Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 27927 € sur 100000 € !

27.93%

Transition énergétique

3500 personnes bloquent l’une des plus grandes mines de charbon au monde

par , Sophie Chapelle

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Ils sont plus de 3500 militants à avoir bloqué pendant 48 heures, entre le 13 et le 15 mai, l’une des plus grandes mines de lignite d’Europe. 20 millions de tonnes de lignite, un « charbon brun » très polluant, sont extraites chaque année de cette mine à ciel ouvert située à Welzow Sud en Allemagne, pays qui figure parmi les plus gros producteurs [1]. Conséquence de cette exploitation, tout ce qui est présent sur les zones convoitées – villages, champs, forêts, exploitations agricoles – a été rasé (voir notre reportage). « Aucune autre énergie ne cause autant d’émissions de CO2 », selon le président de l’association écologiste Bund.

Le vendredi 13 mai, des centaines de militants en combinaisons blanches ont donc pris le chemin de la mine de Welzow Sud. L’enjeu : tenter par tous les moyens, en restant non violents, de paralyser l’exploitation de lignite.

Alors que la compagnie suédoise Vattenfall, qui avait anticipé l’action, avait déserté le champ d’exploitation, les militants ont pu occuper et bloquer les gigantesques excavatrices qui sortent 240 000 tonnes de charbon par jour. Au même moment, un autre groupe de militants a bloqué les voies ferrées pour barrer la route aux convois de charbon.

En parallèle, environ 400 personnes sont parties occuper la centrale le samedi après-midi. Trente minutes après avoir pénétré l’enceinte, les militants se sont faits déloger par la police. Au total, 120 personnes ont été arrêtées, avant d’être libérées le dimanche.

Faute d’approvisionnement en charbon, la centrale de Vattenfall a cessé sa production d’électricité dimanche à la mi-journée. Un signal marquant la fin du blocage pour les militants estimant avoir réussi leur action, en empêchant « le ravitaillement du 10e plus gros émetteur de CO2 pendant plus de 48 heures ». Cette opération baptisée « break free », pour « libérons-nous des énergies fossiles », était initiée par une coalition d’ONG environnementales, au premier rang desquelles figure 350.org.

Leur demande ? Laisser 80 % des hydrocarbures dans le sol afin de rester sous le seuil critique des 2°C de réchauffement que les 195 pays associés à l’accord de Paris sur le climat se sont engagés à ne pas dépasser. Or, cet accord ne mentionne nulle part un engagement des pays à sortir de l’ère des énergies fossiles, pas plus qu’il n’enjoint à aller vers la sobriété énergétique (voir notre décryptage). Les engagements des pays sont seulement volontaires, et sans valeur contraignante...

Depuis le 4 mai, une série d’actions coordonnées ont été menées dans 12 pays – Royaume-Uni, Philippines, Nouvelle-Zélande, Brésil, Australie, Nigeria, Indonésie, Afrique du Sud, États-Unis, Allemagne, Canada et Turquie – pour réclamer une réduction drastique de l’exploitation des énergies fossiles. Selon les relevés publiés par la Nasa, le mois d’avril 2016 est le plus chaud jamais enregistré sur terre.

texte : Sophie Chapelle
photos : © Eros Sana - Collectif OEIL

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos