Basta !, ce sont six journalistes et de nombreux contributeurs rémunérés, qui, chaque jour, enquêtent, décryptent et racontent, pour vous offrir une information de qualité. Le tout en accès libre afin que ces articles puissent être partagés et lus par le plus grand nombre. Basta ! n’est pas financé par des groupes industriels ou de la publicité. C’est pourquoi votre soutien est essentiel. Si vous pensez que Basta ! doit poursuivre son travail, prenez une minute pour faire un don. Merci !

Avancement de la campagne : 27730 € sur 30000 € !

92.43%

Brésil

Se rendre au boulot en hélico, grâce à l’argent public

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Se rendre au travail ou faire ses courses en hélicoptère grâce à l’argent du contribuable : cela semble tout à fait normal au gouverneur de l’Etat de Rio, Sérgio Cabral. Celui-ci a fait acheter par la collectivité un hélicoptère en 2011, d’une valeur d’environ 5 millions d’euros. L’utilisation très personnelle qu’il en fait suscite aujourd’hui la polémique. Chaque jour, y compris le dimanche, l’hélicoptère peut effectuer plusieurs aller-retours entre la villa de Sérgio Cabral, située au Sud de l’Etat, et le centre-ville de Rio. « Nous avons déjà convoyé à la villa un coiffeur, un médecin, une planche de surf, des amis du fils [du gouverneur]. Une domestique est venue à Rio chercher une robe que la première dame [l’épouse du gouverneur] avait oublié. Une employée de maison est venue faire des course au supermarché », témoigne l’un des pilotes, interrogé par l’hebdomadaire brésilien Veja dans son édition du 10 juillet.

La semaine, le gouverneur, membre du parti de droite PMDB, prend chaque jour son hélico de fonction pour se rendre de son appartement au siège du gouvernement de l’Etat, seulement situé à 10 km. Cela lui évite de connaître le cauchemar des déplacements en voiture ou en transport en commun dans Rio et son agglomération, dont le manque d’infrastructures est devenu criant. Une personne habitant en périphérie peut passer jusqu’à 4 heures dans les embouteillages pour ses trajets entre domicile et travail, tout en déboursant l’équivalent de 4 euros par jour si elle doit prendre deux lignes de bus, ce qui est très courant (il n’existe pas de pass hebdomadaire ni mensuel)... L’absence d’une politique de transport claire a alimenté la colère des manifestants qui, depuis trois semaines, poursuivent régulièrement leurs rassemblements.

De son côté le gouverneur voyage confortablement, pour la modique somme de 3 000 euros par heure de vol en hélico, selon les calculs de Veja. Soit plus d’un million d’euros par an, à soustraire du budget de l’Etat. Plusieurs députés de l’Assemblée législative de l’Etat de Rio, à l’initiative de Marcelo Freixo (PSOL, gauche), ont demandé qu’une enquête soit ouverte sur cet usage très personnel d’un hélicoptère de fonction. De son côté, le gouverneur s’est dit surpris de cette polémique : « Je ne suis pas le premier à le faire au Brésil. D’autres le font aussi », a-t-il déclaré. Un argument qui vole haut.

L’administration de l’Etat de Rio possède une flotte de sept hélicoptères, au service du gouverneur, de son adjoint et de leurs collaborateurs. A titre de comparaison, les pompiers de l’Etat n’en comptent que deux et le secrétariat à la santé un seul... Question de priorités.

Vidéos

  • épicerie itinérante Marchands ambulants de produits bio, le nouveau visage de l’économie sociale dans les campagnes

    Voir la vidéo
  • Greenwashing Avec Air France, compenser les émissions carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos