L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations qui font sens, utiles à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Mais interviewer, filmer, photographier, écouter, se documenter, vérifier – et écrire – demande du temps, et de l’argent. En accès libre, sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance éditoriale dépendent de votre engagement dans cette aventure.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Censure

Un dessin d’enfant sur les violences policières interdit par une municipalité

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Christian Foilleret, faucheur volontaire d’OGM, attendait impatiemment le concert de soutien qui devait se tenir le 11 avril, sur une ferme de la commune de Saint-Maurice-sur-Dargoire (2250 habitants), dans le Rhône. L’enjeu, réunir des fonds pour son procès à venir. Lors d’une manifestation le 20 février 2012 visant à demander l’interdiction du maïs Mon810 de Monsanto, Christian a été, selon son témoignage, « projeté au sol par les forces de l’ordre ». Résultat : une vertèbre fracturée et cinq mois d’arrêt de travail. Un premier dépôt de plainte à la gendarmerie est rejeté par le procureur. Plus de trois ans après les faits, un deuxième dépôt de plainte est toujours en cours d’instruction.

Le concert vise à concrétiser l’élan de solidarité à son égard pour financer les frais de la procédure. Mais un arrêté municipal en date du 9 avril – deux jours avant le concert – interdit sa tenue. Parmi les griefs : « L’organisateur tient sur ses affiches des propos et des images outrageants à l’égard des forces de l’ordre ». Or, « le respect de la liberté d’expression ne fait pas obstacle à ce que l’autorité investie du pouvoir de police interdise à titre exceptionnel un concert, si cette mesure est la seule de nature à prévenir un trouble grave à l’ordre public ».

Télécharger l’arrêté municipal

Basta ! s’est procuré la dangereuse et subversive affiche, objet du « trouble grave à l’ordre public » :

L’image n’est autre qu’un dessin réalisé par une enfant de 12 ans à l’époque des faits, qui montre un policier assénant un coup à un manifestant. L’enfant est « passionnée par les mangas », précise Christian.

Les organisateurs de l’événement, interloqués par la décision de la municipalité, appellent à « rester solidaire ». Une autre action de soutien devrait prochainement être organisée en faveur de Christian. Si même les dessins d’enfants sont désormais censurés...

@Sophie_Chapelle

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos