Le mouvement contre la loi Travail : la possibilité d’un recommencement - commentaires Le mouvement contre la loi Travail : la possibilité d'un recommencement 2016-07-13T18:42:19Z https://www.bastamag.net/Le-mouvement-contre-la-loi-Travail-et-son-monde-la-possibilite-d-un-re#comment5568 2016-07-13T18:42:19Z <p>Parmi tout ce qui s'est passé ce long printemps, je retiens une avancée essentielle : un grand nombre de personnes se sont enfin rendu compte que la France n'était pas une démocratie.<br class="autobr" /> Pendant longtemps, on nous enfumait avec : "la démocratie est menacée", "déni de démocratie", "dysfonctionnements", "dérive autoritaire", etc.</p> <p>Les politiciens, le gouvernement, l'Etat, les médias de masse, ont cette fois montré en grand leur vrai visage au grand jour.<br class="autobr" /> Les multiples violences policières ordonnées par l'Etat et son gouvernement, les 49-3, le refus d'entendre le "non à la loi travail", le mépris des classes dirigeantes, ont fini de convaincre beaucoup de monde que la France n'avait de démocratique que l'apparence.</p> <p>De plus on se rend de plus en plus compte que le capitalisme est, et sera toujours quelle que soit sa forme, incompatible avec une véritable démocratie.<br class="autobr" /> Le capitalisme pousse à l'égoïsme, à la division, à la guerre de tous contre tous, alors que la démocratie recherche l'intérêt général, la paix, les décisions par consentement rendues possibles par la satisfaction des besoins et la disparition des classes sociales et de la course au profit.</p> <p><strong>si un "mouvement" émerge, il devra, pour avancer vraiment, créer la démocratie et sortir du capitalisme en même temps.</strong></p> <p>voici par ailleurs un article de Enric Duran ("Robin des banques", co-fondateur de la coopérative intégrale catalane) si on veut passer à une autre phase que "juste" protester contre les merdes produites par l'Etat et son gouvernement démocratique forcément complices du capitalisme et des plus riches :<br class="autobr" /> [ De la voie institutionnelle à la révolution intégrale ]<br class="autobr" /> <a href="https://fair.coop/from-the-institutional-way-to-the-integral-revolution/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">https://fair.coop/from-the-institutional-way-to-the-integral-revolution/</a><br class="autobr" /> (en anglais et autres langues, pas en français)<br class="autobr" /> Une base indispensable de réflexions si on veut sérieusement sortir un jour de la loi Travail et son monde, et du gouvernement non-démocratique qui carbure au 49-3 !</p> <p>Mes notes sur cet article :<br class="autobr" /> En se basant sur les évolutions en Espagne et d'autres pays (Grèce, Amérique Latine...), il pose clairement les limites de l'action institutionnelle et du vote, notamment pour ce qui concerne l'économie et la finance.<br class="autobr" /> En effet, de nos jours, ce ne sont pas les politiciens tyrans qui officient dans les institutions non-démocratiques qui ont véritablement le pouvoir, mais plutôt les multiples lobbys de riches et d'entreprises capitalistes, les multinationales, les hauts fonctionnaires non élus, etc.<br class="autobr" /> L'Etat et le capitalisme ne sont pas ennemis, ils marchent ensemble en se partageant les rôles. Aux marchés le business et la croissance, à l'Etat la répression et la gestion des conflits entre lobbys.<br class="autobr" /> En France, nous sommes trop attachés aux partis et syndicats réformistes, affairés à lutter souvent en vain contre l'Etat et son gouvernement pour qu'ils s'améliorent légèrement et fassent au mieux quelques petites réformettes, pour qu'ils nous protègent un petit peu temporairement de la rapacité capitaliste (on voit bien que c'est de plus en plus faux avec la loi Travail au 49-3, qui est due à l'augmentation de la concurrence mondialisée avec des pays où la main d'œuvres coûte nettement moins), alors qu'<strong>il y aurait sans doute moyen de rassembler les personnes qui veulent une vraie rupture et créer d'autres mondes, ouverts, accessibles à tous</strong>, avec des communes libres, des coopératives intégrales ou autres initiatives similaires qui visent l'autonomie, la coopération, avec une rupture radicale avec ce système, seul moyen de construire réellement autre chose et de commencer à être libres.</p> Le mouvement contre la loi Travail : la possibilité d'un recommencement 2016-07-13T18:41:02Z https://www.bastamag.net/Le-mouvement-contre-la-loi-Travail-et-son-monde-la-possibilite-d-un-re#comment5567 2016-07-13T18:41:02Z <p>Parmi tout ce qui s'est passé ce long printemps, je retiens une avancée essentielle : un grand nombre de personnes se sont enfin rendu compte que la France n'était pas une démocratie.<br class="autobr" /> Pendant longtemps, on nous enfumait avec : "la démocratie est menacée", "déni de démocratie", "dysfonctionnements", "dérive autoritaire", etc.</p> <p>Les politiciens, le gouvernement, l'Etat, les médias de masse, ont cette fois montré en grand leur vrai visage au grand jour.<br class="autobr" /> Les multiples violences policières ordonnées par l'Etat et son gouvernement, les 49-3, le refus d'entendre le "non à la loi travail", le mépris des classes dirigeantes, ont fini de convaincre beaucoup de monde que <strong>la France n'avait de démocratique que l'apparence.</strong></p> <p><strong>De plus on se rend de plus en plus compte que le capitalisme est, et sera toujours quelle que soit sa forme, incompatible avec une véritable démocratie.</strong><br class="autobr" /> Le capitalisme pousse à l'égoïsme, à la division, à la guerre de tous contre tous, à l'argent roi, alors que la démocratie recherche l'intérêt général, la paix, les décisions par consentement, la satisfaction des besoins.....</p> <p><strong>si un "mouvement" émerge, il devra, pour avancer vraiment, créer la démocratie et sortir du capitalisme en même temps.</strong></p> <p>voici par ailleurs un article de Enric Duran ("Robin des banques", co-fondateur de la coopérative intégrale catalane) si on veut passer à une autre phase que "juste" protester contre les merdes produites en série par l'Etat et son gouvernement non-démocratique forcément complices du capitalisme et des plus riches :<br class="autobr" /> [ De la voie institutionnelle à la révolution intégrale ]<br class="autobr" /> <a href="https://fair.coop/from-the-institutional-way-to-the-integral-revolution/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">https://fair.coop/from-the-institutional-way-to-the-integral-revolution/</a><br class="autobr" /> (en anglais et autres langues, pas en français)<br class="autobr" /> Une base indispensable de réflexions si on veut sérieusement sortir un jour de la loi Travail et son monde, et du gouvernement non-démocratique qui carbure au 49-3 !</p> <p><i>Mes notes sur cet article :</i><br class="autobr" /> En se basant sur les évolutions en Espagne et d'autres pays (Grèce, Amérique Latine...), il pose clairement les limites de l'action institutionnelle et du vote, notamment pour ce qui concerne l'économie et la finance.<br class="autobr" /> En effet, de nos jours, ce ne sont pas les politiciens tyrans qui officient dans les institutions non-démocratiques qui ont véritablement le pouvoir, mais plutôt les multiples lobbys de riches et d'entreprises capitalistes, les multinationales, les hauts fonctionnaires non élus, etc.</p> <p>L'Etat et le capitalisme ne sont pas ennemis, ils marchent ensemble en se partageant les rôles. Aux marchés le business et la croissance, à l'Etat la répression et la gestion des conflits entre lobbys.<br class="autobr" /> En France, nous sommes encore trop attachés aux partis et syndicats réformistes (mais c'est en train de changer), affairés à lutter souvent en vain contre l'Etat et son gouvernement pour qu'ils s'améliorent légèrement et fassent au mieux quelques petites réformettes, pour qu'ils nous protègent un petit peu temporairement de la rapacité capitaliste (on voit bien que c'est de plus en plus faux avec la loi Travail au 49-3, qui est due à l'augmentation de la concurrence mondialisée avec des pays où la main d'œuvres coûte nettement moins), alors qu'<strong>il y aurait sans doute moyen de rassembler les personnes qui veulent une vraie rupture et créer d'autres mondes, ouverts, accessibles à tous</strong>, avec <strong>des communes libres, des coopératives intégrales</strong> ou autres initiatives similaires qui visent l'autonomie, la coopération, avec une rupture radicale avec ce système, seul moyen de construire réellement autre chose ensemble.</p> Le mouvement contre la loi Travail : la possibilité d'un recommencement 2016-06-03T08:42:07Z https://www.bastamag.net/Le-mouvement-contre-la-loi-Travail-et-son-monde-la-possibilite-d-un-re#comment5386 2016-06-03T08:42:07Z <p>Le mouvement actuel peut déboucher sur le retrait de la loi El-Khomri ou au moins sur le retrait de son article 2 remettant en cause les 35 h mais il ne débouchera pas sur un processus révolutionnaire bouleversant de fond en comble la société capitaliste productiviste. Parce que les gens ne sont pas prêts et parce que surtout et majoritairement ne le souhaitent pas.<br class="autobr" /> La survie du capitalisme n'a pu se prolonger que grâce à une surconsommation d'une partie importante de la population (en France) et à une pollution/destruction effrénée de l'environnement. Ce système mène l'humanité à sa perte en rendant la planète invivable. <br class="autobr" /> Mais comment en finir avec ce système mortifère ?Je ne pense pas que c'est par le comportement adéquat d'une minorité qui par son exemple poussera l'ensemble de la population à adopter un autre système de production et de consommation , selon le souhait "petit poisson deviendra grand". <br class="autobr" /> La mobilisation citoyenne entraînant toute la société (pas seulement les déjà convaincus) sur les questions d'environnement comme sur les questions sociales doit déboucher sur des changements politiques institutionnels allant vers plus de démocratie. C'est une posture clairement réformiste qui prend en compte l'histoire du mouvement ouvrier, les expériences désastreuses des ex-pays staliniens, de l'état d'esprit des citoyens, et de l'urgence d'agir.</p> Le mouvement contre la loi Travail : la possibilité d'un recommencement 2016-06-02T20:08:47Z https://www.bastamag.net/Le-mouvement-contre-la-loi-Travail-et-son-monde-la-possibilite-d-un-re#comment5380 2016-06-02T20:08:47Z <p>Certes, dans le mouvement actuel, le retrait de la loi travail n'est qu'une étape, mais la finalité dominante voudrait éradiquer le capitalisme. D'autres , comme moi, vont encore plus loin en souhaitant une sortie du productivisme qui nous amène droit à l'effondrement annoncé de la civilisation thermo-industrielle, donc à la barbarie et au chaos ( cf survivalistes). Cet effondrement , qui est inéluctable si nous ne sortons pas du consumérisme effréné dans lequel baigne une grosse partie de la population occidentale, ne peut être anticipé qu'en se mettant en marge de l'économie en menant une vie plus sobre, plus solidaire,avec plus de lien en construisant des réseaux parallèles. Un frange, certes minoritaire, vit déja comme cela, mais elle arrivera à se développer qu'en se fédérant pour constituer un mouvement d'ampleur qui puisse influer sur le reste de la société. Et c'est la que c'est loin d'être gagné, car beaucoup de gens constituant cette mouvance sont septiques quand à la constitution d'un tel mouvement. Une partie pense que la somme des expériences personnelles pourra être un facteur d'évolution de notre société. Moi ; je pense qu'il faudra plus que cela pour mettre à terre le système productiviste capitaliste. Si cela ne se traduit pas politiquement et économiquement, cela ne servira à rien.Il faudra donc qu'un mouvement émerge .Peut être est ce les prémices, il faut voir, mais l'espoir est la.</p> Le mouvement contre la loi Travail : la possibilité d'un recommencement 2016-06-02T09:22:01Z https://www.bastamag.net/Le-mouvement-contre-la-loi-Travail-et-son-monde-la-possibilite-d-un-re#comment5379 2016-06-02T09:22:01Z <p>Quel avenir les mouvements sociaux actuels auront ? on ne le sait pas. Il est probable qu'un saut qualitatif ait été franchi vers une radicalisation anti-capitaliste mais celle-ci, à mon avis, est loin d'être majoritaire. <br class="autobr" /> Le système et ses représentants, droite et gauche social-libérale, ont prouvé maintes fois leur capacité à récupérer les revendications et les aspirations des masses en mouvement.<br class="autobr" /> Je pense que les années à venir ne verront pas advenir une société socialiste avec l'expropriation du capital et la direction des pays confiée à une avant-garde "éclairée" comme nous l'avons connue en Ex-URSS et dans les pays de l'est de l'Europe qui ont abouti à un échec patent ressenti par toutes les couches de ses sociétés ainsi que par les citoyens des autres pays qui avaient les yeux tournés vers elles.<br class="autobr" /> Ce qui se profile à l'horizon est plutôt une reprise en mains citoyenne de tous les problèmes de la société, sociaux, économiques et environnementaux. La société capitaliste sera fortement régulée et administrée au profit de l'intérêt général, l'économie sociale et solidaire prendra de plus en plus de place. Si une autre société véritablement socialiste, c'est à dire débarrassée totalement de la propriété privée, peut advenir ce sera dans plusieurs décennies et sans repasser par les affres de régimes staliniens criminels, mais avec une stratégie de conquête du pouvoir où toutes les couches de la société seront actives et représentées.</p>