L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des actualités qui font sens et à des analyses sérieuses et dont les sources ont été vérifiées. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre 80 000 €, afin que nous puissions continuer à enquêter et produire de l’information en toute indépendance.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Guerres

Viols par des militaires : « De la Syrie à la Centrafrique, de Guantanamo à Kiev, le point commun c’est l’impunité »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les viols en temps de guerre restent, dans leur immense majorité, impunis. C’est ce que révèle une enquête menée par neuf journalistes et publiée ce mercredi 4 octobre aux éditions Autrement. Des prisons syriennes aux bureaux de la Cour pénale internationale, des bases de l’armée française en Centrafrique aux couloirs de l’ONU, en passant par Guantanamo ou l’Ukraine, ces journalistes ont enquêté sur ce sujet tabou qui fait pourtant frémir par son ampleur et par l’impunité totale dont bénéficient les agresseurs sexuels en uniforme. Entretien avec Justine Brabant, journaliste et co-directrice de l’ouvrage.

Une psychologue rencontrée au fil de votre enquête explique que le viol agit à la manière d’une bombe à fragmentation. « Il va plus loin que la mort, dit-elle, il brise la communauté. » Pourquoi ?

Justine Brabant : Certains médecins parlent du viol comme d’une arme « radioactive », parce qu’il irradie, dans l’espace et dans le temps. C’est un crime qui a des conséquences physiques et psychologiques immédiates pour la victime et son entourage, mais également – et on le sait moins - des conséquences de plus long terme pour la victime, sa famille, son village, sa communauté religieuse ou ethnique. Dans beaucoup de pays où le viol est tabou, les femmes victimes sont exclues socialement. Elles peuvent être rejetées par leur mari, leur familles peuvent être bannies. Les liens de parenté sont affectés voire détruits.

Sur des terrains de guerre, comme au Congo par exemple, où chaque geste quotidien – manger, trouver de quoi s’abriter… - est compliqué, on peut imaginer à quel point ces conséquences sociales sont lourdes, pour ces victimes d’abord, et pour leurs familles ensuite. Nous interrogeons dans notre livre un psychologue et psychanalyste qui travaille avec des patients qui ont été violés ou torturés lors de la guerre en Syrie. Il confie qu’il « s’inquiète beaucoup de ce que cela va donner l’après » : une fois la guerre finie, ces crimes continueront d’irradier et nul ne sait comment ces victimes vont réussir à se reconstruire.

Vous dîtes que les agresseurs en treillis n’ont pas de drapeau – quasiment toutes les armées, y compris françaises, sont concernées –, pas de couleur de peau, pas de continent de prédilection, pas de grades. Ils peuvent violer des adversaires désignés, mais aussi les civils qu’ils sont supposé protéger...

Les violences sexuelles recouvrent des cas de figures différents. Dans certains conflits, en violant systématiquement une partie de la population, on entend explicitement lui signifier son inhumanité, son inexistence. En Syrie, le régime de Bachar-el-Assad a dit à ses soldats et gardiens de prisons qu’il ne fallait plus faire de différence entre les enfants et les adultes, au prétexte que les enfants faisaient aussi partie de la révolution ; et il a été donné explicitement l’ordre de mélanger majeurs et mineurs dans les cellules des prisons. Cela revenait, de fait, à autoriser le viol des enfants – par des gardiens ou par des codétenus. Notre enquête montre que c’est ce qui s’est passé.

Ce sont des degrés d’intentionnalité et de stratégie bien différents de ce qui s’est passé avec les soldats français déployés en Centrafrique en 2013. Dans cette « affaire Sangaris » (du nom de l’opération menée par l’armée française) où plusieurs dizaines de mineurs ont déclaré avoir été violés par des militaires français, on peut plutôt parler de comportements « à la marge ». À la marge, mais avec cependant une constante : à chaque opération, un certain nombre de militaires ont recours à la prostitution de mineurs, ce qui est un interdit par le droit français.

Pour les soldats français, la problématique est différente des viols dans les prisons syriennes ou des viols à des fins de renseignement qui se sont déroulés dans les prisons extraterritoriales américaines, comme à Guantanamo : dans ces deux derniers cas, viols et agressions sexuelles sont pensés comme un moyen au service d’une politique – la « guerre contre la terreur » dans un cas, l’écrasement de la révolution syrienne dans l’autre. Dans le cas de Sangaris, nous n’observons pas de « stratégie ». Les militaires que nous avons pu interroger n’ont parfois même pas conscience que les faits qu’ils relatent relèvent de l’agression ou du viol. Ils pensent qu’ils – ou leurs collègues – ont des relations consenties avec des locaux. Il ne leur vient pas à l’esprit que le contexte de survie dans lequel se débattent les mineurs concernés rend la notion de consentement extrêmement problématique.

Cela ne leur vient pas à l’esprit que demander à un petit réfugié de guerre de 10 ans une fellation contre une ration de nourriture ne relève pas d’une sexualité « ordinaire ». Malgré ces différents degrés d’intentionnalité et de conscience de leur crime de la part des agresseurs, nous avons constaté qu’une chose ne varie pas : de Bangui à Kiev en passant par Guantanamo ou Damas, c’est l’impunité dont bénéficient, in fine, ces hommes en armes.

« Avec le viol, il y a toujours un doute » : cette assertion est toujours renvoyée aux victimes...

Oui, quand on parle du viol, on nous oppose toujours ce fameux « doute ». En tant que journalistes, on s’entend très régulièrement dire que « ce doit être compliqué d’enquêter sur le viol », avec ce sous-entendu : « On n’est jamais sûrs »… Certes, enquêter sur ce sujet est compliqué, notamment parce qu’il ne faut pas recréer des situations traumatisantes pour les victimes lorsqu’elles racontent leur agression. Mais pour le reste, on enquête comme on le fait pour bien d’autres sujets. On se rend sur place, on retrouve les lieux, les témoins éventuels, on essaie de réunir des éléments de preuve : des certificats médicaux, des papiers d’identité qui donnent l’âge des enfants, voire parfois des enfants issus de violences sexuelles, comme cette jeune fille en Centrafrique qui a donné naissance à un enfant suite à des relations avec un soldat français en juillet 2014.

Cette mise en doute permanente rend la dénonciation des violences difficile, d’autant qu’en face se trouve l’institution militaire.

Quand elles osent dénoncer ces violences, ces victimes doivent affronter la parole d’un homme en treillis. Elles font face à une institution, l’armée, qui souvent ne communique pas du tout, espérant sans doute que la difficulté à réunir les preuves aura raison de ces accusations. Lorsqu’elle le fait, l’armée joue sur ce fameux « doute » et n’hésite pas à manier l’intimidation. Lors de notre enquête sur Sangaris, nous avons adressé de longues listes de questions au ministère de la Défense, concernant des lieux et des faits précis. Le ministère, au bout de cinq relances, a fini par nous répondre très évasivement... et nous a signifié que si des accusations non fondées étaient publiées, il engagerait des poursuites judiciaires. Répondre cela à un journaliste qui fait son travail, c’est une manière « soft » de dissuader les velléités d’enquête.

L’autre particularité d’une institution comme l’armée, c’est son esprit de corps très fort, remarquez-vous. Quel rôle cela joue-t-il dans cette fabrique de l’impunité ?

C’est cet esprit qui fait qu’en tant que militaire, on n’ira jamais dénoncer à un supérieur, et encore moins à la justice ou à la presse, un collègue dont on sait qu’il fréquente assidûment une boîte de nuit où l’on trouve des prostituées mineures, par exemple. L’armée reste un lieu de socialisation très viriliste. C’est un état d’esprit particulier, avec une conception parfois singulière des populations africaines. Dans l’ouvrage, nous faisons allusion à un militaire jugé pour des agressions sexuelle commises en France, qui évoque lors de son procès des missions militaires qu’il avait menées au Tchad quelques années auparavant.

Il raconte que quand une Tchadienne qui travaillait sur la base militaire française voulait retourner chez elle le soir, lui et ses collègues lui « faisai[en]t “payer” le droit d’entrée », lui demandaient d’être « compatissante ». Il admet que c’était « un peu du chantage » : « Pour être protégée par les militaires, c’est donnant-donnant. » Il ajoute : « Il peut y avoir trois ou quatre [militaires] qui en profitent. […] On met des préservatifs. On est les rois. On est là pour protéger la population tchadienne. » Ce « petit chantage », c’est du viol, mais puisqu’elles sont noires et pauvres – pour le dire crûment –, on a le sentiment qu’un verrou saute, qu’on applique d’autres standards moraux.

Quand les agresseurs sont du côté des vainqueurs, c’est encore plus compliqué pour les victimes : comment porter plainte contre ses anciens bourreaux s’ils sont devenus ministres ou généraux ? Comment oser dénoncer des soldats perçus comment des héros venus sauver des civils ? On entend ainsi rarement parler des viols commis par les alliés états-uniens lors du Débarquement en juin 1944. Parfois, le fait d’être un héros de guerre constitue même une circonstance atténuante en cas de procès, comme on a pu le voir en 2016 dans un verdict rendu à Kiev, en Ukraine.

Dans votre ouvrage, vous revenez, avec la journaliste Leïla Minano, sur l’affaire « Sangaris », du nom de l’intervention française qui a eu lieu en Centrafrique en 2013 ; et pour laquelle trois dossiers pénaux distincts ont été ouverts. Vous en parlez comme « l’un des plus grands scandales sexuels ayant touché l’armée française ces dernières années ». Pourquoi ?

Effectivement. L’opération « Sangaris », c’est cette opération de l’armée française déployée en décembre 2013 en Centrafrique, dans un contexte de violences extrêmes entre les combattants Seleka – qui ont organisé un coup d’état en mars 2013 ; et les anti-balaka qui, officiellement, se défendent contre les exactions de la Seleka. À ce moment là, des centaines de milliers de Centrafricains prennent la route de l’exil. Quand les militaires français arrivent, une partie de ces populations se réfugie près d’eux, autour de l’aéroport de Bangui, pensant y être en sécurité.

Le premier dossier pénal porte le nom de ce camp de fortune « M’Poko ». 41 enfants, âgés de 9 à 15 ans, se sont déclarés victimes d’agressions sexuelles et de viols de la part de militaires français ! Ils « échangeaient » des fellations contre des rations alimentaires. Le second dossier se réfère à « une centaine » de viols qui auraient été commis autour de Dékoa, une ville du centre du pays. Les soldats mis en cause sont essentiellement burundais et gabonais, mais les forces françaises sont aussi citées. Le troisième et dernier dossier examiné par la justice est le curieux « dossier Boda », pour lequel une enquête a été ouverte en septembre 2015 pour « viol commis par une personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions », sur la base du témoignage d’une jeune fille, Noella, qui a eu un enfant suite à des relations sexuelles avec un soldat français.

Pour ces divers dossiers, c’est la justice française qui a été saisie, et non pas la justice centrafricaine ?

Oui, car en vertu d’un accord de coopération signé au moment de l’intervention « Sangaris », c’est la justice française qui est, seule, habilitée à juger les crimes commis par les soldats français en Centrafrique. C’est un corps spécial de l’armée, les gendarmes prévôtaux, qui détiennent le droit d’enquêter sur ces crimes commis par des militaires français à l’étranger. Nous sommes dans un système où ceux qui mènent l’enquête appartiennent au même corps que ceux sur qui ils enquêtent. Cela peut interroger.

Sur le terrain, les gendarmes prévôtaux mangent dans les mêmes réfectoires que les militaires en intervention, ils dorment dans les mêmes endroits et dépendent de la logistique de l’armée pour mener leurs enquêtes. En Centrafrique, ils se déplaçaient ainsi avec un hélicoptère mis à disposition par l’armée. On peut, dans ces conditions, s’interroger sur l’indépendance et l’impartialité des ces enquêteurs. D’autant qu’il y a quelques années, le commandant de la gendarmerie prévôtale, le colonel Kim, assurait que lui et ses hommes contribuaient, je cite, « au succès des opérations que conduit la France à l’étranger »

Cette affaire centrafricaine explique bien comment « les systèmes judiciaires fabriquent de l’impunité », dîtes-vous. Pourquoi ?

Nous avons « enquêté sur l’enquête », en quelque sorte. Nous nous sommes demandé comment, malgré les dizaines de témoignages de mineurs centrafricains, on a pu en arriver là : un classement sans suite, un probable non-lieu, et pas l’ombre d’un procès. Pour comprendre cela, nous avons disséqué le dossier, nous sommes parties sur les traces de ces fameux gendarmes prévôtaux, nous avons rencontré les gens qu’ils avaient rencontrés au cours de leurs recherches, nous avons lu avec attention les auditions auxquelles ils ont procédé, nous avons examiné la manière dont ils ont rendu compte de leurs conclusions dans leurs procès-verbaux de synthèse.

Nous avons constaté plusieurs choses. D’abord, que sur l’affaire dite de M’Poko, la parole des enfants a quasi-systématiquement été mise en doute, sur des bases parfois discutables. Prenons un exemple : l’un des enfants affirme que les viols ont eu lieu dans un garage de mécanique situé dans le camp militaire français. Il décrit les lieux de façon très précise : ils évoque des tableaux où sont rangées les clés, des outils de réparation de voitures, des postes informatiques, un rideau de séparation. Mais dans le PV de l’enquête, le commentaire du gendarme dit que les descriptions de l’enfant ne correspondent pas à la réalité. Pourquoi ? Parce que l’enfant dit que tous ces éléments se trouvent dans une seule pièce alors qu’une partie des éléments qu’il a décrits se trouvent dans une autre pièce, à un étage différent. Rappelons qu’il parle plusieurs mois après les faits, qu’il est encore traumatisé, et qu’il y a en plus la barrière de la langue – ses propos sont traduits du sango.

Autre conclusion des prévôtaux qui nous paraît contestable : dans ce même dossier, les gendarmes ne cessent de dire que le camp n’a que très peu d’intimité, et que c’est donc un lieu « peu propice » aux actes sexuels. Pourtant, on sait que des militaires ont eu des relations sexuelles dans le camp. Ils le disent eux-mêmes ! Les prévôtaux ajoutent qu’au vu des contrôles aux entrées, il paraît peu probable que les enfants aient pu y accéder. Or, dans des compte-rendus internes à l’inspection des armées, des officiers et sous-officiers expliquent – noir sur blanc – que le camp était un « véritable gruyère », et que les « intrusions » étaient permanentes. On peut vraiment s’interroger sur ce que les gendarmes ont fait des ces pièces.

Ajoutons que sur les centaines de militaires présents sur place à l’époque, seulement 25 ont été auditionnés, dont un a fait l’objet d’une garde à vue. Au total, sur 41 enfants qui se seraient déclarés victimes d’agressions sexuelles et de viols, seuls 15 ont été entendus par la gendarmerie prévôtale. Comment expliquer que tous ne l’aient pas été ? Ces diverses contradictions et manquements n’ont, semble-t-il, pas retenu l’attention des magistrats qui ont requis un non-lieu en mars 2017.

Le dossier « Boda », occulté par l’ampleur du dossier M’Poko, a été instruit dans la plus grande discrétion, mais comporte également des éléments troublants...

Dans ce dossier, nous avons donc affaire à une fille centrafricaine qui dit avoir eu des relations avec un soldat français alors qu’elle était mineure. De fait, quelques mois après le départ des « Sangaris » de son village, elle a donné naissance à un enfant métis. La première chose qui nous a étonnées dans le traitement de cette affaire, ce sont les délais. Une fois l’affaire portée à sa connaissance, la vice-procureure française en charge du dossier a mis huit mois à demander l’entraide pénale à la Centrafrique - demande d’entraide pourtant indispensable pour débuter l’enquête. Une fois cette entraide demandée, et accordée, il a fallu attendre encore cinq mois pour que la jeune victime soit entendue par les gendarmes prévôtaux.

