René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu’un autre monde est en train de naître » - commentaires René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2015-08-22T13:53:17Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment3906 2015-08-22T13:53:17Z <p>Nul renfort n'est à repousser dans ce combat pour la survie. Et Passet est un homme assez fin et lucide, même s'il fonctionne, peur ou incapacité de dépasser cela, par grandes généralités. Comme si la "croissance", le "progrès", la "technique" n'étaient concepts performatifs relatifs à leurs propriétaires, et jouisseurs, la classe capitaliste qui fait pour le moment tout ce qu'elle veut de ces notions. Je veux dire par là qu'on ne sent le domaine de la lutte nécessaires des exploités que nous sommes. Sans doute parce que Passet est une petite main privilégiée du système, il a une fonction "critique" bien rémunéré, il fait partie des "visibles" et a de l'audience, même s'il doit rester dans le pré-carré que lui donne le système orthodoxe : être une voix hétérodoxe dans le territoire orthodoxe...</p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-07-01T07:31:06Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1378 2013-07-01T07:31:06Z <p>Anthropique peut-être et non pas entropique…<br class="autobr" /> Mais l'occidentalo-centrisme se justifie aujourd'hui par le fait que pour le meilleur, et certainement pour le pire :) , les sociétés ont adopté un mode de vie occidental.</p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-06-02T20:43:35Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1305 2013-06-02T20:43:35Z <p>Pas un mot sur Heidegger ? C'est fort dommage.</p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-05-28T21:29:21Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1291 2013-05-28T21:29:21Z <p>Je suis étonnée de lire cet interview dans Bastamag. Peut-on encore aujourd'hui brosser comme le fait ici René Passet une histoire générale de "l'homme" aussi occidentalo-centrée ?</p> <p>"La société énergétique, celle de la grande industrie, fonctionne, - déclare-t-il -, par l'accumulation de capitaux et le développement du secteur financier et bancaire. La vraie rupture entre les classes sociales apparaît. La société s'organise hiérarchiquement." Ah bon ? Avant la société industrielle, n'y avait-il que des classes complémentaires ? Sur le modèle bien connu de l'homme-et-lafâme ?</p> <p>Ah si seulement, risque-t-il, on avait des capitalistes comme ce bon vieux Ford et pas des "requins de la finance"… C'est là négliger que la logique des accumulations successives de capital a besoin de phases où une partie des non-capitalistes consomme "en masse" (la fameuse "classe moyenne" à géométrie variable) tandis que d'autres sur- ou sous-consomment. C'est aujourd'hui encore le cas à l'échelle planétaire et il n'y a jamais eu de véritable "convergence" entre les intérêts des salariés en général et ceux des entrepreneurs. Tous les salariés sont sommés de trouver leur intérêt dans les limites de l'exploitation capitaliste.</p> <p>Passet pontifie encore : "Pour la première fois depuis sa création (sic), l'homme devra faire face à son problème véritable : comment employer sa liberté arrachée aux contraintes économiques ?" Mais quelle liberté lui paraît donc possible au sein des flux d'énergie, de matières et d'information du capitalisme qui divisent les humains entre plus ou moins profiteurs et plus ou moins exploités, en outrepassant les capacités reproductives des écosystèmes ? Alors que l'entretien et le soutien de la vie sont dévalorisés, délaissés par les hommes ? Je pense que la liberté, comme l'égalité ou la fraternité, ont besoin d'échelles plus modestes et de procédés plus simples, et surtout pas d'"arbitrage par l'Etat" mais d'un effort collectif de création d'un réseau institutionnel nouveau, avec une forte base locale attachée à l'égalité politique.</p> <p>"J'ai peur qu'arrive, dans une humanité mécanisée, robotisée, un autre homme dont on ne saura plus très bien ce qu'il est." René Passet sait donc ce qu'est un humain, un vrai ? Voilà qui serait inquiétant…</p> <p>Je préfèrerais que Bastamag soit moins déférent et plus incisif face aux élites médiatiques, surtout quand elles sont censées être au service du commun (ceci dit pour terminer sur une gentillesse imméritée). Dommage que le "professeur habitué à être écouté" ne soit pas une espèce en voie de disparition, au moins cela justifierait-il la sollicitude des médias. Quant à moi, j'avoue préférer lire ou écouter des personnes qui témoignent d'une enquête avec des données à l'appui plutôt que celles qui exposent des interprétations généralistes. Il me semblait que Bastamag aussi et j'étais comme chez moi. Raté, pour cette fois, d'où ma réaction un peu vive…</p> <p>Une vieille dame (qui, pour la cause, a chaussé ses "prothèses atrophiantes")</p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-05-23T16:38:29Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1284 2013-05-23T16:38:29Z <p>Evidemment très intéressant.<br class="autobr" /> D'autant que c'est une problématique qui monte et qui va s'étendre. J'y suis d'autant plus sensible que l'interview, et sans doute le livre de Passet- à voir de près, recoupe un des thèmes abordé personnellement dans mon papier de Novembre 2012 (Voir le bulletin Cedetim n°11*).