Jacques Testart : « Demain, il n’y aura plus de limite au tri génétique » - commentaires Jacques Testart : « Demain, il n'y aura plus de limite au tri génétique pour arriver à un homme compétitif, "sur mesure" » 2014-03-19T21:21:11Z https://www.bastamag.net/Jacques-Testart-Demain-il-n-y-aura#comment2155 2014-03-19T21:21:11Z <p>Bonjour,</p> <p>Je comprends les inquiétudes de M. Testart sur le DPI et son potentiel eugénique, mais maintenant que la technique existe l'essentiel se joue dans l'encadrement éthique et réglementaire au niveau national ET international. Aujourd'hui l'encadrement semble correct en France mais à revoir dans certains pays.</p> <p>Nous serons bientôt les heureux parents d'un bébé issu d'un DPI. Ma chérie est atteinte d'une maladie génétique dont les conséquences sont suffisamment lourdes pour avoir "droit" au DPI en France. C'est assez récent et le parcours n'est pas facile comme pourrait le laisser penser les articles critiques sur le sujet. <strong>Le traitement n'est pas une partie de plaisir</strong>. Les chances de réussite sont plus faibles que la FIV "simple" étant donné le tri génétique et les manipulations sur les embryons, ainsi fragilisés. Donc en l'état actuel de la technique, si c'est pour choisir la couleur des yeux, qui veut en passer par là ?</p> <p>Je précise que le génome n'est pas entièrement scanné dans ce type de DPI, seul le gène porté par l'un des parents est contrôlé. Encore faut-il savoir où il se trouve, ce qui demande des recherches en amont. Une seule maladie peut être diagnostiquée à la fois. L'éventuelle trisomie n'est même pas vérifiée.</p> <p><strong>Est-ce le début de l'eugénisme que de vouloir simplement que son enfant puisse vivre sa vie pleinement ?</strong> Sans une maladie lourde transmise par sa mère ou son père, il est plus facile de démarrer dans la vie, vous en conviendrez.<br class="autobr" /> Oui nous ne voulions pas d'un enfant malade car 2 générations sont déjà passées par le regard des gens "normaux" et les longues heures à l'hôpital. Assez de souffrance avec cette maladie.</p> <p><strong>Quand il sera en âge de comprendre, nous expliquerons à notre enfant comment il a été conçu et pourquoi nous avons fait ce choix pour le protéger et lui donner une vie que nous estimons meilleure.</strong> Peut-être nous le reprochera-t-il ? Mais dans le cas contraire sans doute pourrait-il nous reprocher de ne pas l'avoir fait, alors que nous en avions la possibilité.</p> <p>Salutations,<br class="autobr" /> Clément</p>