Quand on ajoute à cela le fait que la famille avait attendu que l’enfant soit né pour porter plainte, on se retrouve avec une jeune fille – par ailleurs légèrement handicapée des suites d’une méningite – à qui on demande d’identifier son agresseur, qu’elle a vu deux ou trois fois, sur des photos, quasiment deux ans après les faits. On lui montre en plus des photos de personnes avec des cheveux longs, voire de la barbe, sachant que lorsqu’ils étaient déployés, ces militaires étaient évidemment rasés. Bref, la jeune fille a peiné à identifier le militaire. Pour cette raison, le dossier est classé sans suite.

On peut se dire que si cela avait été plus rapide, on aurait peut être pu l’identifier plus facilement. Aucun test ADN n’a été réalisé, alors que la famille était toute disposée à ce que cela soit fait. Les enquêteurs sont d’ailleurs censés être équipés pour réaliser ce genre de test. Les gendarmes enquêteurs ont attendu que l’armée veuille bien mettre un hélicoptère à leur disposition pour se rendre dans le village où habite la jeune fille, alors que nous y sommes allées en quelques heures de voiture. Et lorsque le dossier a été classé sans suite en janvier 2017, ni la justice centrafricaine, ni la famille de la victime n’en ont été informés !

Vous évoquez aussi le sort des lanceurs d’alerte qui osent dénoncer les violences sexuelles commises par des soldats, et qui sont sanctionnés !

Ces lanceurs d’alertes sont souvent des fonctionnaires civils, notamment des employés des Nations unies – la hiérarchie militaire transmet parfois les cas dont elle a connaissance à la justice, mais elle ne prend jamais la parole publiquement sur ces faits. Sur le papier, l’ONU assure qu’elle fera en sorte de protéger ses employés qui dénoncent des dysfonctionnements de l’institution. Nous avons donc régulièrement des fonctionnaires des Nations unies qui osent parler d’exactions dont ils ont eu connaissance concernant des casques bleus, ou qui dénoncent la manière d’enquêter et de sanctionner les auteurs de ces exactions. Mais, à notre connaissance, aucun d’entre eux n’a jamais pu obtenir la protection promise.

Les lanceurs d’alerte semblent plutôt bénéficier d’un accompagnement personnalisé... vers la sortie. Avec une remise en cause de leurs performances et un non-renouvellement de leur contrat. Le fonctionnaire suédois du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, Anders Kompass, qui a divulgué aux autorités françaises le document interne concernant les accusations de viols commis par des soldats français, a été suspendu ! Kathryn Bolkovac, la policière américaine qui avait révélé un trafic de femmes en Bosnie orchestré par des membres de l’ONU en 1999, a elle aussi perdu son travail.

Précisons que les soldats, casques bleus ou non, ne sont pas les seuls à commettre des viols lors d’opérations menées à l’étranger. Humanitaires ou fonctionnaires onusiens s’accordent à parler de « verrous moraux qui sautent » dès l’arrivée sur le terrain. Et le système d’enquête interne de l’ONU leur garantit, lui aussi, une impunité presque parfaite. Nous évoquons ainsi le sort de Caroline Hunt-Matthes, enquêtrice pour le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), qui avait été appelée au Sri-Lanka en 2003 pour s’occuper du viol d’une réfugiée mineure par un employé onusien. Convaincue que le viol est étayé, elle entend faire remonter l’affaire. Mais elle se retrouve face à une série d’obstructions de sa hiérarchie qu’elle dénonce. Son contrat n’est pas renouvelé. Caroline Hunt-Matthes attaque son employeur pour évaluation abusive dans le cadre de représailles pour avoir dénoncé les obstructions. Elle en est aujourd’hui à sa treizième année de procédure. Quant au dossier de viol, personne ne sait ce qu’il est advenu.

Propos recueillis par Nolwenn Weiler

Photo : Soldats français lors de l’opération Sangaris en Centrafrique / DR

« Impunité zéro, violences sexuelles en temps de guerre », co-dirigé par Justine Brabant, Leïla Miñano, Anne-Laure Pineau. Avec Cécile Andrzejewski, Delphine Bauer, Hélène Molinari, Ariane Puccini, Ilioné Schultz, Sophie Tardy-Joubert. Éditions Autrement, 236 pages, 17,90 euros.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos