Sûreté nucléaire

Recherche colis radioactif égaré dans le Gard

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Un colis radioactif, perdu à Nîmes le 19 novembre, est activement recherché par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Cette caisse métallique, d’une vingtaine de centimètres, contient une source radioactive liquide de fluor 18, d’une activité d’environ 20 milliards de becquerels [1]. Expédiée par l’entreprise de biotechnologies CIS BIO International, filiale du groupe belge IBA, elle était destinée au Centre hospitalier de Nîmes pour des examens médicaux. Selon la préfecture, le colis est tombé du camion de livraison, au niveau d’un rond-point. « La société de transport n’a pas respecté les règles d’arrimage du colis et n’a pas utilisé les sangles nécessaires », a conclu l’enquête de l’ASN.

La fiole de fluor aurait aujourd’hui perdu l’essentiel de sa radioactivité [2]. Mais le jour où elle a été égarée, elle « présentait des risques radiologiques importants pour toute personne se trouvant à proximité, en particulier si la source était sortie de son colis et manipulée », prévient l’ASN. Qui invite toute personne qui l’apercevrait à contacter les pompiers... Après 10 jours de recherche infructueuse, l’événement vient d’être reclassé par l’ASN au niveau 2 de l’échelle INES (évaluant la gravité des évènements nucléaires et radiologiques de 0 à 7). Celle-ci estime que le non-respect de règles élémentaires de transport « est révélateur d’un défaut de culture de sûreté ». « Notre mission est de protéger, améliorer et sauver des vies », clame le groupe IBA. Pas vraiment réussi sur ce coup-là...

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos