Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 29399 € sur 100000 € !

29.4%

ça bouge ! Culture

Ateliers de cinéma et éducation à l’image pour revitaliser des zones rurales

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

S’ouvrir sur d’autres cultures, apprendre les techniques de tournage et de montage, comprendre l’impact des images : dans le Val d’Adour, entre les Hautes-Pyrénées, le Gers et les Pyrénées-Atlantiques, les Ateliers du cinéma proposent aux élèves de plusieurs écoles de mettre la main à la pâte en réalisant eux-mêmes un film. Une opportunité dans cette zone de revitalisation rurale que le collectif Rivages espère développer. La cinéaste Alexandra Grau de Sola explique sa démarche.

Ouvrir le champ de réflexion et d’analyse des enfants via un accès au cinéma. Voici l’objectif des Ateliers de cinéma, portés par le collectif Rivages, organisés dans plusieurs écoles du Val d’Adour, entre les Hautes-Pyrénées, le Gers et les Pyrénées-Atlantiques. Dans ce territoire rural, le principe est de dispenser des séances d’éducation à l’image avant de passer à l’écriture et à la réalisation d’un film réalisé par les enfants.

En ce moment même, les enfants achèvent le scénario sur un thème qu’ils ont choisi collectivement : « La différence ». Ils installent le décor, s’occupent du découpage technique. Au retour des vacances de février débutera le tournage. Chaque enfant aura une fonction précise, selon ses souhaits. Comme dans une équipe professionnelle de cinéma, ils manieront la caméra et les réflecteurs que nous avons fabriqués. Plus tard, ils seront initiés au montage. Les enfants pourront ainsi comprendre par différents mécanismes le langage cinématographique, l’impact des images et comment les fabriquer.

Le Pays du Val d’Adour est un territoire inscrit en Zone de revitalisation rurale dont la vie s’organise autour de bourgs-centre. Les faibles ressources financières des collectivités locales, les infrastructures insuffisantes, le faible maillage humain, ainsi que l’isolement géographique d’habitants sont des constantes de la fragilité de ce territoire. La vitalité du tissu associatif et les initiatives de certaines collectivités locales en terme de proposition culturelle sont notables mais restent peu nombreuses. De plus, les populations résidentes, éloignées des villes moyennes environnantes (Pau, Tarbes, Auch) ne peuvent s’appuyer que sur l’offre limitée des bourgs.

Un rééquilibrage des chances

J’ai donc décidé d’utiliser mes connaissances et de monter des Ateliers de cinéma et ainsi agir directement à mon échelle sur cette problématique territoriale, en quelque sorte sur un rééquilibrage des chances.

Originaire des Hautes-Pyrénées, j’ai quitté la région, bac en poche, pour suivre un cursus des Beaux arts à Bordeaux. Après un passage à Berlin, je me suis dirigée vers le cinéma. J’ai étudié à l’école d’Art dramatique de Malakoff, ai affûté au fil des ans mon regard, tourné des films, suis devenue cinéaste. J’ai décidé de revenir m’installer 15 ans après dans la région que j’avais fuie afin d’y poursuivre mon travail et y élever mes enfants dans un environnement naturel.

Mais je me suis alors heurtée au même sentiment que j’avais eu plus jeune, une sensation de moment figé, même si j’ai pu rencontrer de vraies forces de changement auxquelles, pour certaines, je me suis associée. Aujourd’hui, il est évident que je comprends mieux ce territoire. Nous vivons dans une zone d’hyper-ruralité. C’est un contexte géographique et économique difficile, qu’il est impératif de dynamiser pour en faire bouger les limites et le rendre attractif et vivifiant pour les générations futures.

Des ateliers itinérants

Les Ateliers de cinéma comptent agir pour le développement culturel du territoire grâce à son dispositif itinérant et innovant à destination des populations locales. Nous savons que l’accès à l’éducation par le biais de la culture participe pleinement à la réussite et à l’inscription dynamique des jeunes générations tant sur leur territoire que plus globalement sur le monde. Il est important de rappeler qu’un enfant scolarisé en milieu rural ne mobilise que 50 % du coût global d’un enfant scolarisé en milieu urbain. Le projet conduit par les Ateliers du cinéma entend influer sur certaines inégalités inhérentes au contexte socio-économique et géographique et participer à ce rééquilibrage, à son échelle. Les publics jeunes pourront bénéficier d’un accès à la culture par le biais du cinéma à l’instar des pôles urbains.

Les Ateliers ont la particularité d’être itinérants. Ils s’adaptent ainsi à ce territoire dont les villes et les bourgs centre sont éloignés. Et c’est donc l’offre culturelle qui va directement dans les villages et les regroupements pédagogiques intercommunaux des communes rurales. Des nouveaux partenaires tel que Emmaüs Pau-Lescar (lire l’articlede Basta !) et le sérigraphiste Jean Mosambi ont depuis peu rejoint notre action. Les Ateliers de cinéma s’adresse prioritairement aux enfants en s’appuyant sur les infrastructures et initiatives existantes. Cependant, sera mis en place une offre à destination des adultes, suscitant des passerelles et un dialogue inter générationnel.

Pour soutenir notre initiative et rendre pérenne ce dispositif, nous avons mis en place une collecte participative.

Alexandra Grau de Sola

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos