Appel aux dons

Royaume-Uni

Dans une prison privatisée, une femme obligée de « nettoyer son propre sang »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Pendant son incarcération, une Anglaise a été victime d’une fausse couche fin novembre. Selon son avocat, l’administration de la prison l’aurait ensuite laissée trois jours sans suivi médical. « Il y avait du sang partout et elle a été contrainte de le nettoyer », a raconté son avocat, Philip Gibbs. « Le foetus n’a pas été enlevé de la cellule. C’était très traumatisant. » La prison de Peterborough, entre Leicester et Cambridge dans le Centre-Ouest de l’Angleterre, a été ouverte en 2005. Elle est gérée par un opérateur privé : le groupe français de « services de qualité de vie » Sodexo, à travers sa filiale Sodexo Justice Services.

La prisonnière était toxicomane et souffre de problèmes mentaux. Elle venait de perdre sa mère. Selon son avocat, les services de probation, en charge de son suivi pendant onze mois, n’ont rien fait pour l’aider à obtenir les aides sociales dont elle aurait pu bénéficier. Elle a été condamnée à 11 mois de prison après avoir volé de la nourriture dans un supermarché pour une valeur de 14 livres (16,50 euros) – sentence qui fait suite à plusieurs autres condamnations pour vol à la tire.

Interrogé par la presse britannique, le porte-parole du groupe Sodexo déclare que l’entreprise « ne reconnaît pas la version des événements telle qu’elle a été rapportée », tout en précisant que l’entreprise n’a pas le droit de « faire de commentaires publics sur les cas individuels ». Et ajoute que tous les prisonniers ont « accès au même niveau de service de santé que les autres membres de la communauté ». Sodexo vient d’obtenir le contrat pour la gestion d’une autre prison au Royaume-Uni, dans le Northumberland. Sa première mesure a été de réduire les effectifs du personnel pénitentiaire de 580 à 380 personnes. L’entreprise française compte, en plus de la prison Peterborough, trois autres prisons dans son « portefeuille » britannique.

Le gouvernement conservateur est engagé dans une entreprise de privatisation tous azimuts de son système de justice. Le Royaume-Uni abrite déjà la plus grande proportion de prisons privées du monde. Les autorités veulent maintenant privatiser les services de probation (Sodexo est d’ailleurs sur les rangs) et la collecte des amendes. L’objectif poursuivi par le gouvernement conservateur est la réduction des dépenses publiques, quelles qu’en soient les conséquences pratiques dans les services privatisés.

Les principales entreprises bénéficiaires de ces contrats, outre Sodexo, sont les géants de la sécurité et de la sous-traitance des services publics G4S et Serco. Au moment même où Sodexo se voyait octroyer son dernier contrat de gestion dans le Northumberland, ses deux concurrents étaient accusés d’avoir escroqué les citoyens britanniques de dizaines de millions de livres sterling en facturant au gouvernement des bracelets électroniques pour des ex-prisonniers inexistants. Un rapport du ministère de la Justice sur les prisons du Royaume-Uni a même vivement critiqué deux prisons gérées respectivement par Serco et G4S.

Un modèle que Michel Landel, le PDG de Sodexo, souhaiterait malgré tout voir importer en France. Il regrettait il y a quelques semaines dans les colonnes du Figaro [1] qu’« il reste (...) du chemin à faire », l’entreprise privée restant « malheureusement mal vue en France ». On se demande bien pourquoi.


- Mise à jour : Cet article a été modifié le 18 septembre 2013 à 17h15 pour préciser que Sodexo récuse la version des faits rapportée dans les médias.


— 
Photo : Prison de Peterborough CC

Vidéos

  • Plus qu’une résistance Notre-Dame-des-Landes : bienvenue en zone libre

    Voir la vidéo
  • Mondialisation Crime environnemental : sur la piste de l’huile de palme

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos