Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com’ qui brillent par leur hypocrisie - commentaires Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-17T03:57:20Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9442 2019-12-17T03:57:20Z <p>Le "juste nécessaire" et la "monnaie" (3)</p> <p>Une civilisation écologique et citoyenne ne pourra être que "post-monétaire". <br class="autobr" /> La problématique écologique invite à une révolution post-monétaire du droit d'usage.</p> <p>Le "juste nécessaire" peut constituer la base d'une réflexion éthique et politique porteuse d'avenir.<br class="autobr" /> Mais si cette réflexion s'englue dans l'instrument obsolète et destructeur que constitue aujourd'hui la monnaie, elle restera caduque.</p> <p>La monnaie constitue un instrument archaïque du droit d'usage.<br class="autobr" /> Par son avantage logistique, elle a facilité l'économie durant des siècles. <br class="autobr" /> Elle a dynamisé l'économie capitaliste, l'industrialisation et la mondialisation.</p> <p>Mais au stade actuel de confrontation de l'économie aux limites écologiques, la monnaie ne répond plus aux exigences citoyennes du droit d'usage, ni du droit en général, au niveau local ou planétaire.</p> <p>Le "juste nécessaire" se présente comme une idée porteuse mais qui doit être nourrie par une révolution juridique et philosophique à propos du droit d'usage, par-delà l'archaïsme de la monnaie.<br class="autobr" /> Les timides aménagement conceptuels monétaires actuels (monnaie fondante, monnaie locale …) ou les diverses versions socialistes de l'aide monétaire (jusqu'à la mode éphémère du revenu de base) restent intellectuellement inefficaces car récupérées par le pouvoir capitaliste ambiant, fondé sur la monnaie.<br class="autobr" /> La véritable révolution sociétale méta-capitaliste du droit d'usage sera post-monétaire.</p> <p>Les outils informatiques actuels, comme les progrès en cours de l'IA (intelligence artificielle), ouvriront la porte à une palette d'outils juridiques et économiques de gestion du droit d'usage d'un intérêt citoyen incomparable, surtout au regard de ce vieil outil préhistorique que constitue désormais la monnaie.<br class="autobr" /> Reste à les imaginer et à les valider par une législation (nationale et internationale) adéquate.</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-17T03:56:30Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9441 2019-12-17T03:56:30Z <p>Le "juste nécessaire" et la "monnaie" (2)</p> <p>La portée politique (fortement biaisée) de la monnaie tient à ses fondements juridiques et mathématiques, épistémologiquement absurdes.<br class="autobr" /> D'abord, juridiquement, cet aspect de "droit d'usage blanc" se révèle socialement dangereux et malsain car lorsqu'un acteur économique cède son droit d'usage blanc (la monnaie initialement en sa possession) à un vendeur, il n'a aucune certitude quant au parcours social ultérieur de ce "droit d'usage blanc" qu'il a cédé en toute bonne foi. <br class="autobr" /> Ce droit peut terminer et s'accumuler dans la poche d'un tyran capitaliste, qui ruinera alors les droits les plus fondamentaux (politiquement plus essentiels que la simple consommation) des autres citoyens en aval.</p> <p>Ce pouvoir politique capitaliste tient à cette double absurdité de la notion juridique de "droit d'usage blanc" au départ mais aussi à une autre ineptie épistémologique, celle qui consiste à considérer la monnaie comme un "étalon de mesure" (ce qu'elle n'est pas : la monnaie et le prix "évaluent", ils ne "mesurent pas"), lequel peut alors être abusivement additionné et multiplié. <br class="autobr" /> Ces opérations mathématiques n'ont en fait aucune pertinence car la monnaie n'est pas un étalon de mesure mais un instrument de "droit".<br class="autobr" /> "Accumuler du droit d'usage blanc" constitue une monstruosité philosophique, épistémologique, éthique et politique que seul un stade prononcé de décadence culturelle et sociétale (comme celui de la société monétaire et capitaliste actuelle) peut atteindre.</p> <p>Cette accumulation monétaire offre aujourd'hui aux multinationales le pouvoir de transgresser des droits plus fondamentaux (que les droits économiques) comme la sauvegarde vitale des communs : l'écosystème, le climat … jusqu'à la privatisation de l'eau, voire de l'air.</p> <p>Monnaie et écologie constituent deux approches incompatibles du droit, de l'éthique et de la politique.</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-17T03:55:22Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9440 2019-12-17T03:55:22Z <p>Le "juste nécessaire" et la "monnaie" (1)</p> <p>Le "juste nécessaire" et la "monnaie" sont des notions radicalement divergentes concernant la gestion d'une problématique plus globale, celle du "droit d'usage".<br class="autobr" /> La gestion socialement équitable du droit d'usage ne passe pas par la monnaie ... mais plus fondamentalement par le "droit".</p> <p>L'économie scolaire a repris (comme Marx) la distinction aristotélicienne sommaire "valeur d'usage" / "valeur d'échange". <br class="autobr" /> En fait, c'est bien plus complexe et c'est dans cette complexité que s'égare l'économie monétaire, croyant avoir trouvé en la monnaie un outil magique de gestion économique.<br class="autobr" /> La monnaie n'a rien d'un étalon scientifique de gestion.<br class="autobr" /> La monnaie est d'abord un artifice juridique : un "droit d'usage blanc", dont l'objet n'est pas spécifié a priori. Sa valeur est purement subjective et spéculative ; elle suppose aussi un échange ultérieur contre un droit d'usage spécifié, ouvrant in fine à la consommation.<br class="autobr" /> Hors cette spéculation (incluant un consensus social arbitraire ... qui peut s'effondrer lors d'une crise d'inflation), la monnaie n'a aucune valeur.<br class="autobr" /> Sa valeur (subjective) se présente ainsi comme une "valeur d'échange de droit d'usage", entre un droit d'usage spécifié (propriété sur un bien de consommation défini, par exemple) et ce droit d'usage blanc (la monnaie, dont l'objet n'est pas spécifié). Notion un peu plus subtile que le dualisme d'économie scolaire sur la "valeur".</p> <p>La monnaie n'est ainsi que pure spéculation sur l'hypothétique "bonté sociale" de ce marché du droit d'usage, qui promet in fine à l'acheteur d'accéder à un droit spécifié sur un bien de consommation, lorsqu'il cède en fin de chaîne son droit d'usage blanc.</p> <p>Problème : la "bonté sociale" de ce marché d'échange des droits d'usage (blancs ou non) est fondamentalement corrompue par la nature humaine et ses dérives sociales usées.</p> <p>Il devient alors possible, à l'autre bout de la chaîne, en amont (du côté du capital), d'accumuler du "droit d'usage blanc", rouage du capitalisme.<br class="autobr" /> Ce "droit blanc accumulé" dépasse alors son simple aspect consumériste pour donner progressivement accès à un pouvoir juridique et politique (voire militaire par acquisition d'armes) théoriquement sans limite, pouvoir qui dépasse de loin la stricte réflexion économique.<br class="autobr" /> La problématique de la monnaie sort ainsi du strict registre économique pour interpeler la réflexion juridique, philosophique et politique.</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-13T11:05:59Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9426 2019-12-13T11:05:59Z <p>Les banques créent des milliers de milliards pour spéculer dans la finance, on oblige des milliards d'humains à travailler en quasi esclavage, mais ce n'est pas un piège capitaliste grossier. On va modifier une retraite par redistribution pour la transformer en partie en capitalisation. Il est sûr que la capitalisation ne consomme pas, mais elle oblige pour se rémunérer, des milliards d'humains à travailler et à pousser tout le monde à surconsommer. <br class="autobr" /> <a href="https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/" class="spip_out" rel='nofollow external'>https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/</a></p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-11T02:39:09Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9408 2019-12-11T02:39:09Z <p>Le "revenu inconditionnel" (RDB, etc) est un piège capitaliste grossier.</p> <p>Ce vieux fantasme monétaire (antithèse de la solidarité citoyenne non capitaliste et non monétaire ; solidarité concrétisée auparavant par des structures publiques sociales et non par de la monnaie de singe ... structures privatisées depuis le siècle dernier par la fausse gauche de la bande à Finchelstein) est ressorti à la mode récemment avec la disparition des CDI comme garants du remboursement du crédit et comme parade financière à la crise du crédit consécutive, grain de sel dans les rouages bancaires.<br class="autobr" /> Cette lubie naïve favoriserait surtout chez le citoyen lambda (qui n'est généralement pas écolo) le crédit et le consumérisme de masse. On pourrait nommer ce RDB "revenu Auchan" ou "revenu Amazon" ... ou surtout revenu "importations US".</p> <p>C'est principalement un instrument de relance de l'économie libérale, subventionnée par l'endettement des États sur le long terme car c'est l'État qui se porterait garant de la liquidité "à vie" de ces emprunteurs/consommateurs compulsifs.<br class="autobr" /> Le crédit sur 30 ans, garanti par l'État, la belle aubaine pour les sociétés de crédit et les banques !</p> <p>Il est amusant de constater aussi que la crise de surproduction US a généré le lobbying pour les traités de libre-échange transatlantique ... lobbying associé à une propagande massive pour le RDB (revenu de base) dans la zone privilégiée d'influence du dollar, l'Europe de l'Ouest, surtout Atlantique.<br class="autobr" /> Un hasard, mon cher Lazard ?</p> <p>En France, cette lubie libérale a été promue par la Fondation Jean Jaurès, foyer des sbires de la banque d'affaires transatlantique "Lazard" et autres brigands capitalistes notoires (Daniel Cohen, Gilles Finchelstein, etc.), loups libéraux déguisés en rouge.</p> <p>Quant au MFRB, présenté comme "mouvement citoyen français", il a dès le départ été mis en place par des lobbies libéraux canadiens ! La belle arnaque.</p> <p>L'Europe n'aurait-elle tiré aucune leçon de la magouille du plan Marshall ?<br class="autobr" /> Serait-elle vouée a servir indéfiniment de déversoir des surplus de production US ?</p> <p>Les plus courtes sont les meilleures ... :-)</p> <p>Comme la Chine a bien compris que nous avons un beau profil de pigeons, elle veut nous refourguer son matos électronique de la fausse transition énergétique, qui pollue encore plus que tout ce qui a existé avant (voir la célèbre enquête de Guillaume Piton sur la "guerre des métaux rares", face cachée de la transition énergétique).</p> <p>Matos électronique qui nous rend esclaves de l'obsolescence programmée et du total contrôle de la chaîne de distribution/réparation (véhicules électriques, ...) par les multinationales. Les petits garagistes sont en faillite car leur boulot a été volé par la toute puissance des productions truffées d'électronique.</p> <p>La "transition énergétique" est le masque d'un vieux personnage de politique-fiction : "Big Brother" !</p> <p>On n'arrête pas le progrès ! :-)</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-10T14:11:01Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9407 2019-12-10T14:11:01Z <p>Petite réflexion scientifique …</p> <p>Les scientifiques jugent que les émissions volcaniques (aériennes) de CO2 sont en moyenne 130 fois plus faibles que les émissions d'origine anthropique. Soit, mais regardons plus bas.<br class="autobr" /> Par contre, les scientifiques de la NASA estiment que les volcans sous-marins sont mille fois plus nombreux que volcans terrestres actifs (1,5 million de volcans sous-marins contre seulement 1 500 volcans terrestres).<br class="autobr" /> Une estimation très sommaire (1000/130 = 7,7) laisse alors supposer que le volcanisme sous-marin pourrait dégager 8 fois plus de CO2 dans les océans que les activités humaines n'en dégagent dans l'atmosphère.</p> <p>Le volcanisme sous-marin se présente ainsi comme non négligeable dans l'étude du cycle du CO2 (autres GES) dans les océans. Ces proportions invitent à une investigation scientifique plus pointue.</p> <p>La masse océanique planétaire étant le principal puits carbone (plus important que les forêts tropicales), leur bilan carbone ne peut donc se limiter aux seules entrées par captation du CO2 atmosphérique. Il est nécessaire d'inclure aux calculs les émissions volcaniques sous-marines. Élémentaire.</p> <p>Par ailleurs, le volcanisme sous-marin dégage de gigantesques masses de magma en fusion, ce qui intervient aussi dans les échanges thermiques océaniques.</p> <p>Un organisme qui s'affiche péremptoirement comme "scientifique" (le GIEC, par exemple) devrait se donner comme objectif prioritaire d'investiguer plus précisément quant aux effets réels du volcanisme sous-marin sur les océans, selon deux axes d'études majeurs, au moins : <br /><img src='https://www.bastamag.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> l'impact du volcanisme sous-marin sur le cycle carbone des océans ; <br /><img src='https://www.bastamag.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> la part de ce volcanisme dans les échanges thermiques au cœur des masses océaniques.</p> <p>Quel serait l'impact de ce volcanisme fluctuant sur le réchauffement climatique ?<br class="autobr" /> Grande question.</p> <p>(A cela s'ajoutent d'autres problématiques comme l'impact de ce volcanisme sous-marin sur la faune et la flore océaniques, notamment le phytoplancton, agent majeur du cycle carbone océanique et planétaire).</p> <p>Que dit le dernier rapport du GIEC du 24septembre 2019 (rapport centré sur les océans et la cryosphère) à propos du phénomène essentiel du volcanisme sous-marin ?</p> <p>RIEN.<br class="autobr" /> Absolument RIEN.</p> <p>Les schémas du cycle carbone présentés par le GIEC omettent bizarrement les fonds sous-marins !?</p> <p>Si le GIEC est un organisme scientifiquement crédible plutôt qu'un grossier instrument de lobbying politique et financier … <br class="autobr" /> alors, ma grand-mère est coach des All Blacks !</p> <p>Quelle farce !</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-06T17:02:51Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9395 2019-12-06T17:02:51Z <p>Personne n'est obligé de sur-consommer. Si les gens surconsomment, c'est qu'ils le veulent bien. D'autant plus que tout le monde sait maintenant ce que sur-consommer veut dire et en connait les conséquences (on en parle partout). Les gens sur-consomment par ce que ça les excite (la fameuse hormone du plaisir !). Y'a d'autres moyens de se le procurer pourtant ! lol</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-12-01T17:14:00Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9362 2019-12-01T17:14:00Z <p>Les entreprises sont les principales sources d'émission de CO2 en poussant les gens à la sur-consommation, en faisant se déplacer chaque jour des milliards de travailleurs dans des villes saturées, pour en définitive enrichir un peu plus le capitalisme au détriment de l'écologie, et laisser 10-20% de la population dans la pauvreté. Elles plantent des arbres pour se verdir, et en profite pour polluer encore plus. <br class="autobr" /> Si tous les gens avaient un revenu inconditionnel au-dessus du seuil de pauvreté, beaucoup arrêteraient des boulots de merde mal payés, et resteraient chez eux. On répondrait aux nécessités écologiques, mais pas aux besoins du capital.<br class="autobr" /> <a href="https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/" class="spip_url spip_out" rel='nofollow external'>https://lejustenecessaire.wordpress...</a> <br class="autobr" /> C'est pour cela qu'on rend le travail obligatoire ...</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-11-28T16:03:44Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9339 2019-11-28T16:03:44Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> Il me semble que l'article veut dire que 20 entreprises mondiales ont rejetées ensemble un tiers des émissions et non pas séparément.</p> Réchauffement climatique : ces multinationales, patrons ou agences de com' qui brillent par leur hypocrisie 2019-11-28T14:58:13Z https://www.bastamag.net/Giec-climat-climatosceptique-PDG-multinationales-CAC40-greenwashing#comment9337 2019-11-28T14:58:13Z <p>Une phrase m'intrigue :<br class="autobr" /> "Autre exemple : Total. La compagnie pétrolière figure parmi les 20 entreprises mondiales qui ont rejeté, à elles seules, plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet depuis 1965."</p> <p>Comment peut-il y avoir 20 entreprises rejetant plus d'un tiers des émissions mondiales ?</p> <p>Jusqu'à maintenant je pensais qu'il n'y avait que 3 tiers.<br class="autobr" /> Y aurait-il des découvertes mathématiques récentes dont je n'aurais pas eu vent ???</p>