modes de perception.

Enfin, troisième dimension, les concepts. Quand on rédige un tract, on s’adresse au rationnel. Quand on écrit un texte de sociologie ou d’économie, qu’on explique le nombre de kilos de CO2 dépensés en prenant l’avion pour Bali, c’est du rationnel. Mais ça ne marche pas, parce qu’on s’adresse à une seule « couche », alors qu’il faudrait parler aux trois dimensions à la fois. Être vivant, c’est être le plus possible dans son existence, dans des moments où tu sollicites ces trois dimensions.

Une de mes grandes révélations, c’est quand j’ai pisté des loups avec le philosophe Baptiste Morizot l’année dernière, dans le Verdon. Il n’oppose pas le concept à l’affect, pour lui tout marche ensemble : c’est « l’alliage incandescent des facultés ». Tu le sens quand tu fais le pistage avec lui : la dimension corporelle est très présente, avec un registre très perceptif – nous avons vu les traces, les écrevisses à moitié bouffées, on étudie, on regarde, on va sentir si la trace est fraîche. Tout cela t’active conceptuellement – nous n’avons pas arrêté de parler de philo et de biologie. Et puis il y a des moments d’émotions, surtout quand tu retrouves les traces de la fameuse meute de loups bouffeurs d’écrevisses… C’est génial. C’était une journée très vivante.

Le « vivant », c’est aussi un terme qui est très marqué politiquement, peut-être même « piégé », revendiqué aussi bien par la deep ecology que par le catholicisme intégriste, par exemple. Comment composer avec un mot qui peut être revendiqué par d’autres approches politiques ?

Je n’ai pas la même perception. Je considère que ce mot est extrêmement positif. Il n’a pas été sali ni récupéré, en tout cas très peu par la publicité ou par le régime ultra-libéral. C’est un terme assez bien protégé, beaucoup utilisé par les ethnologues, les sociologues et les philosophes – par Latour, Descola, Morizot et tout ce mouvement. On doit au contraire l’utiliser : la sémantique est un rapport de force, certains mots ont été préemptés… Comme « Orange », par exemple !

Le naming est très présent dans votre livre : vous imaginez la ville de Lyon rachetée par Nestlé qui devient « Nestlyon » ou encore Paris-LVMH…

Quand on voit les facultés intrusives du libéralisme, qui a tout bouffé – le sport et le foot, la culture –, tout monétisé – l’amitié, l’amour... L’étape ultime, c’est le langage : si on arrivait à faire payer l’utilisation publique des mots, en touchant des royalties à chaque fois… Donc oui, le naming est un vrai enjeu.

C’est l’illustration d’une autre critique très présente dans Les Furtifs : la privatisation grandissante des villes et des espaces publics…

Au tout début de ma réflexion, il y a le fait que Paris emprunte sur le marché bancaire international, c’est-à-dire qu’une partie de son budget est emprunté à des banques privées. Paris est cotée « triple A » et peut donc emprunter à des taux très faibles. Mais si ça passait en « triple B » ? Comme la Grèce, la ville peut faire faillite…

L’ultra-libéralisme ne fonctionne plus qu’en archipel, en se concentrant sur des poches de villes ou de régions qui sont intéressantes parce que rentables, grâce à des populations assez riches. On le voit bien en Italie : d’un point de vue capitalistique, la région dynamique, c’est la Lombardie et Milan. C’est là qu’est investi l’argent. D’autres régions, comme les Pouilles, sont laissées complètement à l’abandon. Le Comité invisible l’a très bien analysé : ce capitalisme n’a plus vocation et n’a plus envie de gérer la totalité de la société, il a abandonné cette idée. Il gère des poches de profit, et les autres se démerdent.

C’est pareil dans l’éducation ou dans la santé : on va gérer celle des élites et des riches, et le reste, on s’en fout. Même chose pour la ville donc, où j’imagine LVMH investir Paris parce c’est la ville du luxe, Warner à Cannes pour le cinéma ou Nestlé à Lyon pour la gastronomie, tout en laissant tomber Niort ou Poitiers, parce que ce n’est pas intéressant, et donc c’est à l’État de se démerder pour gérer…

Mais est-ce encore de la science-fiction ? En vous lisant, on se dit que c’est réaliste et presque probable…

Tout ce que je décris dans mon livre est déjà là, c’est simplement hypertrophié. Mon ambition est de décrypter l’époque, notamment l’ultra-libéralisme qui dévore et avale, dans un espèce de vampirisme continu. L’histoire se passe en 2040, cela offre un léger décalage qui permet un effet miroir, mais 2040, c’est maintenant. A Marseille, dans le 8ème arrondissement où je vis, il y a plein d’îlots urbains déjà privatisés. Ce sont des zones très riches où l’on ne peut pas entrer. Ils ont réussi – soi-disant pour des raisons de sécurité – à obtenir le droit de couper les rues. Ce qui oblige à faire des détours.

L’autre versant de votre travail porte sur les modes de résistance possibles : à travers l’idée de furtivité – vous appelez à « rendre furtives nos existences » – suggérez-vous qu’il faut être caché pour résister, aujourd’hui ?

En tout cas, ne pas être perçu par les capteurs, échapper au maximum aux appareils de contrôle. Ce qui est très compliqué : ça implique parfois une déconnexion complète, ne pas avoir de smartphone en ville pour ne pas être géolocalisé par exemple. Il existe plein de manières de s’anonymiser, de brouiller, de leurrer : on peut utiliser des moteurs de recherche qui ne laissent pas de trace, utiliser des logiciels libres, c’est un peu tout le travail des hackers, aussi. Mais cela exige une vraie discipline. C’est un peu le paradoxe : il faut se contraindre pour retrouver de la liberté…

La dominante du pouvoir aujourd’hui, c’est un régime de contrôle très subtil et pervers. Cette évolution m’intéresse beaucoup : Deleuze raconte bien comment on est passé de la féodalité, au Moyen-Age, à un régime beaucoup plus disciplinaire aux 18ème, 19ème puis début du 20ème siècle, avant de parvenir à cette dominante de contrôle – sans que cela signifie pour autant que les autres formes de pouvoir aient disparues ! Un mec comme Bernard Arnault, par exemple, exerce son pouvoir de manière féodale par rapport aux journalistes. Pas mal de milliardaires ont un fonctionnement spatial de seigneurs, avec leurs affidés et du servage… La dimension féodale reste, même si elle n’est plus dominante.

De même, le régime disciplinaire revient avec Macron, dans une sorte de régression avec le retour de formes disciplinaires très basiques – il n’est pas moderne pour un rond, Macron. La violence qui s’exerce en manifestation depuis quelques mois, on n’a pas vu pire depuis 60 ou 70 ans ! Les responsables gouvernementaux le disent eux-mêmes : « La police affronte des choses qu’on n’a pas vues depuis 60 ans ! ». Sauf que c’est bien eux qui poussent à la violence en nassant les manifestants et en les gazant ! Ils savent très bien ce qu’ils font, ils créent tension et violence de manière très consciente.

Comment réagir à cela ?

Chaque régime de pouvoir a sa façon d’être renversé. Dans le régime féodal, hyper-hiérarchique, c’est simple : on coupe la tête du roi ! On en est prisonniers depuis deux siècles, de ce mythe de la Révolution française, tellement massive et presque magique… En réalité, la situation ne s’est pas retournée d’un coup : il a fallu que la classe bourgeoise monte, que les paysans s’organisent, que la noblesse s’effondre, etc. On n’a pas simplement coupé la tête du roi, et hop la révolution était faite ! Mais dans l’imaginaire, il en reste qu’on a tout retourné d’un seul coup, de façon massive – ce qui était aussi possible parce qu’il y avait ce pouvoir très structuré, très hiérarchisé.

