« Aujourd’hui, l’émancipation des femmes concerne surtout les milieux favorisés » - commentaires « Aujourd'hui, l'émancipation des femmes concerne surtout les milieux favorisés » 2018-11-13T07:44:47Z https://www.bastamag.net/Aujourd-hui-l-emancipation-des-femmes-concerne-surtout-les-milieux-favorises#comment8221 2018-11-13T07:44:47Z <p>J'ai lu un certain nombre d'études sociales, et j'en lirai sans doute quand nous aurons un peu plus de recul sur le mouvement dont parle cet article qui s'articule principalelent autour du sentiment. J'aurais évidemment pu documenter plus les positions que je prends avec un ton péremptoire sur les différences dans les comportements relativement aux générations, et je ne pense pas avoir oublié tous les sujets que vous évoquez en faisant une référence à Lordon et de son idée de"désir-maître". Alors évidemment je ne nie pas que cet article est sans doute basé sur une plus grosse étude et une approche scientifique, mais il ne met pas ça en avant, ce n'est pas le ton universitaire qui y est choisi.<br class="autobr" /> Dans mon commentaire je ne remets pas en cause l'idée de domination masculine. J'oppose mon optimisme en pensant que les luttes féministes vont continuer et que le mouvement amorcé par #MeToo et #BalanceTonPorc ne va pas s'arrêter et s'inscrit justement dans une dynamique générale d'émancipation, et je ne nie pourtant pas les risques qui pèsent sur cette dynamique générale. Les risques que je vois me semblent être les mêmes que ceux qui dominent l'article où on pourrait sans doute voir une cohérence entre démographie, classe sociale et glissement vers l'autoritarisme (là encore mon "sentiment" est basé sur ma lecture d'un certain nombre de travaux, mais comme je vois mal où nous serions en désaccord je ne suis pas certain de devoir absolument développer).</p> « Aujourd'hui, l'émancipation des femmes concerne surtout les milieux favorisés » 2018-11-12T17:15:55Z https://www.bastamag.net/Aujourd-hui-l-emancipation-des-femmes-concerne-surtout-les-milieux-favorises#comment8220 2018-11-12T17:15:55Z <p>Merci, Monsieur (genre qu'on peut déduire de votre texte) : votre message est une parfaite illustration des discours que les dominants peuvent tenir sur et aux dominés.<br class="autobr" /> Commencer par "ce n'est pas l'impression que j'ai" est en soi extrêmement problématique. Premièrement parce que si vous êtes un homme, il est absolument logique que vous n'ayez pas la même expérience vécue qu'une femme. Deuxièmement, vous faites l'erreur classique de considérer que, puisqu'il s'agit de sciences sociales, vous pouvez vous en tenir à vos "impressions". Mais concernant les phénomènes sociaux, il existe tout un champ de la connaissance qui permet d'en comprendre les mécanismes. Les études, les mesures, les statistiques montrent qu'il ne s'agit justement pas d'une impression ; les rapports de domination et d'exploitation existent bels et bien, qu'on le veuille ou non. Et il est impossible de s'en extraire par sa seule volonté individuelle. On ne peut s'abstraire ni du capitalisme, ni du racisme, ni du patriarcat, ni de la crise écologique, même ni l'on est un-e militant-e anticapitaliste, antiraciste, féministe ou écologiste.<br class="autobr" /> Ce qui est consternant c'est que cette conscience élémentaire n'est toujours pas partagée dans les milieux "de gauche".<br class="autobr" /> Pour ce qui est du sujet (que vous éludez pour parler de ce dont vous avez envie de parler, encore une illustration flagrante de la tribune en question... ) de la tribune d'Esther Benbassa, je vous invite à lire ces articles, par exemple :<br class="autobr" /> <a href="https://antisexisme.net/2012/07/08/genre-et-parole/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">https://antisexisme.net/2012/07/08/genre-et-parole/</a><br class="autobr" /> <a href="https://antisexisme.net/2018/04/22/viol-discipline/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">https://antisexisme.net/2018/04/22/viol-discipline/</a></p> <p>L'argument "tous les hommes ne sont pas comme ça" est aussi fallacieux que celui "il y a des patrons gentils". C'est un fait et c'est tant mieux, puisque cela signifie que le sentiment d'humanité transcende nos différence (de classe ou de sexe) ; et que l'espoir est permis. Il n'en demeure pas moins que les systèmes de domination sont en place et s'exercent continûment.</p> « Aujourd'hui, l'émancipation des femmes concerne surtout les milieux favorisés » 2018-11-07T10:46:16Z https://www.bastamag.net/Aujourd-hui-l-emancipation-des-femmes-concerne-surtout-les-milieux-favorises#comment8212 2018-11-07T10:46:16Z <p>Ce n'est pas l'impression que j'ai. Peut-être que le tableau ici présenté concerne d'anciennes générations, je ne sais pas. Évidemment rien n'est gagné même pour les nouvelles génération, mais je ne remarque pas une telle solidarité mâle, je ne remarque pas non plus un tir de barrage général chez les hommes contre #MeeToo et #BalanceTonPorc.<br class="autobr" /> On l'a vu avec l'affaire Kevin Spacey, les affaires de rapport abusif au désir de l'autre ne concernent d'ailleurs pas seulement les femmes. Oui la domination est d'abord l'affaire des hommes relativement à toute une histoire des inégalités, mais c'est le systématisme de la domination du désir des autres qu'il me semble devoir attaquer, un désir qui n'est d'ailleurs pas que sexuel et d'ailleurs pas toujours genré (le désir maître dont parle Lordon ne se limite pas à celui des hommes contre celui des femmes). Ainsi je ne suis pas certain qu'une solidarité genrée des femmes soit la meilleure des oppositions à la virilité.<br class="autobr" /> Je suis optimiste, et je ne pense pas que le mouvement #MeeToo sombre dans l'oubli. Il y a une sociologie profonde derrière les revendications féministes qu'il sera difficile de contrer. Cependant nous pouvons constater un lent glissement chez les élites françaises vers un autoritarisme à l'allemande... si on regarde bien, cet autoritarisme pas particulièrement orienté contre les femmes s'accompagnerait tout de même d'une régression du rôle des femmes dans l'espace public. Je pense que c'est là que réside véritablement le risque, contre toutes les libertés et toutes les égalités dont une bonne partie est encore à conquérir et contre la fraternité qui peut nous lier (à choisir, plutôt que la soumission à la hiérarchie).</p>