Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 20308 € sur 100000 € !

20.31%

Déchets radioactifs

A Bure, habitants et paysans refusent que leur territoire devienne une « grande poubelle nucléaire »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Voilà dix jours que des habitants de la Meuse, appuyés par des paysans locaux et des militants anti-nucléaires, occupent le bois communal de Mandres-en-Barrois, près de Bure. En ligne de mire : Cigeo, un projet d’enfouissement de déchets radiotoxiques qui resteront dangereux pendant des milliers d’années. Estimé à 25 milliards d’euros, le projet est porté par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra). Sur ce territoire désertifié sur le plan économique, l’argent distribué par les acteurs de la filière nucléaire affole les calculettes… et entrave les résistances. « L’important pour l’Andra, c’est moins de coloniser l’espace que de coloniser les esprits », dénonce un opposant. Reportage.

Pour découvrir ce reportage en grand format, cliquez sur l’image ci-dessous.


Les tranchées dans la rocaille de la Meuse sont encore fraîches. Plusieurs rangées de barricades se devinent quand on s’approche sur ce sentier forestier du bois Lejuc, au nord du village de Mandres-en-Barois. Dimanche 19 juin, lors d’une manifestation festive, des habitants et des militants anti-nucléaires, accompagnés d’agriculteurs et leurs tracteurs en renfort, ont décidé de « libérer » ce bois champêtre en faisant tomber des grillages érigés voilà quelques semaines par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra).

Tous s’opposent à la « grande poubelle nucléaire » que l’État cherche depuis 20 ans à creuser dans le coin. Sur les barricades, les branches de hêtre et de charme se mélangent ironiquement à des grappes de fils barbelés flambant neufs. Ceux-là même qui devaient écarter riverains et curieux. « Le bois communal de Mandres-en-Barrois a été libéré de l’emprise de l’Andra », clament les occupants dans un texte paru le 21 juin [1]. « Les barbelés sont tombés, les vigiles ont déguerpi. La forêt est de nouveau ouverte et accueillante ». L’ordonnance d’avis d’expulsion imminente reçue par les opposants le 28 juin au matin n’entame en rien leur détermination.


Enfouir des déchets radioactifs pour des milliers d’années

Cette petite guerre de tranchées est un épisode déterminant d’un long feuilleton qui agite depuis bien longtemps le village de Bure, situé à quelques kilomètres du bois occupé. C’est dans ce village d’une centaine d’habitants que l’Andra s’est installée la première fois en 1999, pour y construire un « laboratoire » destiné officiellement à étudier la faisabilité de stocker en profondeur les déchets radioactifs les plus nocifs que l’industrie accumule depuis plus de quarante ans. Le « labo » de Bure est la préfiguration d’une phase industrielle bien plus colossale, joliment baptisée Cigeo – Centre industriel de stockage géologique – nom de code d’un chantier estimé au bas mot à 25 milliards d’euros.

C’est ici, dans le sous-sol argileux de la Meuse, que devraient se creuser des dizaines de kilomètres de galeries à 500 mètres de profondeur pour accueillir 85 000 m3 de déchets radiotoxiques qui resteront dangereux pendant des dizaines, voire des centaines de milliers d’années. Ces résidus dits à « haute et moyenne activité à vie longue » (HMAVL) ne représentent que 3 % environ du volume de tous les déchets produits par la filière [2], mais ils concentrent plus de 99 % de leur radioactivité totale. L’Andra gère un autre site de stockage, dans l’Aude, à Soulaines. Là-bas sont entreposés les résidus les moins toxiques, dits FAVC (à faible activité à vie courte), composés de matériaux faiblement contaminés, n’ayant jamais été en contact avec les produits de fission au cœur des réacteurs.

Un territoire peu à peu colonisé par le nucléaire

A Bure et dans quatre autres villages alentour, le laboratoire érigé par l’Andra sur deux hectares, est entouré de grillages et de barbelés. Le site n’a pas été choisi uniquement pour la qualité du sous-sol argileux, mais aussi pour sa faible densité de population (6 à 7 habitants au km2). Le décret d’implantation de l’Andra – signé alors par Dominique Voynet, ministre de l’environnement – date de 1998. Claude Kaiser, membre historique de la coordination Bure Stop qui fédère associations et collectifs opposés aux projets de l’Andra, se souvient d’un rendez-vous obtenu peu après par les opposants avec un conseiller du Premier ministre Lionel Jospin. « Il nous dit d’emblée, “Mettez nous 10 000 personnes dans la rue et là on pourra peut-être commencer à discuter”. On lui répond “mais comment voulez-vous que l’on mobilise autant dans la Meuse ?” Sa réplique, je ne suis pas prêt de l’oublier : “C’est bien pour ça que la Meuse a été choisie” ! »

La désertification économique de ce coin de campagne lorraine s’est aussi avérée déterminante. Le contrat d’objectifs État-Andra 2013-2016 souligne que, parmi les missions de l’Agence, figurent celle d’« être reconnu comme un acteur du développement économique local ». Pour cela, l’Andra préside depuis 2006 un Groupement d’intérêt public (GIP), dont le budget est alimenté par les acteurs de la filière nucléaire. Ce GIP inonde d’argent public tout le territoire, en Meuse et en Haute-Marne, le département voisin. « J’ai cherché d’autres exemples, constate Claude Kaiser, il n’y en a pas ! C’est la toute première fois dans l’histoire des institutions françaises que de l’argent est distribué massivement aux collectivités, associations, entreprises et particuliers. Et ce avant même que le projet ne soit officiellement décidé. »


« Ici, l’argent de l’Andra divise les familles et brise les amitiés »

Dès 1991, l’État décide de verser 5 millions de francs (MF) par an (760 000 euros environ) aux quatre sites présélectionnés pour l’enfouissement des déchets. Une somme annuelle multipliée par deux en 1995. En 1998, quand Bure est seule en lice, la manne passe à 10 MF par an (1,5 millions d’euros, M€) – mais pour chacun des deux départements, Meuse et Haute-Marne. En 2000, le passage à l’euro affole les calculettes : 18 M€ par an et par département. Puis 20 M€ en 2006, et même 30 M€ depuis 2009 ! « Ici, l’argent de l’Andra pourrit tout, lâche un habitant. Ça divise les familles et brise les amitiés… » Chaque village arbore de magnifiques lampadaires flambant neufs illuminant des trottoirs également neufs. Des salles des fêtes au design soigné poussent comme des champignons. Réhabiliter une grange ou rénover un chemin privé ? Le GIP est à votre écoute. « L’important pour l’Andra, résume un fin connaisseur du dossier, c’est moins de coloniser l’espace que de coloniser les esprits ».

La volonté des élus est de faire de la zone un « pôle d’excellence nucléaire ». Les implantations se sont multipliées : Areva et EDF ont installé leurs archives, EDF a construit un centre de maintenance pour pièces de centrales, Areva une plate-forme logistique pour ses transports de colis radioactifs, et des formations liées aux métiers du nucléaire se sont développées dans les lycées ou universités du coin. Sans oublier la touche « écolo » : panneaux solaires et champs d’éoliennes à tout-va. Et non loin de Bure, le CEA a implanté Syndièse, un centre de recherche sur du « diesel de synthèse », du « biocarburant » conçu à partir de bois… L’association SOS Forêt, membre de Bure Stop, y voit une menace supplémentaire pour la biodiversité du coin.

« Il est très difficile de résister à l’annexion des consciences »

Le bois de Mandres est stratégique pour l’Andra et son projet Cigeo, qui nécessitera une emprise sur le territoire – en Meuse mais aussi en Haute-Marne – estimé entre 500 et 600 hectares. Pour s’assurer d’acquérir les parcelles qu’elle convoite pour le chantier Cigeo, elle a, depuis plusieurs années, acquis pour plus de 3000 hectares d’espaces (champs, bois, forêts), en prévision de devoir compenser les propriétaires récalcitrants à céder leurs terres. C’est sur le bois Lejuc que doit être construit une immense plateforme logistique ainsi que les puits de ventilation du futur site de stockage. Pour les premiers militants qui se battent contre cette « poubelle nucléaire » depuis une vingtaine d’années, l’occupation de la forêt de Mandres représente une bouffée d’espoir.

« Je ressens une immense joie et une grande fierté car c’est la première fois que nous nous opposons frontalement à l’avancée des casseurs de l’Andra et des pouvoirs publics », confie Claude Kaiser. « Mais j’ai aussi une angoisse sans nom à l’idée que cette action s’arrête là, faute de défenseurs suffisants, en cas d’expulsion ». Une « maison de la résistance », Bure Zone Libre, existe aussi au village depuis dix ans. Ce point de rencontre est devenu incontournable dans la lutte contre l’Andra. L’été dernier, un « camp anticapitaliste » organisé près de Bure, a galvanisé les troupes et certains militants venus d’ailleurs ont décidé de s’y installer. « Pour la première fois depuis bien longtemps, explique Corinne François, autre figure de la coordination Bure Stop, des habitants osent prendre la parole pour dire non à Cigeo ». « Il y a en ce moment un ancrage local de la lutte qui mobilise villageois, agriculteurs et militants, une cohésion que nous n’avons pas réussi à créer dans les années 2000. »


Jean-Pierre Simon, agriculteur depuis 35 ans à Cirfontaines, un village de Haute-Marne concerné par Cigeo, a prêté son tracteur pour aider les occupants à tenir le siège du bois Lejuc. Il parle de « rouleau compresseur » et de « chape de plomb » pour décrire les méthodes de l’Andra. « Il est très difficile de résister à l’annexion des consciences, quel que soit sa taille, son statut, son activité dans le secteur. Sans l’occupation du bois, il était difficile de contester les méthodes utilisées, il faut maintenant les montrer et les combattre avec les moyens juridiques dont on dispose. »

Bientôt une loi conçue sur mesure ?

Si les opposants ont décidé d’attaquer l’Andra frontalement en se réappropriant le bois de Mandres, en osant faire tomber grilles et barbelés tout en éjectant du lieu une escouade de vigiles, c’est que les travaux engagés dans la forêt ne sont pas anodins. L’an dernier déjà, l’Andra a lancé aux alentours des fouilles archéologiques préventives. Autant de signes, pour les militants, que Cigeo prend forme alors qu’aucune autorisation légale n’a encore été donnée. Il faut en effet une loi en bonne et due forme pour que la phase industrielle du stockage souterrain soit lancée. Or il n’en est rien. Le sénateur Gérard Longuet, fervent partisan de Cigeo comme l’énorme majorité des élus du territoire, a tenté de passer en force en 2015 en déposant un amendement dans la loi Macron. Un « cavalier budgétaire » aussitôt censuré par le Conseil constitutionnel.

Fin mai 2016, Longuet récidive avec une proposition de loi conçue sur mesure pour donner le feu vert à Cigeo. Avalisée par le Sénat début juin, elle sera examinée par les députés le 11 juillet prochain. Il y est question de « réversibilité », une notion qui sous-entendrait que l’on puisse un jour récupérer les fûts de déchets en cas de fuites ou d’accident. « Cela sert avant tout à rassurer la population », martèlent les membres de Bure Stop. « Car réversibilité ne veut pas dire “récupérabilité” des déchets… Aller chercher ce qui fuira n’est pas prévue dans la conception industrielle de Cigeo. C’est juste un mot pour faire croire que les décisions successives ne seront pas irrévocables ».

Bataille juridique

Pour l’instant, à l’orée du bois de Mandres occupé, militants anti-Cigeo et officiels de l’Andra se regardent en chiens de faïence. Aussitôt le bois occupé, l’Agence a annoncé dans la presse le dépôt d’une plainte en justice pour occupation illégale. Basta ! a tenté d’en savoir plus : silence radio. Une porte-parole nous a seulement indiqués que les travaux engagés dans le bois étaient destinés à réaliser des « forages géotechniques », « de simples études et non des travaux liés à Cigeo ». Et si des grilles, des barbelés et des vigiles sont apparus dans le bois, c’était, dit-elle, pour « protéger la forêt » après que des « dégradations » aient été constatées dans les arbres, ce qui aurait pu endommager le travail des engins de chantier et de défrichement.

Mais ce sont les anti-nucléaires qui ont dégainé les premiers. Le 23 juin, une plainte pour « infractions au code forestier » que Basta ! a pu consulter, a été déposée sur le bureau du procureur de Bar-le-Duc au nom de quatre habitants de Mandres et d’une demi-douzaine d’associations [3]. « L’Andra a voulu passer en force sans respecter le code forestier », résume Etienne Ambroselli, avocat des plaignants. Un passage d’une note de l’Office national des forêts, daté du 26 octobre 2015, atteste de la précipitation de l’Andra : « L’installation définitive du stockage des déchets nucléaires HAVL et MAVL n’ayant pas encore été entérinée par les représentants de la Nation, il convient de poursuivre les actions mises en œuvre dans le bois Lejuc (entretien des plantations réalisées...) (...) jusqu’en 2018 » [4]. Des observations que l’Agence s’est empressée de ne pas suivre.

« Ils investissent les lieux en s’estimant au-dessus des lois »

Sur place, les militants ont pourtant constaté qu’au total, 9 hectares du bois convoité ont été défrichés sauvagement, notamment sur les pourtours de la parcelle, opération destinée sans doute à ériger un grillage et un sentier de ronde… Une autorisation spéciale du préfet aurait été nécessaire pour déboiser une telle surface, affirment les plaignants. L’Andra n’a pas répondu à notre message lui demandant de produire cette autorisation. Basta ! s’est par ailleurs procuré un document instructif distribué par la Direction départementale des territoires (DDT) de la Meuse : « Afin de respecter les périodes de nidification de l’avifaune, il est recommandé de ne pas effectuer les travaux de défrichement entre le 15 mars et le 31 juillet » [5].

« C’est typique de l’attitude de l’Andra, tranche un militant qui a constaté les dégâts. Ils investissent les lieux en s’estimant au-dessus des lois. » Le plus grinçant, c’est « l’exposition » que l’Andra propose aux visiteurs au sein de son laboratoire depuis l’an dernier, baptisée « Découverte en forêt ». Au milieu du parcours, un arbre mort laisse apparaître des feuilles vertes en plastique.

[Mise à jour le 7 juillet 2016] Les personnes qui occupaient le bois communal de Mandres-en-Barois ont été expulsées ce matin par les gendarmes.

Texte : Jérôme Thorel
Photos : Jérôme Thorel sauf celles du potager et du concert (© vmc.camp)

Ce reportage est aussi disponible en grand format, ici.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos