Vivre au sein d'une famille zéro déchet : un nouveau luxe pas si contraignant - commentaires Vivre au sein d'une famille zéro déchet : un nouveau luxe pas si contraignant 2017-07-21T11:04:58Z https://www.bastamag.net/Vivre-au-sein-d-une-famille-zero-dechet-un-nouveau-luxe-pas-si-contraignant#comment7017 2017-07-21T11:04:58Z <p>Très beau concept ! Mais cela demande du temps et beaucoup de rigueur en plus d'un changement de nos habitudes.</p> <p>Personnellement, je me rends régulièrement en déchetterie en prenant soin de bien faire le tri sélectif de mes différents déchets. Vous pouvez trouvez la votre ici avec les horaires : <a href="https://horairedechetterie.fr" class="spip_out" rel='nofollow external'>https://horairedechetterie.fr</a></p> Vivre au sein d'une famille zéro déchet : un nouveau luxe pas si contraignant 2016-04-03T09:22:04Z https://www.bastamag.net/Vivre-au-sein-d-une-famille-zero-dechet-un-nouveau-luxe-pas-si-contraignant#comment5061 2016-04-03T09:22:04Z <p>2. Mais, là où je ne vous suis pas c'est dans l'aspect supposé démagogique de la démarche : "je peux vivre comme un pauvre". Derrière cette volonté de réduire les déchets et les achats inutiles, il y a une volonté de revenir à l'essentiel. Ce qui est BON. Oui, la qualité a un prix. Je vais une à deux fois par mois au biocoop acheter une grande partie de mon épicerie en vrac, la note apparaît à chaque fois salée, mais mon budget course a diminué car JE CONSOMME DIFFEREMMENT. Je n'achète que des produits de base haut de gamme et je cuisine. Oui, cuisiner prend du temps. Mais en associant un drive par mois, un marché hebdomadaire + un à 2 passages au biocoop par mois, je m'y retrouve financièrement par rapport à un passage hebdomadaire en grande surface. Pour info, je dépense 100 euros par mois au biocoop, 200 euros au drive et 400 euros au marché soit 700 euros pour une famille de 3 . Je précise que la note du drive va fortement diminuer dans les prochains mois car mon fils va commencer à manger comme nous. Avant, je dépensais 150 à 200 euros hebdomadaire en grande surface pour des produits de bien moindre qualité et beaucoup plus de déchet ! De plus, je passe 45 minutes hebdomadaire au marché, 1h30 par mois au biocoop et 2h max pour le drive. Avant, c'était plus de 2h hebdomadaire à l'hyper du coin dont je ressortais stressée. Ca me laisse du temps pour cuisiner !</p> Vivre au sein d'une famille zéro déchet : un nouveau luxe pas si contraignant 2016-04-03T09:12:34Z https://www.bastamag.net/Vivre-au-sein-d-une-famille-zero-dechet-un-nouveau-luxe-pas-si-contraignant#comment5060 2016-04-03T09:12:34Z <p>Votre message m'interpelle car je partage partiellement votre point de vue. Je précise que comme Sakaidé, je suis dans une démarche de réduction des déchets mais à moindre échelle. Je suis mère de famille et je travaille à plein temps approximativement 45 h par semaine.<br class="autobr" /> 1. OUI, je suis d'accord avec vous, les pratiques autour de la réutilisation et de l'occasion sont pratiquées depuis des décennies dans les familles modestes. On y a toujours peu jeter. Ma grand-mère femme de ménage faisait, par exemple, des torchons avec ses draps trop troués, transformait en bermudas les pantalons utilisés de ses enfants et refilait la laine des pulls.</p> Vivre au sein d'une famille zéro déchet : un nouveau luxe pas si contraignant 2016-02-21T11:25:29Z https://www.bastamag.net/Vivre-au-sein-d-une-famille-zero-dechet-un-nouveau-luxe-pas-si-contraignant#comment4845 2016-02-21T11:25:29Z <p>c'est une bonne initiative, bien sûr, mais ce courant Zero Waste me laisse souvent perplexe. Parce que c'est une théorisation de ce que pratiquent depuis des décennies la majorité des familles modestes. Les classes sociales dites ''pauvres'' font rarement des achats inutiles ou futiles (excepté peut-être à Noël ou aux anniversaires où les grands parents et toute la famille participent aux cagnottes pour payer les cadeaux coûteux, type console ou tablette, qui permettent aux enfants de ne pas être stigmatisés à l'école et de se sentir ''comme les autres''). <br class="autobr" /> Elles ont aussi l'habitude de réduire leurs dépenses sur à peu près tout, font appel à la débrouille et à l'entraide, aux achats d'occase (électro-ménager, voiture...), se refilent les accessoires de puériculture et les fringues d'enfants, limitent leurs déplacements pour économiser l'essence ou se déplacent à moins cher en co-voiturage, fabriquent ou réparent par elles mêmes, etc. <br class="autobr" /> Donc ce n'est pas nouveau, on peut dire que les classes les plus modestes ont été ''obligées'' depuis belle lurette de développer toutes sortes d'astuces ''anti-conso'' et ''anti-pollution'' (elles ne prennent pas l'avion pour passer un week-end à Lisbonne). <br class="autobr" /> Parallèlement il y a un mouvement écolo qui me semble un peu différent culturellement et socialement : ce sont des clientèles aisées qui font vivre les Amap et les Biocoop (avez-vous déjà vu les prix pratiqués dans ces Biocoop ? même en vrac, ils sont assez hallucinants... ce sont des épiceries de luxe !) Alors on dirait parfois que ces classes moyennes et supérieures réinventent l'eau chaude en luttant contre le gaspillage. Parfois, on a l'impression que c'est un peu une façon pour certaines de dire ''vous voyez, moi aussi je peux vivre comme un pauvre !''... <br class="autobr" /> Il y a comme un effet de ''mode'' et je crains bien que ces boutiques à bocaux qui ouvrent dans les grandes villes soient encore une nouvelle marotte pour ce public friand de ''signes extérieurs de conscience écologique''. <br class="autobr" /> La vente en vrac ne peut se faire de toutes façons qu'à petite échelle pour de multiples raisons (hygiène, normes, coût d'entretien des bacs, manque de rentabilité, etc). Ce concept s'adresse clairement à une frange très réduite de consommateurs. <br class="autobr" /> Enfin, une autre limite est... le temps passé au sein de la famille à organiser et gérer tout ça. Faire les courses, laver les bocaux, trier, cuisiner, composter... ce sont de nombreuses heures de travail difficiles à assumer si on a un emploi à l'extérieur. Ce sont donc, la plupart du temps, les femmes qui se verraient ''naturellement'' confier cette mission. Pas sûr qu'elles en aient envie, surtout si elles sont seules à élever quatre enfants....</p> Vivre au sein d'une famille zéro déchet : un nouveau luxe pas si contraignant 2016-02-16T15:42:20Z https://www.bastamag.net/Vivre-au-sein-d-une-famille-zero-dechet-un-nouveau-luxe-pas-si-contraignant#comment4835 2016-02-16T15:42:20Z <p>Article très intéressant. J'essaye de mon côté de limiter le gaspillage à titre professionnel et aussi à titre privé : compost, j'évite d'acheter en trop grande quantité pour ne pas avoir à jeter des aliments. La taxe au poids d'ordure est très intelligente et il faudrait l'appliquer au niveau national. Merci pour cet article. Bonne continuation. Cordon Blanc, traiteur Paris et ile de France, <a href="http://www.cordonblanc.fr/traiteur-entreprise-paris.htm" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.cordonblanc.fr/traiteur-entreprise-paris.htm</a>.</p>