A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » - commentaires A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » 2019-03-10T21:33:34Z https://www.bastamag.net/A-l-hopital-nous-sommes-dans-une-logique-fordiste-les-femmes-doivent-accoucher#comment8453 2019-03-10T21:33:34Z <p>Bonjour,</p> <p>ma femme a accouché il y a deux ans à l'hôpital et nous avons vécu cela comme madame Lahaye le décrit :<br class="autobr" /> Sage femme certes bienveillante mais courant d'une salle à l'autre <br class="autobr" /> projet de naissance écarté par manque de temps <br class="autobr" /> Épisiotomie abusive<br class="autobr" /> infirmiere qui appuie sur le ventre de ma femme quand bien même c'est interdit et surtout inefficace !<br class="autobr" /> medecin pressée d'aller boire son café <br class="autobr" /> pediatre sur le départ qui oblige à arracher le nouveau né à sa mère.</p> <p>bref une très mauvaise expérience qu'on ne réitéra pas puisque on prévoit d'accoucher à la maison. Nous ne sommes loin d'être reac mais force est de constater que les hôpitaux sont victimes des réductions budgétaires et que le patient cède la place au client ...</p> A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » 2019-03-08T17:30:58Z https://www.bastamag.net/A-l-hopital-nous-sommes-dans-une-logique-fordiste-les-femmes-doivent-accoucher#comment8447 2019-03-08T17:30:58Z <p>Ma voisine très catho et votant à droite toute, bien conseillée par sa maman a voulu accouché à la maison comme toutes les femmes de cette famille. L'accouchement s'est très mal passé puisqu'elle est partie aux urgences. C'était la fin de l'année, les urgences sont saturées ; le bébé est mort et la dame a du mal à se remettre.Cette exemple date de 2018 pas de 1900. A lire cet article on se rend compte que les réacs ont la peau dure.</p> A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » 2019-03-08T16:47:00Z https://www.bastamag.net/A-l-hopital-nous-sommes-dans-une-logique-fordiste-les-femmes-doivent-accoucher#comment8446 2019-03-08T16:47:00Z <p>Mme Lahaye ne prend pas en charge des responsabilités obstétricales et se permet de critiquer un système qui a permis de diminuer les mortalités infantiles et maternelles de manière quasi continue depuis plus d'un siècle.</p> <p>Mais cela est en train de changer à grande vitesse. Le gouvernement ferme toutes les maternités de proximité : Le Blanc, Clamecy et il paraitrait que ce serait pour la "sécurité" des femmes !!!!!!<br class="autobr" /> Faire 1 heure de voiture à 80 km/h chez une parturiente c'est pour sa "sécurité" avec toutes les chances d'accoucher au bord de la route surtout s'il s'agit d'un troisième accouchement<br class="autobr" /> La sécurité alléguée par la ministre n'a rien à voir avec la sécurité des femmes il ne s'agit que de finance et que de fric.<br class="autobr" /> Ce qui adviendra à celles qui auront un accident est le cadet des soucis de la ministre</p> A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » 2018-03-10T09:38:09Z https://www.bastamag.net/A-l-hopital-nous-sommes-dans-une-logique-fordiste-les-femmes-doivent-accoucher#comment7752 2018-03-10T09:38:09Z <p>Bonjour.</p> <p>Je travaille dans un hôpital avec une maternité pratiquant 1500 accouchements/an, je m'étonne de la teneur de cette interview très à charge. Vraisemblablement, Mme Lahaye ne prend pas en charge des responsabilités obstétricales et se permet de critiquer un système qui a permis de diminuer les mortalités infantiles et maternelles de manière quasi continue depuis plus d'un siècle.</p> <p>Certes, tout est loin d'être rose dans une maternité. Il existe un certain nombre de "violences" faite aux femmes et à leur corps mais pour leur vie ou leur bébé. Les exemples ici (ocytociques, épisiotomies, positions) ne sont pas des "violences" directes mais des actes nécessaires au bon déroulement du travail (=rendre la maman et le bébé dans le meilleur état de santé possible à la fin). Les soignants/obstétriciens/sage femmes sont en général très attentifs au bien être des femmes enceintes mais malheureusement les situations obstétricales sont extrêmement délicates et complexes, tout peut basculer très rapidement dans un scénario catastrophe. Parfois, ces pratiques pourraient ne pas être justifiés ou dites abusives mais je n'ai jamais observé de volonté d'industrialisation de l'accouchement. Le terme "maltraitance" implique un rapport de pouvoir que je n'ai personnellement jamais constaté et pourtant il y en aurait 20000 à 40000/an ?!</p> <p>J'aurais encore bien des choses à dire sur le sujet, notamment sur la sécurité des accouchements à domicile dans un pays au maillage hospitalier très différent des pays cités en exemple (suisse, pays-bas), en terme de mortalité infantile me semble t'il. Mais, globalement, je m'étonne de ce procès d'intention faite à l'hôpital, aux maternités et à leurs acteurs à l'heure où clairement il existe trop peu de moyens mis à disposition pour améliorer leurs pratiques, car il y a effectivement nombre de choses à améliorer. Quel est le fond du message Mme Lahaye ? Vous tirez sur l'ambulance si je puis dire, qui ramène la maman de 1950 qui saigne à l'hôpital pour se faire transfuser, sauver sa vie et probablement le futur de son enfant. Peut être est-ce un coup de pub pour votre livre auprès d'une caste "féministé" déjà acquise à vos propos ?</p> A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » 2018-03-08T17:12:28Z https://www.bastamag.net/A-l-hopital-nous-sommes-dans-une-logique-fordiste-les-femmes-doivent-accoucher#comment7747 2018-03-08T17:12:28Z <p><img src='https://www.bastamag.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Le choix de la peridurale est libre dans tous les centres de santé français. Les douleurs sont par contre (apparemment, je n'en aurai jamais l'expérience personnelle...) telles pendant le travail que très peu de femmes tiennent le coup jusqu'à l'accouchement, y compris celles qui voulaient l'éviter. Ce n'est pas imposé, c'est faux, on ne peut pas piquer dans le dos les gens sans leur consentement surtout dans ces moments très chargés émotionnellement. <br class="autobr" /> Quand une femme arrive en disant qu'elle refuse la péri, si on veut en diminuer le nombre, alors elle devrait pouvoir bénéficier d'un accompagnement personnalisé tout le long du travail, et elle devrait être exceptionnellement bien formée en amont de l'accouchement par les sages femmes de ville. Ces deux éléments sont rarement réunis : pas de personnel suffisant en salle d'acc, et 3-4 séances de simulation et d'exercice avant l'accouchement en consultation de ville sont très insuffisantes. Des salles "nature" (de quoi se suspendre, pas de table d'accouchement voire même une piscine) sont disponibles dans de nombreux centres, mais très rarement utilisées. On peut reprocher cette culture trop médicale qui entoure l'accouchement peut être, bien que je répète qu'ils font avec ce qu'ils ont, et en France plutôt bien à mon avis, mais il faut bien comprendre que c'est la culture de la population française qu'il faut aussi changer. <br /><img src='https://www.bastamag.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Concernant le choix de la césarienne de "confort", je reste plutôt contre. Le taux de complications pour la mère et l'enfant sont supérieurs dans le cas des césariennes et l'utérus est irrémédiablement fragilisé pour les prochains accouchements. Le mot de la fin de cette interview parlait quand même de santé publique... C'est pour ça que je trouve cette idée un peu schyzophrène. On a le droit de choisir, mais on commence alors à rentrer dans une medecine purement commerciale comme la chirurgie esthétique. <br /><img src='https://www.bastamag.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Quand ça se passe mal, car parfois ça se passe mal, et qu'il faut partir au bloc pour subir une cesarienne en urgence pour sauver l'enfant, car le scope montre un rythme inquiétant, le temps se compte parfois en moins de 10 minutes de la décision à l'extraction de l'enfant, après avoir transféré la patiente, fait l'asepsie, ouvert l'abdomen et l'utérus sans blesser l'enfant et le transmettre au pédiatre. Je comprends que ça paraisse inhumain à beaucoup d'accoucher sur le dos, les pattes en l'air, et que ça ne soit pas parfaitement physiologique mais je comprends aussi que le personnel des salles d'acc continuent de faire ce qui leur parait le plus sûr. Allez poser le scope sur le ventre d'une femme accroupie, allez la relever quand elle est épuisée ou pour l'examiner parce que vous pensez que l'enfant se bloque, etc... après 11 heures de garde, je comprends que ce ne soit pas un standard des centres hospitaliers.</p> A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » 2018-03-07T14:50:02Z https://www.bastamag.net/A-l-hopital-nous-sommes-dans-une-logique-fordiste-les-femmes-doivent-accoucher#comment7745 2018-03-07T14:50:02Z <p>Jérémie Ripoche, prôner des accouchements plus naturels et reconnaitre en même temps le souhait de certaines femmes d'accoucher par césarienne (même lorsque cela n'est pas médicalement justifié), cela n'a rien à voir avec un trouble psychiatrique, c'est simplement vouloir que les femmes aient le choix. <br class="autobr" /> En dehors des cas d'urgence médicale, qui ne se discutent pas, on devrait pouvoir choisir la position dans laquelle on accouche, ou si on souhaite une péridurale ou pas.</p> A l'hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne » 2018-03-07T13:26:29Z https://www.bastamag.net/A-l-hopital-nous-sommes-dans-une-logique-fordiste-les-femmes-doivent-accoucher#comment7744 2018-03-07T13:26:29Z <p>Très à charge cet article, et pas hyper conforme à mon expérience personnelle. Pourtant je bosse dans un hosto niveau 3 qui accouche plus de 2500 femmes par ans et ma compagne a accouché dans une clinique niveau 2 avec les mêmes chiffres.<br class="autobr" /> Bien sûr que comme tout le reste du milieu médical actuellement, les maternités sont sous dotées et au bord de la rupture. Ca ne rapporte pas grand chose et ça coûte cher (permanence des soins, pas d'acte à haute valeur ajoutée, assurances...) Ça c'est un combat valable.<br class="autobr" /> Par contre reprocher aux médecins et sage femmes leur façon de gèrer le travail, l'accouchement et dire que la péridurale çà sert à rien dans la plupart des cas.. franchement, c'est vraiment racoleur.<br class="autobr" /> On peut faire mieux c'est évident, mais dans ce contexte extrêmement particulier des salles d'acc où les soignants n'ont le droit à aucune erreur sinon c'est le procès (Medecin obstétricien : assurance pro annuelle : 60000e), où on ne parle plus de patientes mais de clientes, où il n'y a plus de médecine générale de garde etc... je crois que ce discours devrait être un peu plus mesuré. <br class="autobr" /> Enfin quand on prône des accouchements plus naturels, sans péridurale, accroché à une liane, mais qu'on demande à ce que les femmes puissent choisir d'avoir une césarienne (comme au Brésil par ex), on touche au trouble psychiatrique...</p>