Aujourd’hui, on est en « démocrature » – c’est-à-dire avec des éléments de démocratie et des éléments de dictature, mais globalement plutôt en démocratie – et dans un système où tous les pouvoirs sont disséminés, dans un réseau, un maillage : on ne peut pas retourner ça comme une crêpe. Dans un régime aussi intégré, aussi cybernétique et aussi corrélé, il faut plutôt des îlots. C’est une métaphore à laquelle j’ai beaucoup réfléchi : pendant longtemps j’ai pensé qu’on était sur une plaque d’argent ou d’acier, et que des points de rouille allaient piquer la plaque et progressivement faire des trous… Mais c’est assez négatif comme image.

Désormais je vois plutôt les choses comme ça : le capitalisme est comme de l’eau, qui s’insère dans tous les interstices. Dès qu’il y a une petite pente ou un défaut de gravité, cela vient tout remplir. Il y a un côté extrêmement liquide dans le fonctionnement du capitalisme qu’a bien montré Deleuze, ce côté déterritorialisé, dans lequel on patauge, dans lequel on se noie tous à moitié. Il faut plonger, fendre un peu la croûte terrestre pour faire remonter le magma, pour faire émerger un îlot. C’est un processus qui nécessite beaucoup d’efforts, et tout d’un coup tu fais sortir une énergie, une chaleur et ça remonte à la surface… Il y aura un îlot, puis un autre îlot, puis un archipel, et peut-être un pays. C’était un peu ça, la ZAD. Il y avait tellement peu de choses avant l’émergence de la ZAD que nous sommes tous allés là-bas et c’est devenu une plateforme.

Il faut surtout garder cette idée de pluralité, parce qu’il n’y aura pas une révolution unique. On ne va pas réinventer une pensée unique qui va structurer le monde. Chaque fois qu’on a voulu le faire, cela a abouti à une catastrophe… L’homme est pluriel, il faut permettre à tous ces archipels d’exister. C’est la seule manière de retourner progressivement le capitalisme et d’amener autre chose. Et le capitalisme finira par s’effondrer, c’est un système extrêmement récent, très absurde même s’il a beaucoup de capacités de résilience.

Vous êtes allé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ?

Quatre fois, des séjours assez courts. La première fois, le collectif Mauvaises troupes m’a fait découvrir la partie Est, avec les auto-constructions, les maisons en argile, qui avaient un côté magique, créatif, presque enfantin, qui m’a beaucoup plu sur le plan des imaginaires. Puis je suis revenu du côté Saint-Jean-du-Tertre, par le fameux Conseil pour le maintien des occupations (CMDO), et j’ai vu un peu plus comment fonctionnaient les projets… Aujourd’hui je pense que le choix tactique du CMDO, qui a négocié avec le gouvernement, était le bon, pour gagner du temps et éviter l’écrasement total de la zone. Ils ont sauvé une certaine continuité d’expérience de la ZAD, qui se serait sinon terminée dans le romantisme de l’écrasement. Il ne faut pas minimiser une certaine complaisance nihiliste qu’il peut y avoir dans ces mouvements, qui sont hyper-usants et fatigants, et où beaucoup de gens, inconsciemment, préfèrent se faire écraser en restant dans la « pureté éthique ».

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

La ZAD a renouvelé non pas les modes de lutte, mais les modes d’existence au quotidien. Les marchés à prix libre, les patates dans la caisse où chacun va se servir, sans que personne ne vérifie ce que tu fais : cette confiance-là est très importante. La créativité dans les modes de lutte est relativement faible aujourd’hui. Les Gilets Jaunes, heureusement, ont renouvelé le mode « manifestation », qui était complètement exsangue. Ne plus déposer les trajets de manifestation en préfecture pour les rendre imprévisibles pour la police, et investir les ronds-points, c’est un coup de génie, franchement ! C’est très intuitif : un rond-point est à la fois le carrefour de tout, et en même temps c’est un symbole de l’horreur des zones péri-urbaines.

Vous soutenez le mouvement des Gilets Jaunes ?

Acter qu’ils ne voulaient pas de représentants, que la représentativité au Parlement était une aberration, est un truc génial. Mis à part peut-être le Comité invisible ou le site Lundi matin, personne ne l’avait fait. Les Gilets jaunes ont destitué systématiquement toute tête qui voulait se présenter en leur nom, en disant que tout personne qui prétend représenter un mouvement de cet ordre-là est un usurpateur ou un clown. C’est quand même nouveau, et c’est un vecteur d’optimisme très fort…

Vous ne croyez plus au combat électoral ?

Plus du tout. En tout cas pas sur cette période-là. Je pense qu’il a été totalement dévoyé. Pour autant je ne suis pas d’accord avec le Comité invisible qui destitue complètement l’idée-même d’élections ou de vote : cela reste un mode pratique et pragmatique. Mais c’est le plus bas niveau de l’action politique. Tu fais plus en allant chercher ton panier à l’Amap et en consommant intelligemment qu’en votant… Idem pour les logiques collectives : tu fais 10 000 fois plus en soutenant la ZAD ou en manifestant, qu’en votant.

Est-ce que la sixième République peut être la solution ? Je ne crois pas. Je crois que la solution, c’est l’auto-organisation. Refaire prendre conscience aux gens que la politique, c’est eux, qu’ils doivent s’organiser localement, où ils sont, dans leur entreprise, sur leur lieu de travail, dans leur association, à l’école, à l’hôpital… Mais ce n’est pas confortable, cela demande beaucoup d’efforts et d’énergie. Mais voter, c’est tellement facile : tu délègues.

Il faut privilégier des petits dispositifs, comme les mandats tournants révocables ou le prix libre, qui est une idée absolument géniale pour équilibrer les écarts de richesse. J’ai découvert aussi le principe des élections sans candidat : c’est très intéressant pour mettre fin à la loi du plus beau parleur qu’on voit partout, y compris à la ZAD, quand le rapport de force ne s’exerce pas par le fric mais par la capacité de parole…

Faut-il plus de radicalité, aussi ?

Il faut plus de créativité, en tout cas. On peut se moquer de Greenpeace parce que c’est non-violent, mais ils ont fait preuve d’inventivité dans leurs modes de lutte, comme Act Up avec ses modes d’action très variés et très originaux. À un moment donné, il va falloir se réveiller pour contraindre le pouvoir à s’adapter, en prenant un coup d’avance. Parce qu’avec les formes « manifestation » ou « occupation », ils ont tout verrouillé, aujourd’hui.

J’ai tout de même un peu de mal avec la non-violence « pure ». Je trouve qu’on a dévoyé Gandhi ou Mandela, en oubliant qu’ils ont aussi fait des trucs violents. Avec le niveau de répression actuel, la désobéissance civile, le pacifisme ou les approches démocratiques ne suffiront pas. Je pense qu’il faut revenir à de l’action directe, assumer une part de violence et « d’irruptivité ». La limite, c’est la mort, car je défends le vivant. Mais, à tous ces gens qui vivent dans une espèce de forteresse absolue, il faut faire retrouver un sentiment de vulnérabilité, leur faire ressentir cette violence systémique qu’ils exercent du haut vers le bas et dont ils ne voient jamais le retour…

Je ne fais pas de la lutte violente une valeur en soi. C’est conjoncturel. Mais la négociation ne suffit pas, les manifs ne changent rien : on en est à X semaines de manif des Gilets jaunes, que faut-il faire ? Macron ne bougera pas d’un iota, il s’abrite derrière la Constitution. Pendant cinq ans, il va tout massacrer : les retraites, les hôpitaux, l’éducation. Il s’en fout.

 
Propos recueillis par Barnabé Binctin et Agnès Rousseaux

Photo de une : © ValK
Photo en vignette : © François Grivelet

 
 
Alain Damasio, Les Furtifs, éditions La Volte, avril 2019, 704 pages.
 
 
 
 
 
 
 

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos