« Plan social » silencieux : des milliers d’agriculteurs abandonnent chaque année leur métier - commentaires « Plan social » silencieux : des milliers d'agriculteurs abandonnent chaque année leur métier 2016-10-03T20:51:17Z https://www.bastamag.net/Plan-social-silencieux-des-milliers-d-agriculteurs-abandonnent-chaque-annee#comment5702 2016-10-03T20:51:17Z <p>1,4 millions de fermes en 1996. 450 000 aujourd'hui. En trente ans la saignée a été sévère !</p> <p>Avec plus ou moins 30 000 cessations d'activité chaque année. Et vous avez raison de souligner qu'un tiers de ces cessations sont le fait de gens qui jettent le gant avant la retraite. C'était encore chose exceptionnelle dans le monde agricole voici quinze-vingt ans.</p> <p>Il faudrait aussi insister sur le fait que nombre de cessations sont le fait d'agriculteurs parfaitement "intégrés" et non de "marginaux". (Je ne sais quels termes employer.)</p> <p>On voit même des fermetures retentissantes comme cet atelier breton qui comptait 1 800 truies avec la suite. C'est à dire que le système juge comme cause perdue de soutenir à bout de bras des fermes dont la disparition a un impact économique lourd sur leur petite région. Outre les emplois directs perdus, c'est tout un amont et un aval qui y laisse des plumes (banque, coopérative, MSA ; fourniture d'aliments ; abattoir, découpe et transformation, etc.)</p> « Plan social » silencieux : des milliers d'agriculteurs abandonnent chaque année leur métier 2016-09-25T04:55:09Z https://www.bastamag.net/Plan-social-silencieux-des-milliers-d-agriculteurs-abandonnent-chaque-annee#comment5680 2016-09-25T04:55:09Z <p>Bonjour à tous !</p> <p>Ouf ! Un grand merci pour cet article qui ne fait pas dans le trémolo et dans la caricature.</p> <p>Pour faire rapide j'ai repris une ferme d'élevage bovin que j'ai passé en bio. Mes vaches sont dans les champs toute l'année. Hors de question de les renfermer dans ces immondes hangars où elle sont entassées. Après 15 ans passé dans le milieu pourri de la publicité. Nul n'est parfait... J'ai donc un regard mi citadin, mi rural sur ce métier.<br class="autobr" /> J'ai la chance de vivre dans un coin où les paysans (titre que je revendique. Paysan = entretien le paysage. Hors de question de me battre contre la nature) se serrent les coudes et travaillent ensemble. On a pas le choix car les fermes disparaissent vitesse grand V et la main d'œuvre qualifiée se fait rare, et pas question, avec nos pauvres trésoreries, d'embaucher des ouvriers agricoles. Donc c'est l'entraide de grès ou de force. C'est ça qui est bien. On a pas le choix donc on... Nan... Je, retrouve l'entraide et l'esprit de débrouille. Dans le village où je suis mes voisins m'offres tous mes plants pour mon jardins, des légumes ou des lièvres (pour les chasseurs) en échange de services que je peux leur offrir avec mon matériel.</p> <p>Tous ça pour dire que les petits agriculteurs qui ne vivent pas "à l'ancienne" ou dans le productivisme absurde, arrivent à trouver une qualité de vie formidable.</p> <p>En fait le vrai problème du monde agricole est l'administration. Je touche des primes pour palier le fait que je n'ai pas le droit d'arracher les bosquets et que je doivent respecter la faune et la flore dans mon coin classé. Moi ça me va bien car je suis un éleveur bio et pas un cultivateur en intensif. Les primes... Je ne les ai pas encore toucher depuis un an... J'avais prévu mon budget en comptant dessus. Donc ça fait un an que je n'ai pas eu de revenus et ma trésorerie est au plus bas. Vieux libertaire je sais que je ne dois pas faire confiance à l'Etat, donc je ne suis pas étonné. C'est lui qui tue les agriculteurs. Lui est les sangsues innombrables autour de ce métier : banquiers gourmands, commerciaux Voleurs et profiteurs, contrôleurs (bio compris) qui ne sont que des flics que l'on paie pour fouiller chez nous, administration mangeuse de temps à remplir des monceaux de papiers inutiles, syndicats calculateurs, gouvernements menteurs, etc...</p> <p>Pour finir et compléter votre très bon article je dirais que tout ceci est calculer. En effet je suis persuadé que l'agriculteur mondiale de demain sera : <br /><img src='https://www.bastamag.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> de très grosses fermes de 1000, 10 000, 100 000 têtes de bêtes ou hectares de cultures (comme aux US ou en Australie). Entreprises tenues par des actionnaires et des grands groupes financiers qui embaucheront des ouvriers agricoles et useront et abuseront de pesticides, médicaments et l'hormones dégueulasses, pour "nourrir la planète"... Bonne appétit !<br class="manualbr" />Et de toutes petites fermes qui feront des circuits courts et seront payées par l'Etat et l'Europe (si elle survie...) pour entretenir les paysages (comme maintenant) pour que nos beaux citadins puissent venir en vacances dans nos campagnes.<br class="autobr" /> Tout ce qui sera entre les deux disparaitra très rapidement.</p> <p>Voilà j'espère que mon expérience vous aura donné un nouveau regard sur ce monde difficile mais très épanouissant. Et je l'espère, gommera un tout petit peu l'association "paysans = bousseux".. Car j'y rencontre tout les jours des gens instruits, des bacs plus 3 et des "personnes" (à prendre dans le pur sens du terme).</p> <p>Merci pour l'article et à bientôt</p> « Plan social » silencieux : des milliers d'agriculteurs abandonnent chaque année leur métier 2016-09-24T21:22:52Z https://www.bastamag.net/Plan-social-silencieux-des-milliers-d-agriculteurs-abandonnent-chaque-annee#comment5679 2016-09-24T21:22:52Z <p>Contre enquête effectivement passionnante. Tout comme la réponse qu'y a fait François Léger, toujours sur barricade.be</p> « Plan social » silencieux : des milliers d'agriculteurs abandonnent chaque année leur métier 2016-09-24T07:44:16Z https://www.bastamag.net/Plan-social-silencieux-des-milliers-d-agriculteurs-abandonnent-chaque-annee#comment5677 2016-09-24T07:44:16Z <p>L'agriculture passe une période difficile du à la libéralisation des politiques agricoles.Quand vous dites que les bio s'en sortent mieux , économiquement c'est aussi dur mais ils vivent mieux leur métier car ils sont mieux reconnus par la société et surtout par la société "éduquée" ; D'autre part pour les cessations il y en aura autant en AB qu'en conventionnel car dans ce milieu, les personnes ne sont pas parties pour faire carrière comme un paysan au siècle dernier et on en voit les prémices tous les jours.<br class="autobr" /> Pour les solutions, Merci de reprendre la contre enquête de Barricades de Catherine Stevens sur le Bec Hellouin, cela évitera de tomber dans un certain dogmatisme permaculturel, surtout celui du Bec hellouin T Ameslant ,paysan pdt 27 ans et maintenant animateur Conf 61</p>