<br class="autobr" /> De ce fait ce serait très bien qu'on puisse en discuter et frapper plus avant.</p> <p>A l'adresse d'Anès Rousseaux:pouvez-vous me laisser vos coordonnées pour qu'on puisse correspondre et tenter d'organiser la suite, et aussi celles de René Passet pour un contact éventuellement direct(vous pouvez lui transmettre ce premier mail).</p> <p> Bravo à Basta d'inscrire l'actualité dans les longues porteuses...et chaleureux salut à Julien.</p> <p>*(je peux envoyer aussi le texte séparémment).</p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-05-19T08:23:12Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1277 2013-05-19T08:23:12Z <p>Leconcept de bio-éconoémie reste creux. Difficile qu'il soit plein, vu que l'auteur ne cherche qu'à aider le modèle libéral à réussir sa "mutation". On dirait une version moderne de Schumpeter. <br class="autobr" /> Dans cette approche, je ne vois rien qui ne soit réformiste, rustine sur l'économie ultra-libérale, plaidoyer pour les puissants aux yeux mi-clos, bref peu d'originalité et pas d'alternative. Cette réflexion n'est pas à la hauteur de la posture méta-économique, au croisement des savoirs comme a déjà dit et proposé E. Morin, que prétend prendre l'auteur.</p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-05-17T00:02:31Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1271 2013-05-17T00:02:31Z <p>Un changement radical s'impose, 650 pages de solutions :</p> <p><a href="http://www.thebookedition.com/tetes-a-flaques-thiellee-patrick-p-96895.html" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.thebookedition.com/tetes-a-flaques-thiellee-patrick-p-96895.html</a></p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-05-13T20:06:50Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1257 2013-05-13T20:06:50Z <p>René Passet nous parle d'économie, mais n'énonce pas le sens étymologique de ce terme : "Administration de la maison" et non "Administration de la maison au moyen de la monnaie".</p> <p>Ce ne sont pas les banksters qui ont rendu l'homme cupide, mais l'apparition du système monétaire au VIIIe siècle avant Jésus-Christ.</p> <p>Il ne dit pas non plus que les hommes ne sont pas maîtres de leur destin car ils ne vivent pas dans des démocraties, mais sont opprimés par des gouvernements non représentifs (ou des dictatures).</p> <p>L'avilissant et anachronique système monétaire et l'absence de démocratie sont les deux racines des innombrables maux qui minent le monde.</p> René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu'un autre monde est en train de naître » 2013-05-13T17:33:22Z https://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du#comment1256 2013-05-13T17:33:22Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> Je suis en général d'accord et j'apprécie grandement les analyses de René Passet que je lis depuis un bon nombre d'années dans le Diplo ou les textes d'Attac, et celle-ci ne déroge pas.<br class="autobr" /> Pourtant, il y a un passage de cette interview qui me fait réagir en contre. Confronté à la question "<i>Que pensez-vous de cette nouvelle convergence qui s'opère, entre le vivant et la machine, avec les biotechnologies</i>", René Passet semble se figer d'effroi - comme beaucoup de nos contemporains face aux questions abyssales qu'ouvrent la perspective transhumaniste.<br class="autobr" /> Mais je pense que, d'une part, la peur est mauvaise conseillère lorsqu'il est question d'aborder son propre futur et que, d'autre part, cette réaction témoigne peut-être d'un certain manque d'imagination dans ces domaines d'anticipation.<br class="autobr" /> En effet, considérer qu'il y aura une "part robotique", des "puces", une "encyclopédie Universalis" qui ne sera pas la "part humaine", c'est comme dire que le marteau ou le stylo ne sont pas humains. Nos outils ont toujours été des prothèses qui nous prolongent. Le fait que ceux-ci aient commencer à intégrer notre corps ne change rien de fondamental à l'affaire, sauf peut-être en terme de droit (il faudrait être propriétaire ou au moins maître de ce qui nous compose).<br class="autobr" /> Dire que "Toute prothèse est atrophiante", c'est réagir comme Socrate face à l'écriture. Le père de la philosophie considérait (selon le jeune Platon) que l'écriture était une invention délétère qui rendrait les hommes paresseux et incapable d'effort de mémoire …<br class="autobr" /> Heureusement, face à la remise en question de la limite homme-machine, René Passet se pose ces bonnes questions : "C'est une autre limite, une autre frontière. Est-ce le sens de l'évolution ? Cela a-t-il une signification ?"</p> <p>je vous propose de considérer que cela a en effet une signification. Par exemple, cela pourrait vouloir dire que, dans l'aventure de l'humanité, la pérennisation d'une pensée ou d'une conscience humaine aurait plus d'importance que la persistance de la forme corporelle ou de la condition biologique qui permet jusqu'ici cette pensée ou cette conscience ...</p> <p>Marc Roux,<br class="autobr" /> Pdt de l'Association Française Transhumaniste : Technoprog !<br class="autobr" /> <a href="http://www.transhumanistes.com" class="spip_out" rel='nofollow external'>www.transhumanistes.com</a></p>