BASTA !

https://www.bastamag.net/Hopitaux-urgentistes-urgences-greve-fermeture-de-lits-sante-Buzyn

Santé

Les urgentistes dénoncent de nouvelles fermetures de lits dans les hôpitaux cet été

par Thomas Clerget -

« On ne va pas s’arrêter cet été. On est aussi déterminés qu’on est désespérés par l’attitude du gouvernement. » Dans les services des urgences, le mouvement de grève continue. A l’appel du collectif Inter-urgences, à l’origine de la mobilisation démarrée en mars dans les hôpitaux parisiens, et de syndicats (Sud-Santé, la CGT, FO), plusieurs centaines de soignants se sont retrouvés, ce 2 juillet à Paris, pour une nouvelle manifestation nationale. Ils y ont affiché une volonté de poursuivre leur grève pour des conditions d’accueil et de travail dignes au sein d’urgences en profonde souffrance.

« On veut que l’hôpital redevienne humain »

Si la manifestation était modeste, l’enjeu n’était pas vraiment dans les chiffres. Les contraintes pesant sur les soignants sont difficiles à contourner. Les grévistes sont ainsi systématiquement assignés par leur direction afin d’éviter la fermeture des services. Les courageux venus défiler à Paris l’ont donc fait sur leurs temps de repos, avec de petites délégations représentant différents services d’accueil des urgences (SAU) à travers le pays. Inter-urgences revendique environ 150 services en grève.

Dans les rangs de la manifestation, qui a démarré au pied du ministère de l’Économie et des Finances, à Bercy, les soignants étaient unanimes pour considérer les mesures proposées en juin par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, comme « insuffisantes ». Les primes concédées, en particulier le supplément de 100 euros nets par mois de prime de danger, ne font pas illusion. « L’argent n’est pas la question centrale, balaient Eric et Fabien, deux aides-soignants de l’hôpital Alpes-Léman, près d’Annemasse en Haute-Savoie. On est mal payés, donc on ne va pas cracher sur une augmentation, mais on veut surtout des postes, et pouvoir s’occuper des gens dans de bonnes conditions. On veut que l’hôpital redevienne humain, et pas seulement "financier". »

Malgré les promesses, sur le terrain « concrètement il ne se passe rien »

A Paris, Martin Hirsh, le directeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), a fait quelques concessions. 230 postes y sont promis (pour 360 demandés), ainsi qu’une prime supplémentaire de 56 euros. « Ils tentent de séparer Paris du reste du mouvement, pense une source syndicale. Mais personne n’est dupe, et puis ils sont tombés sur des fortes têtes... » Depuis mars, la ligne des autorités consiste à ramener les négociations au niveau le plus local possible. Une classique stratégie de division, visant à désamorcer le mouvement national. Celui-ci réaffirme ses revendications d’embauches significatives, d’augmentation de 300 euros nets, d’ouverture de lits d’hospitalisation et d’arrêt des fermetures de services mobile d’urgence et de réanimation (SMUR).

Question moyens, l’enveloppe de 15 millions promise, selon le ministère de la Santé, pour « renforcer les effectifs paramédicaux durant la période estivale », et « maintenir un maximum de lits ouverts », apparaît comme une goûte d’eau au regard de la pénurie d’effectifs et de moyens matériels rencontrés par les équipes. « Concrètement, il ne se passe rien, constate une infirmière du « groupe Nord-Essonne », qui rassemble trois hôpitaux au sud de l’Île-de-France. On nous a dit qu’il n’y aurait aucune embauche. Pire, à terme ils vont fermer les trois hôpitaux pour en ouvrir un nouveau à Saclay, mais avec moins de lits », se désespère la soignante.

Pendant la manifestation, la délégation des urgences d’Annecy.

Le double-discours du gouvernement est pointé par les grévistes. Les 15 millions doivent être affectés pour l’été aux « services d’urgence en tension ». Sauf que les tensions sont partout. Ainsi à Creil : « On ne voit rien arriver non plus. Cet été, nos conditions de travail seront même pires. Deux services vont fermer, et leurs lits avec, expliquent trois urgentistes de l’hôpital, sans garantie que ces services rouvrent à la rentrée. On appréhende les jours qui viennent. La prime n’est pas l’essentiel, insistent-elles encore. On veut du matériel, des lits, du personnel, pour hospitaliser correctement. »

A l’hôpital Alpes-Léman, Eric et Fabien évoquent également des fermetures de lits. La pratique, dénoncée, est devenue courante l’été, période durant laquelle les personnels en congés ne sont très souvent pas remplacés. Jérémy, infirmier aux urgences de Strasbourg, ne perçoit « aucun changement » non plus. Quant aux soignantes et soignants de Saint-Nazaire, ils ne sont pas plus optimistes : « Nous aurons moins de lits cet été. On aura par contre quelques renforts, car nous sommes dans une zone où il y a des vacanciers l’été. Mais nous en aurons moins que les années précédentes. » Vont-ils pour autant trouver les ressources pour continuer la grève ? « Oui, on ne va rien lâcher. »

A l’issue de la manifestation, une délégation est entrée au ministère de la Santé, où la rencontre a été mouvementée. Selon Inter-urgences, « la réunion s’est révélée insatisfaisante », sans nouvelle proposition. Pendant ce temps, aux pieds du ministère, une quinzaine de soignants ont commencé à se faire une injection d’insuline, prévue pour être répétée toutes les cinq minutes. Une manière de mettre en scène le désespoir réel de la profession. « Nous sommes des professionnels, et nous avons fait cela en totale maîtrise », précise Candice du collectif Inter-urgences. L’action a finalement été interrompue dans le calme par les CRS. Un peu plus tôt, durant la manifestation, Candice avait prévenu : Puisque rien n’y fait, à l’entrée de l’été, les urgentistes vont « durcir le mouvement ».

Thomas Clerget (texte et photos)

- Relire notre article : Conflit aux urgences : « Nous ne nous arrêterons que lorsque nous aurons obtenu ce que nous voulons »