Spoliation

Depardieu, Afflelou : ces exilés fiscaux qui font fortune grâce à l’argent du contribuable

par

  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Gérard Depardieu fuit en Belgique. Alain Afflelou s’envole pour Londres. Les deux hommes, qui ont bâti leur carrière et leur fortune en grande partie grâce aux subsides des contribuables et aux cotisations sociales, refusent de contribuer à la collectivité « en raison de leurs facultés » financières. En écho à leur exil fiscal, la patronne des patrons Laurence Parisot évoque un « relent de guerre civile » et dénonce « un retour à 1789 ». Et si, justement, nous revenions à l’esprit de la Révolution ?

Ah ça ira, ça ira, ça ira… Depuis quelques jours, l’histoire se répète. Gérard Depardieu, Alain Afflelou et consorts fuient la France, et dénoncent un climat rappelant 1789. Laurence Parisot, présidente du club des patrons, est solidaire. Il serait intéressant que ces exilés et leurs soutiens précisent ce qu’ils redoutent dans ce « retour à 1789 ». Craignent-ils la fin d’un régime tyrannique ? La mise en place d’une nouvelle déclaration des Droits de l’Homme ? Ou un souffle aiguisé sur leur nuque ? Des canons sont-ils braqués sur le siège du Medef, sur Neuilly-sur-Seine ou le parvis de la Défense ? Veulent-ils constituer à nos frontières des armées de conseillers fiscaux et de spéculateurs financiers pour faire triompher la contre-révolution ?

Ce que redoutent ces braves patriotes, c’est avant tout l’idée d’égalité issue de la Révolution française. Notamment l’article 13 de la déclaration des droits de l’Homme de 1789 : « Pour l’entretien de la force publique et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. » Le point commun entre ces illustres personnes et leurs prédécesseurs du 18ème siècle réside dans leur fortune. Aussi dans l’aristocratie – oligarchie dirait-on aujourd’hui – à laquelle ils se sentent appartenir.

Depardieu, pur produit des subventions publiques

Tandis que les nobles d’hier phagocytaient directement un large pan des fruits des travaux de leurs sujets, la fortune de ces aristocrates modernes s’est constituée en grande partie grâce aux principes de solidarité qu’ils condamnent aujourd’hui. Cette oligarchie considère qu’elle seule est légitime à déterminer ce qu’elle doit – et ce qui serait bénéfique – à la société. Elle souhaite pouvoir distribuer la charité comme elle l’entend, et choisir ses pauvres. Quant à contribuer « en raison de leurs facultés » à la solidarité nationale, pas question.

Sans subventions publiques – 309 millions d’euros distribués par le CNC en 2011 – et batailles homériques pour « l’exception culturelle », le cinéma français ressemblerait aujourd’hui aux productions canadiennes. Et notre brave Depardieu disposerait de la notoriété et des revenus d’une vedette de « Plus belle la vie ». La fille du dictateur ouzbek n’a pas fait appel à ces derniers pour une prestation dans une série locale contant les origines de la soie d’Asie centrale, et pour un duo chantonné fort poétique (ou pathétique). Depardieu doit sa fortune à sa notoriété, aux rôles qu’il a endossés et qu’il a fait fructifier. Sans financements publics, sans redistribution – horreur ! – des subsides de ces œuvres, pas de « carrière américaine ». Et surtout pas de cachets mirobolants. Souvenons-nous des émoluments perçus par Gégé pour les inoubliables chefs d’œuvres que furent Bogus (2,6 millions d’euros), L’Homme au masque de fer (2,3 millions d’euros) ou Vatel (2,4 millions d’euros).

Afflelou : merci les cotisations sociales !

Le cas Afflelou est différent, mais tout aussi symptomatique de cet état d’esprit de nantis égoïstes. Qui sait qu’Afflelou, la société éponyme, a été condamnée par la Cour d’appel de Paris le 20 septembre dernier à verser 1,2 millions d’euros de dommages et intérêts pour concurrence déloyale à l’enseigne Optical Center ? Étrangement la presse n’a pas repris cette information publiée par l’association de consommateurs Que Choisir. Peut-être son statut d’annonceur est-il à l’origine de ces pudeurs. Pourtant qu’apprend-on avec ce jugement ? Que le philanthrope qui rend la vue à de nombreux concitoyens fraude les mutuelles en arrangeant ses méthodes de facturations.

En cause : « Le gonflement artificiel des factures afin de permettre aux clients d’atteindre le montant le plus proche possible de leur forfait maximal de remboursement, voire l’obtention d’un remboursement en l’absence d’un besoin médical », écrit Que Choisir. Face à ces pratiques, la Cour d’appel observe que « les sociétés Alain Afflelou n’ont pas pour autant réagi, ni ne justifient de la mise en place d’une politique auprès des franchisés et de ses succursales afin d’y remédier ». Gonfler la feuille d’impôts, pas question. Mais gonfler les factures payées par les mutuelles – mutualisation, ce n’est pas synonyme de redistribution ? – et leurs sociétaires, aucun scrupule.

Le Canard Enchaîné indiquait par la voix de Christian Py, président du Syndicat national des centres d’optique mutualistes, qu’un opticien « arrive à bien vivre en vendant trois paires de lunettes par jour ». Il en déduisait que « la marge commerciale des opticiens s’élèverait, en moyenne, à plus de 60 %. Qui dit mieux, à part l’industrie du luxe ? » [1]. Or ces taux de marges dignes de Dior ou de Louis Vuitton – appartenant à Bernard Arnault, autre compagnon d’exil – s’appliquent à un marché de 5,3 milliards d’euros de lunettes vendues.

Ces dépenses d’optique ont été financées en 2011 à 5 % par la sécurité sociale et à 68 % par les complémentaires santé. Ce sont donc les cotisations sociales des Français et leurs cotisations aux mutuelles qui ont assuré la fortune de cet entrepreneur « innovant ». Cela n’empêche pas ce fou d’Afflelou de considérer que « le système en France est extrêmement défavorable pour tous les chefs d’entreprise et ceux qui cherchent à entreprendre » et de dénoncer une « fiscalité injuste et confiscatoire » [2]. C’est la redistribution « imposée » par la société qui a construit la fortune de ces individualistes forcenés. Leurs craintes de spoliation est largement surjouée – la palme à Gérard évidemment – car la révolution fiscale promise par l’ex-candidat Hollande a été réduite à peau de chagrin par le président élu et se résume essentiellement à une augmentation de la TVA, impôt par définition injuste car non progressif. Et le peu de symboles qui restent, un impôt exceptionnel à 75% au-delà d’un million d’euros de revenus, vient d’être censuré par le Conseil constitutionnel pour un problème de calcul.

Des études légèrement plus scientifiques que les lieux communs véhiculés par nos fuyards ont été réalisées par l’économiste Thomas Piketty [3] sur l’état de la fiscalité française :

Contrairement à ce que stipule le préambule de notre Constitution, l’impôt n’est plus progressif pour les 5 % les plus riches. Nos déserteurs fiscaux ne sont que la face émergée de l’iceberg. Peut-être ont-ils raison. Peut-être est-il temps de revenir à l’esprit de la Révolution. De remettre au programme l’abolition des privilèges. Rassurons-les : sans la guillotine. Mais avec détermination.

Benoît Lorentz

Vidéos

  • Souveraineté populaire Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises »

    Voir la vidéo
  • Mondialisation Crime environnemental : sur la piste de l’huile de palme

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos