Basta !, ce sont six journalistes et de nombreux contributeurs rémunérés, qui, chaque jour, enquêtent, décryptent et racontent, pour vous offrir une information de qualité. Le tout en accès libre afin que ces articles puissent être partagés et lus par le plus grand nombre. Basta ! n’est pas financé par des groupes industriels ou de la publicité. C’est pourquoi votre soutien est essentiel. Si vous pensez que Basta ! doit poursuivre son travail, prenez une minute pour faire un don, avant le 24 décembre. Merci !

Avancement de la campagne : 7620 € sur 30000 € !

25.4%

ça bouge ! Climat

Pas de géo-ingénierie dans la stratosphère !

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Alors que le Royaume-Uni s’apprête courant octobre à injecter des particules dans l’atmosphère pour réfléchir les rayons du soleil, une cinquantaine d’organisations demandent au gouvernement britannique et aux autorités compétentes d’intervenir pour empêcher cette expérience.

Plus de 50 organisations du monde entier, engagées pour la justice environnementale, appellent à signer une lettre ouverte demandant au gouvernement britannique et aux conseils de recherche britanniques (UK Research Councils) d’abandonner l’expérience controversée SPICE, qui a pour objectif de tester le matériel visant à injecter des particules aérosols dans la stratosphère comme un moyen de refroidir la planète artificiellement. Le projet SPICE (sigle en anglais pour Injection de Particules Stratosphériques pour l’Ingénierie du Climat) implique quatre universités, trois conseils de recherche, plusieurs ministères ainsi que l’entreprise privée Marshall Aerospace (Basta ! vous en a déjà parlé).

Les organisations ayant signé la lettre envoyée au ministre de l’Environnement Chris Huhne et aux conseils de recherche britanniques espèrent qu’elle réunira suffisamment de soutien pour obtenir des autorités de reconsidérer l’autorisation donnée à cette expérience controversée. L’expérience, qui consiste à pulvériser de l’eau depuis un ballon géant et acheminée par un tuyau d’un kilomètre de long, doit avoir lieu sur une piste d’atterrissage militaire désaffectée à Norfolk (Sculthorpe), au Royaume-Uni entre le 6 et le 23 Octobre. Les organisations qui s’opposent à ce projet affirment qu’une telle expérience enverrait un mauvais signal à la communauté internationale, qui a adopté en octobre dernier un moratoire sur les activités de géo-ingénierie [1] lors de la Convention sur la diversité biologique (CDB) à Nagoya, au Japon.

« D’un côté, notre gouvernement est impliqué dans les négociations sur la géo-ingénierie et la biodiversité par le financement, la présidence et une participation active aux discussions de la CDB. De l’autre, il prépare le matériel pour le déploiement d’une technologie de géo-ingénierie potentiellement très dangereuse. Ces tests ne devrait certainement pas être autorisés avant qu’il n’y ait une décision internationale à ce sujet », explique Hélène Paul de Econexus, une des ONG impliquées dans les négociations de la CDB et dans la lettre ouverte.

Selon Diana Bronson de l’ETC Group, organisation internationale engagée dans le suivi du développement des nouvelles technologies : « C’est un cheval de Troie. Notre objection n’est pas dans le fait qu’ils veulent pulvériser de l’eau, mais qu’ils préparent la technologie qui peut disperser des sulfates dans la stratosphère pour tenter de bloquer la lumière du soleil arrivant sur Terre. La « gestion du rayonnement solaire » (Solar Radiation Management en anglais), selon le terme désignant ce genre de techniques, pourrait avoir des conséquences dévastatrices : la modification des régimes de précipitations, menaçant l’approvisionnement alimentaire et la santé publique ; la destruction de la couche d’ozone et la diminution de l’efficacité de l’énergie solaire, ainsi que de nombreux autres impacts connus et inconnus ».

Les initiateurs de cet appel invitent toutes les organisations et personnes opposées à la réalisation de projets de géo-ingénierie en l’absence d’accord international à soutenir la lettre demandant le rejet du projet SPICE : www.handsoffmotherearth.org

La liste des premiers signataires est à consulter .

Vidéos

  • épicerie itinérante Marchands ambulants de produits bio, le nouveau visage de l’économie sociale dans les campagnes

    Voir la vidéo
  • Greenwashing Avec Air France, compenser les émissions carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos