Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 32824 € sur 100000 € !

32.82%

Economie sociale

Artisans, artistes, créateurs et écologistes, réunis dans une « zone alternative » : la coopérative Scopa à Ajaccio

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Installée à Ajaccio, en Corse, la coopérative d’activités alternatives Scopa réunit des artistes, des artisans et des militants. On y découvre une association de réparation et de location de vélos, un artiste qui travaille le bois de récupération, un atelier de confection d’objets en carton, une costumière et confectionneuse de marionnettes, un groupement d’achat de produits bio... Un espace où l’on essaye de réinventer une autre vision du travail. Reportage auprès de ces passionnés, qui se sont lancés dans l’aventure, avec ses joies et ses difficultés.

Cet article a initialement été publié dans la revue Silence, partenaire de Basta !.

L’aventure de la coopérative d’activités alternatives d’Ajaccio a commencé par une rencontre. Celle de Simon Berner, le restaurateur de bateaux avec Alain Barrinet, le passionné de vélo.

Le long du port d’Ajaccio, deux grands axes de circulation encadrent la voie ferrée. Près de la gare, un bâtiment bien visible présente un aspect curieux. Devant se trouve un bateau d’une dizaine de mètres de long, aux couleurs bariolées. Simon Berner achève la restauration de cette embarcation. Simon, britannique, travaille depuis de nombreuses années dans le port. Il a repéré des bateaux à l’abandon et a négocié pour en récupérer deux. Le premier, coupé en deux, sert de scène de théâtre sur les flancs du bâtiment. Le deuxième, restauré, est destiné à un projet de promenades en mer pour des enfants corses qui n’ont jamais eu l’occasion de monter sur un bateau. Cette opération doit se concrétiser au printemps 2015.

Sur la photo : Simon Berner

Alain Barrinet est impliqué dans l’Altertour, une randonnée cycliste reliant des lieux alternatifs. Cet enseignant est passionné par le potentiel des vélos comme mode de déplacement. Avec un ami qui travaille à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), ils ont mis en place l’association Vélocita qui milite pour l’aménagement d’une première piste cyclable dans la commune.

En 2009, quand la ville lance un appel d’offres pour mettre en place un système de vélos en libre-service, l’association fait une contre-proposition : au lieu d’un dispositif qui profitera surtout aux touristes, elle propose de mettre en place un prêt de vélos aux Ajacciens. Cela coupe l’herbe sous le pied des publicitaires, qui négocient le plus souvent la gestion des vélos contre l’implantation de panneaux de propagande productiviste.

Vélocita a récupéré rapidement une trentaine de vélos qui ont été restaurés. Ils sont prêtés contre une adhésion annuelle de cinq euros puis une participation mensuelle de trois euros. Il n’y a ni vente ni location, seulement une "mise en selle". Il s’agit d’apprendre aux gens à apprécier le vélo, à l’entretenir, puis à trouver chacun le sien.

Un entrepôt qui fait le bonheur de beaucoup de gens

Vélocita a besoin de place pour stocker et entretenir les vélos. Simon Berner a besoin de place pour restaurer ses bateaux. La compagnie de chemin de fer met en location un bâtiment inutilisé à proximité de la gare [1]. En 2009, Alain, Simon et Esther s’associent pour en louer un quart [2]. Le loyer est assez modeste au vu du volume (800 euros par mois). Des travaux d’aménagement sont réalisés : pose d’un plancher pour créer un étage, escaliers, cloisonnement, étagères… 15 000 euros sont investis, surtout payés par les fondateurs.

En 2010, Alain, Simon et Esther décident de créer l’association Scopa pour animer le lieu. Scopa est un jeu de mot : c’est à la fois le nom d’un jeu de cartes, d’une plante et l’acronyme possible de Société coopérative de production associative, artisanale, artistique… Ses objectifs : « stimuler l’imagination et faire émerger les pratiques alternatives ; promouvoir des pratiques respectueuses de l’humain et de la nature ;
favoriser et organiser, dans un esprit de convivialité et de solidarité, l’entraide et l’échange ; expérimenter une organisation non hiérarchisée »
. Très vite, l’espace disponible attire du monde.

Voici quelques-uns des habitués du lieu :

Operae : des projets artistiques pour penser le travail et ses mutations

L’association Operae est la première à rejoindre Scopa. Elle a pour objet d’aider le monde du travail à penser le travail et les mutations qui le transforment. Pour cela, l’association conçoit et développe des projets artistiques et d’études qui donnent la parole aux personnes concernées. Elle fait le lien entre l’entreprise et un intervenant artistique (metteur en scène, écrivain, cinéaste, photographe...). Le processus de création artistique, conjointement mûri entre les travailleurs et l’artiste, permet de décaler le regard et de s’interroger sur les représentations du travail. L’association travaille notamment avec Pôle emploi.

Dans le cadre de Scopa, elle a mis en scène Quand dois-je partir ?, une pièce de théâtre qui se déroulait dans le bâtiment, avec une trentaine d’acteurs amateurs membres de l’association Scopa et le public qui se déplaçait de pièces en pièces. Cela reste un moment fort pour le lieu car cette initiative a lancé l’une des rares démarches collectives impliquant l’ensemble des utilisateurs du lieu.

Art primitif

Jean-Claude Joulian dispose d’une pièce pour y mener ses recherches artistiques. Il est arrivé en 2011. Il travaille essentiellement à partir de bois de récupération (bois de chantier, bois flotté…) qu’il décore à la manière des aborigènes et des peuples premiers. Au moment de notre passage, il finissait la mise au point d’un petit théâtre portatif inspiré d’un kamishibaï, modèle utilisé par les moines japonais. Réalisé en noyer récupéré, il est destiné à être utilisé par sa compagne, qui travaille avec des enfants handicapés. Après avoir ouvert le kamishibaï, on raconte une histoire en faisant passer derrière le décor des feuilles dessinées.

Lolikraton

Depuis 2011, Laurence de Lolikraton a installé son atelier de confection de meubles et objets en carton à Scopa. Ancienne disquaire, elle s’est reconvertie dans cette activité après avoir été formée par Eric Guiomar, de la compagnie Bleuzen. Elle réalise des meubles à la demande et anime des stages de formation pour ceux qui veulent se lancer à leur tour dans cette activité. Pour compléter ses revenus, elle développe par ailleurs une activité de maroquinerie.

Fanfreluche et tout le tralala

Cécile Eliche, costumière et confectionneuse de marionnettes, est arrivée dès le début du projet. Elle a un statut d’intermittente du spectacle et ne manque pas de travail : elle est l’une des seules à exercer ce métier sur l’île, et travaille donc avec la plupart des compagnies de spectacle. Elle figure parmi ceux qui ont tout fait pour dynamiser une démarche collective au sein de Scopa. Pour cela, elle a mis en place des ateliers de couture nommés C’est moi qui l’ai fait, où ses outils sont mis à la disposition de ceux et celles qui veulent apprendre à confectionner leurs vêtements. Pour participer à cette activité, il fallait adhérer à Scopa (deux euros par an), ce qui a beaucoup aidé à élargir le nombre de personnes qui fréquentaient le lieu. Cécile vient de décider d’arrêter ces ateliers car elle se sent trop seule et regrette le manque d’échanges entre activités.

Artisans d’art et festival de documentaires

Saveria Geronimi a créé son activité Germe créateur bijoux en 2006 à Londres. Elle travaille surtout le métal et plus particulièrement l’argent. Elle est revenue dans son île natale et s’est installée dans les locaux collectifs de Scopa. Stéphanie Leger crée des objets de décoration originaux : lampes, encadrement de miroirs, étagères,... Elle propose, sous le nom de Lastena, des créations réalisées avec un mélange de bois flotté et de palettes. Emmanuelle Thomas créé des sacs, accessoires,... avec du cuir, de la voile et des matériaux de nautisme sous la marque Latitude 42. Barbara Cardone donne sur place des cours de musique et de chant. Outre cette activité professionnelle, elle anime bénévolement une chorale.

Sur la photo : Saveria Geronimi

Enfin, la Scopa regroupe également un festival international annuel du film documentaire, Corsica Doc. Chaque année, en novembre, une quarantaine de films sont présentés, accompagnés de plusieurs prix, d’expositions photographiques…

Faire vivre un groupement d’achat

Mais la Scopa n’est pas simplement une coopérative d’activités alternatives. Une vingtaine de personnes se retrouvent dans un groupement d’achat mis en place au niveau du bâtiment. Court-Circuit entend lutter contre la main-mise des supermarchés et organise deux activités : le regroupement de commandes de produits bios secs (farines, légumineuses, céréales…) directement à un grossiste, et le dépôt sur place de produits locaux (œufs, miel, fromages, charcuterie…) : chaque producteur gère son stock et sa caisse, les personnes qui se servent indiquant sur un cahier ce qu’elles ont pris. Plutôt que de grossir, le but est de favoriser l’émergence d’autres groupes du même genre à Ajaccio, quitte à se regrouper pour certaines commandes. A chaque commande, les personnes extérieures au groupe sont invitées à une réunion d’information puis participent à une commande pour y prendre goût. Un deuxième groupe a ainsi vu le jour, et un troisième est en cours de constitution.

Sur la photo : Alain Barinet

Les repas communs et des réunions mensuelles sont les seules activités régulières communes à l’ensemble des utilisateurs des lieux. Si Simon Berner ne semble pas préoccupé par cette juxtaposition d’activités, Alain Barinet a plus de regrets. Il note que le désir de départ de fonder une "zone alternative" n’est pas repris par l’ensemble des personnes présentes aujourd’hui. Lors de l’assemblée générale, une minorité a dû céder sur la question des subventions : seuls trois sur cinquante — deux ayant une activité non rémunérée, le troisième simple adhérent — voulaient rester autonomes vis-à-vis des institutions publiques.

Alain Barinet note d’autres limites, comme le non respect de la décision au consensus, décidé dans les statuts afin d’éviter les tensions, mais abandonnés dans la pratique. Le meilleur lieu de résolution des conflits est finalement le repas commun hebdomadaire, auquel participent régulièrement quelques personnes. Autre point négatif : l’engagement des membres de la coopérative. Le concept d’autogestion n’est porté que par quelques-uns, et ce sont souvent les mêmes qui s’investissent dans l’animation du lieu. Pour le moment, cela n’a pas eu de conséquences fâcheuses, mais il y a des inquiétudes. Maintenant que ce navire alternatif a été mis à l’eau et qu’il avance à son rythme, il s’agit de se prémunir contre de possibles tempêtes.

Michel Bernard (Silence)

Cet article a été publié dans le numéro de janvier de la revue Silence, média partenaire de Basta !. Vous retrouverez son sommaire sur cette page.

Sur la photo de Une : Cécile Eliche

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos