Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 32974 € sur 100000 € !

32.97%

ça bouge ! Éloge de la lenteur

Résistances, un festival de cinéma pour réfléchir au diktat de la vitesse et de la rentabilité

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Le festival international de cinéma engagé Résistances aura lieu du 4 au 12 juillet 2014 à Foix, en Ariège. Son thème : « Éloge de la lenteur ». L’objectif est de promouvoir un cinéma rarement diffusé sur les écrans, faire connaître d’autres regards et d’autres cinéastes, et réfléchir à la dictature de l’urgence dans un monde qui fabrique des « Chronoshommes ».

À l’heure d’Internet et de la 4G, la planète semble tourner trop vite, affole les compteurs, avale des rêves, des vies humaines. Dans le cadre de la thématique « Éloge de la lenteur », le festival de films Résistances proposera 12 films et un débat les 11 et 12 juillet pour réfléchir ensemble à des alternatives au diktat de la vitesse et de la rentabilité.

La thématique

Depuis l’avènement de l’industrialisation et du Kapitalisme mondialisés, le « Temps » nous est confisqué. Le tic-tac de l’horloge s’est imprimé dans nos cerveaux pour nous rappeler à chaque minute, qu’il n’y a pas de temps à perdre, il faut produire.

Une fabrique de « Chronoshommes ». La dictature de l’urgence divise notre monde : suractivité et hyper-consommation pour les uns, désœuvrement et famines pour les autres.

« Urgent ralentir »... Certains le pratiquent déjà, individuellement ou collectivement. Les gestionnaires des gouvernements occidentaux ne le prennent pas en compte et nous précipitent contre le mur. Il est temps de suspendre les hostilités, de faire le grand remue-ménage pour apaiser notre remue-méninges sous les crânes ! Bienvenue à la lenteur ! Sagesse de la paresse !

Un film, un invité : Un revenu pour la vie, Michael Le Sauce

Le revenu de base inconditionnel est un projet économique et politique pour transformer la société. Au delà d’un simple subside, il s’agit de remettre le travail à sa place et de redonner de la valeur aux activités bénéfiques mais non rémunératrices d’un point de vue monétaire. Comment en effet construire une société écologiste si on est en permanence obligé de produire et vendre sa force de travail pour vivre ? Il y a des talents, de la créativité, des idées nouvelles, des énergies, auxquels il serait bon de laisser libre cours pour s’adapter à la civilisation qui vient. Michaël Le Sauce, du collectif de réalisateurs engagés les Zooms verts, va à la rencontre des penseurs de cette nouvelle organisation sociale et au devant de lieux où sont mis en pratique ces fonctionnements alternatifs.

Le débat

Il sera organisé le vendredi 11 juillet à 17h30 en partenariat avec le collectif de réalisateurs engagés les Zooms verts, autour du revenu de base comme possibilité de sortie de crise. Avec : Baptiste Mylondo (enseignant en économie et philosophie politique, auteur de Pour un revenu sans condition : Garantir l’accès aux biens et services essentiels), Frédéric Bosqué (co-fondateur du Mouvement français pour un revenu de base), Carole Fabre (formatrice web, membre du collectif local pour la création d’un revenu de base), Michael Le Sauce (réalisateur d’« Un revenu pour la vie »).

Les films

À nous la liberté, René Clair, 1931
L’An 01, Jacques Doillon, 1973
Le Bonheur, terre promise, Laurent Hasse, 2011
La Buissonnière, Jeran-Baptiste Alazard, 2013
La Jetée, Chris Marker, 1962
Letters from the desert, Michela Occhipinti, 2010
Sâdhu, Gaël Métroz, 2012
Sur la planche, Leïla Kilani, 2013
Time’s up, Jan Peters et Catherine Theilers, 2009
Une douce résistance, Clarisse Barreau, 2013
Un revenu pour la vie, Michael Le Sauce, 2014
L’Urgence de ralentir, Philippe Borrel, 2014

Outre l’ « Éloge de la lenteur », trois autres thématiques seront abordées : « Quand le peuple se fâch(is)e », « Homme / Animal » et « Main basse sur le corps ». Le festival prévoit également un zoom géographique sur la Chine.

Plus d’infos sur la programmation : festival-resistances.fr

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos