Alimentation

Après le scandale de la viande de cheval, la fraude à la gelée royale ?

par , Sophie Chapelle

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

La gelée royale, ce complément alimentaire riche en vitamines, fait-elle l’objet de pratiques commerciales douteuses ? 98 % de la gelée royale vendue en France est importée d’Asie, principalement de Chine. Recours à des antibiotiques interdits, congélations à répétition, nourriture artificielle : le flou qui règne sur la traçabilité de certains produits risque d’entacher l’image de toute la filière, y compris bio. D’autant qu’une étude réalisée par des apiculteurs français vient jeter le trouble.

La gelée royale, cet aliment fabriqué par les abeilles nourricières pour leur reine, est réputée pour ses qualités nutritives, riches en vitamines et en oligoéléments. Vendue via des sites Internet entre 10 € et 30 € les 25 grammes, la gelée royale, certifiée bio de préférence, est aussi un marché lucratif. Certains sites mettent en avant le « made in France », quand d’autres jouent sur la production familiale locale « depuis plusieurs générations », telles les marques « Ruchers de Lorraine », Famille Mary, « apiculteur depuis 1921 », ou ces vendeurs qui se présentent comme « apiculteurs de père en fils à Bourg Saint Maurice » (Savoie). Bref, une gelée royale qui fleure bon le terroir et la production artisanale. En tout cas rien ne laisse présager le contraire.

Et c’est bien ce qui met en colère les apiculteurs du Groupement des producteurs de gelée royale (GPGR). Sous contrôle d’huissier, ils ont réalisé leur propre enquête. Ils ont commandé des pots de gelée royale sur 34 sites internet différents, puis ont fait procéder à l’analyse des pollens afin de déterminer leurs origines exactes. Selon les résultats, 98 % de la gelée royale vendue en France, sur internet et par correspondance, serait importée d’Asie, et surtout de Chine [1]. Les résultats, assortis du nom des marques et des appréciations du GPGR, viennent d’être mis en ligne.

Et ce n’est pas très flatteur pour plusieurs marques. La gelée royale des « Ruchers de Lorraine » viendrait ainsi de Chine, et l’étiquetage, selon le commentaire du GPGR, comporterait des « informations visant à tromper le client sur l’origine et/ou la congélation ». Les « apiculteurs de père en fils à Bourg Saint Maurice » importeraient également de Chine leur gelée royale qui n’aurait donc rien de savoyard. D’autres sites précisent bien un « produit d’importation » sans davantage de détails.

L’appréciation du GPGR :

« Il y a une volonté de cacher l’origine, estime Rémy Pélissier, producteur dans le Berry et co-fondateur du GPGR. Elle est toujours marquée dans un coin, en tout petit. Mais ce qui nous met la puce à l’oreille c’est le prix ». La gelée royale importée est en effet vendue 40 fois moins cher sur le marché de gros que celle produite par le GPGR. « Pour le consommateur, la différence de prix varie du simple au double, précise Rémy Pélissier. C’est un marché très juteux pour les conditionneurs, c’est là qu’ils se font la marge ». Une différence de prix derrière laquelle se profileraient des conditions de production très différentes.

Ce poids extravagant des importations de gelée royale, Benoit Mary ne le dément pas. Il dirige la société Famille Mary qui produit ou commercialise entre autres du miel et de la gelée royale bio, certifiée par Ecocert. En cause, selon lui : les difficultés de produire de la gelée royale bio en France. « C’est impossible de la produire ici pour des questions de surface », explique-t-il. « Cette production ne peut être ici que marginale pour des raisons à la fois climatiques, environnementales et économiques. Les Chinois ont une tradition de production et de consommation, au même titre que le thé ou le ginseng. Importer d’Asie, c’est uniquement une question d’approvisionnement. » Sa gelée royale vient de Mongolie, produite à 2 000 mètres d’altitude. « Là il y a des zones de 25 km2 avec des plantes exclusivement en bio. » Il assure s’y rendre chaque année pour contrôler la qualité de la filière mongole.

Des abeilles nourries à la farine de soja

Reste que l’Asie est vaste. Et tous les revendeurs ne prêtent pas forcément autant d’attention au parcours du produit. L’apiculteur Rémy Pélissier a eu l’occasion de se rendre à Taïwan, réputée pour proposer une gelée royale de qualité. Sur place, il observe les pratiques de producteurs, visite des centres de recherche et des unités de conditionnement. Et constate que les apiculteurs asiatiques nourrissent leurs abeilles avec de la farine de soja... Des protéines que les abeilles ne vont pas butiner naturellement ! « Au GPGR, nous utilisons seulement les produits de la ruche, à savoir le miel et le pollen, pour nourrir les abeilles. En Chine, ils utilisent des produits moins chers que ceux de la ruche, comme la levure de bière ou le sirop de sucre, pour pousser à la production ».

Pour Benoit Mary, il s’agit là d’une « minorité de producteurs ». « Nos abeilles sont nourries avec du pollen soumis au cahier des charges bio. Notre gelée royale est très contrôlée et fait l’objet de nombreuses études de cohérences », assure-t-il. Réponse similaire du côté du site « Belle et bio », mis à l’index par le GPGR pour ses indications et mentions d’origine « difficiles à trouver ». « C’est bien un produit d’importation. Mais nous ne cherchons pas à tromper le consommateur car cela est bien marqué sur notre site », nous répond Flora Hinaut, responsable de la société. « Tous nos échantillons envoyés en laboratoire nous sont toujours revenus aux normes en conformité avec le label Ecocert », ajoute-t-elle.

Pour les produits non bio, le flou règne. D’autant que plusieurs problèmes sanitaires entachent la filière. Contrairement à ce que spécifie la charte du GPGR, les produits de la ruche d’origine chinoise ont déjà été traités aux antibiotiques. En janvier 2002, la Commission européenne décide d’un embargo sur le miel et la gelée royale provenant de Chine, qui contenaient des résidus de traitements d’antibiotiques interdits en Europe. Depuis la levée de l’embargo en 2004, des lots de gélules de gelée royale en provenance de Chine ont été interceptés, notamment en Grande-Bretagne et en Slovénie en 2008. Ils contenaient du chloramphénicol, un antibiotique interdit en Union européenne dans les produits d’origine animale. « Notre gelée royale est tracée et est garantie pure auprès de tous nos clients, répond à ce sujet Benoit Mary. Les analyses réalisées garantissent la non présence de contaminants d’antibiotiques apicoles. »

Congélations multiples

Des congélations et décongélations successives seraient également couramment pratiquées par les nombreux intermédiaires avant la vente. « Sitôt la gelée royale extraite, l’apiculteur asiatique la congèle », a pu constater Rémy Pélissier lors de son déplacement à Taïwan. « On a fait une tournée sur l’île : quand on a ramené les lots le lendemain à l’usine, ils étaient largement décongelés. Avant d’être recongelés pour l’exportation et d’arriver décongelés en Europe, puis conditionnés en France. » Le producteur français a compté jusqu’à cinq congélations et décongélations successives ! Des pratiques qui pourraient, selon le GPGR, altérer la composition de la gelée royale. Raison pour laquelle ses adhérents s’engagent à mettre au froid la gelée royale immédiatement après récolte, sans subir aucune congélation.

« Il n’y a aucune preuve que la congélation abîme le produit, indique de son côté Benoit Mary. Les analyses que l’on a réalisées en laboratoire montrent que la congélation contribue à conserver les vitamines, notamment B5, et tous les bienfaits de la gelée royale. Il n’y a aucun risque sur le plan bactériologique. Je préfère que la gelée royale soit congelée plutôt que d’y ajouter des conservateurs. » Certaines sociétés, qui commercialisent la gelée chinoise, la qualifient cependant de produit « frais ». Cette mention ne peut légalement être utilisée seulement pour les produits dont la durabilité n’excède pas 30 jours. Problème : les dates limites d’utilisation optimale diffèrent fortement entre la gelée royale produite en France et celle qui est importée : 18 mois pour le GPGR contre cinq ans pour la gelée importée.

La société Belle et Bio affiche ainsi la mention « fraîche », sans préciser sur son site qu’il s’agit d’un produit congelé. « Je ne pense pas qu’il y ait de soucis à ce niveau-là. Au niveau réglementaire, tout est bon », confie la responsable de la société à Basta !. En mars 2012, l’un des plus gros importateurs français de gelée royale, le laboratoire Cevrai FCV, spécialisé dans le marché des compléments alimentaires, a pourtant été sanctionné pour cette raison. Et a été condamné pour tromperie. « Selon la direction des fraudes, et d’après un arrêté du 9 mai 1995, le laboratoire ne pouvait pas appliquer le qualificatif de “fraîche” à un produit ayant subi un processus de congélation et de décongélation », rappelle le journal Le Dauphiné. Épinglée en 2008, la société avait dû aussitôt rectifier son étiquetage.

Traçabilité insuffisante

Malgré ces cas de fraudes, il n’existe toujours pas aujourd’hui de traçabilité systématique pour la gelée royale importée. « La date de récolte est souvent inconnue et on n’a qu’une vague idée de ce qui est importé en France », relève Rémy Pélissier. Il estime la production venue de Chine à environ une centaine de tonnes, soit des revenus potentiels de 40 millions d’euros pour des pots de 25g vendus 10 € minimum. A côté, la production du GPGR ne pèse qu’un peu plus de 2 tonnes. « Aujourd’hui, la législation oblige simplement à indiquer que la gelée royale est importée. Ce que nous voulons, c’est que le pays d’origine soit mentionné très clairement sur l’emballage afin qu’il soit facilement identifié par le consommateur. » Les producteurs demandent également à ce que la congélation ou non du produit soit précisée.

Face à des pratiques commerciales qu’il juge « trompeuses », le GPGR compte de plus en plus d’adhérents. Treize ans après sa création, le groupement rassemble aujourd’hui 90 apiculteurs dans toute la France. « La production de gelée royale a permis pas mal d’installations, note Rémy Pélissier. Elle passionne beaucoup d’apiculteurs et permet de s’installer sans trop d’investissements ». En levant le voile sur l’origine des gelées royales importées, le groupement espère pouvoir valoriser sa production de proximité. Et contribuer à davantage de « transparence » dans une filière où la marge pour les intermédiaires est extrêmement généreuse entre l’achat de gros et la revente en boutique spécialisée. Les problèmes de manque de surfaces et d’obstacles à la certification bio, soulevés par Benoît Mary, demeurent cependant cruciaux.

Sophie Chapelle et Ivan du Roy

(@Sophie_Chapelle et @IvanduRoy sur twitter)

Photo : flickR

Vidéos

  • épicerie itinérante Marchands ambulants de produits bio, le nouveau visage de l’économie sociale dans les campagnes

    Voir la vidéo
  • Greenwashing Avec Air France, compenser les émissions carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos