Débattre #imagineLaGauche

Karl, docker : « Être de gauche, c’est arrêter de mépriser les ouvriers »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Qu’est-ce qu’être de gauche selon vous ? Y a-t-il encore du sens à se dire de gauche ? Comment voit-on la gauche du futur ? Quelles sont ses valeurs, ses idées, ses projets, ses défis ? #imagineLaGauche, c’est la série lancée par Basta !, pour comprendre, reconstruire, rêver, renouveler, mettre en débat… Salariés, chômeurs, retraités, étudiants, paysans, militants associatifs, syndicalistes, artistes, chercheurs, jeunes et moins jeunes, témoignent. Aujourd’hui, Karl Montagne, docker à Saint-Nazaire.

Y a-t-il une gauche en France ? Je ne suis pas sûr, en tout cas pas du côté de ceux qui ont le pouvoir. Pour moi, seuls les syndicats sont de gauche, et encore, pas tous ! C’est quand même un gouvernement soi-disant « de gauche » qui nous a imposé la loi El-Khomri, qui remet en question tous les droits des travailleurs. Avec l’annualisation du temps de travail sur trois ans, on pourra se retrouver à bosser quasi jour et nuit la dernière année si on n’a pas fait assez d’heures avant. On n’aura plus de vie de famille, que le travail. Même les congés payés sont remis en cause. C’est de gauche, ça ?

Protéger les ouvriers, réellement

Les patrons auront le droit d’avoir recours au CDI juste quand ils en auront besoin. Ils pourront jeter les gens ensuite sans payer les primes de précarité auxquelles avaient droit les intérimaires et les CDD. Les gens ne pourront plus rien faire. Avec un CDI, nous pouvons souscrire un emprunt, s’acheter un logement et être un peu tranquille. C’est ça que veulent les gens. Ce n’est pas grand chose en fait, mais même ça, ils l’enlèvent ! Une mesure de gauche urgente, ce serait d’abroger cette loi travail, entièrement, et protéger les ouvriers réellement.

Il faut arrêter de tout donner au patronat : le fric, tous les droits, aucun risque de finir en prison même s’ils ont des ouvriers qui meurent au boulot. Il faut voir comment ils se sont gavés encore cette année, tandis que nous n’avons rien du tout [en référence à l’augmentation record des dividendes, lire ici, ndlr]. Tout augmente, sauf les salaires. Les gens vont finir par ne plus vouloir travailler tellement ils sont mal payés. Valoriser les gens qui travaillent et arrêter les cadeaux aux grands patrons : voilà une autre mesure de gauche très urgente.

On va se retrouver avec l’extrême droite à cause de leur mépris

Être de gauche, c’est arrêter de mépriser les ouvriers, de les trouver sales et encombrants quand ils sortent dans la rue. Ce sont eux qui font la richesse de la France ! Certains politiques, comme Olivier Besancenot ou Philippe Poutoux, parlent de nous avec respect. Eux connaissent le travail. Les autres ne sont pas fatigués. Forcément, dormir à l’Assemblée nationale ou au Sénat, c’est facile. On peut faire ça jusqu’à 80 ans sans problèmes. Quand on n’a jamais mis les pieds dans une usine, sauf cinq minutes pour se laver les mains, que sait-on ? Ceux qui sont au pouvoir ne savent pas ce que c’est de s’user le corps à cravacher toute une journée, par tous les temps.

Comment pourrais-je continuer à travailler jusqu’à 67 ans ? C’est impossible. Je vais mourir au travail. Je ne servirai plus à rien. Je ne serai même plus compétitif. Les gens sont en colère. Ils n’en peuvent plus d’être pris pour des imbéciles, pour des moins-que-rien. Un jour, on va se retrouver avec l’extrême droite, à cause de leur mépris. Et on accusera encore les Français de base, les ouvriers, en les traitant d’abrutis.

Karl Montagne, docker, Saint-Nazaire

Recueilli par Nolwen Weiler

Photo : Laurent Guizard pour Basta !

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos