Documentaire

« Quelle folie » : le film sur l’autisme qui interroge surtout les frontières de la « normalité »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Quelle folie est le résultat d’une recherche, d’une expérience menée par Aurélien et son ami Diego Governatori, le réalisateur du documentaire. Leur objectif : dire et montrer la « condition autistique », qui est le quotidien d’Aurélien, mais à travers un dispositif particulier : une plongée inquiétante en pleine feria de San Fermin, à Pampelune.

Le début du film le montre explicitement : Aurélien et Diego Governatori s’apprêtent à entamer à la fois un travail et un pèlerinage, consistant à accompagner Aurélien pour lui permettre enfin de se raconter. La mise en scène est assumée, et les spectateurs et spectatrices sont témoins du dispositif qui se met en place quand l’ingénieur du son installe, devant la caméra, un micro sur Aurélien.

Quelle folie, documentaire en salles le 9 octobre, montre la condition autistique dans ses aspects les plus quotidiens, qui pourraient paraître anecdotiques pour des personnes ne souffrant pas de ce handicap. Rapport à la douleur, rendez-vous amoureux ratés, agressions sonores par des bruits de moteurs sont autant de choses qui assaillent et marquent Aurélien. Ce dernier évoque également des enjeux plus profonds liés à l’autisme, comme l’absence de « continuité d’être », la question du discours et de l’identité, ainsi que celle de la norme.
 

 

Avec une grande lucidité, Aurélien insiste sur le fait que l’autisme n’est pas qu’une simple différence. Pour lui, il s’agit d’un véritable handicap aux conséquences graves, qui cause une impossibilité d’être au monde, comme l’illustre le premier plan du documentaire, qui le filme de dos. Pourtant, avec Quelle folie, ce n’est plus aux autistes de faire d’énormes efforts de compensation, mais aux spectateurs de s’adapter au rythme et au mode de pensée d’Aurélien. C’est à nous de passer « de l’autre côté ».

Distorsions et reconstructions d’un langage commun

Le documentaire opère ce glissement en perturbant notre confort audiovisuel. Parfois, des petits mouvements de caméra qui gênent notre regard. D’autres fois, notre réalité se retrouve bouleversée : avec des plans en contre plongée inhabituels ou par un travail sur le son par moments amplifié, distordu. Ces dispositifs créent un effet d’étrangeté, un étonnement qui remet en question le sens que nous attribuons généralement aux images.

Car être autiste, dit Aurélien, c’est aussi ne pas saisir de manière évidente les systèmes signifiants et symboliques qui régissent la société (les codes du discours, de conduite…). Cette difficulté pose la question du langage : dans de telles conditions, comment dire, comment créer du sens commun avec l’autre ? Par moments, le discours du personnage se déroule comme un flux continu de parole, une logorrhée sans début ni fin difficile à suivre.

Paradoxalement, le personnage et le réalisateur font un réel effort de re-signification. D’une part, le travail de montage permet d’instaurer une chronologie, de commencer et de terminer le film, de circoncire la parole. D’autre part, Aurélien, très créatif dans son rapport à l’image, utilise de très parlantes métaphores (figure par excellence qui se fonde sur un système d’analogie), comme celle où il compare l’autiste à un pilote d’avion forcé de conduire sans mode automatique. Il compare également le monde des humains à un « enclos » dont il serait exclu.

Ainsi, au moyen des symboles qu’Aurélien regrette pourtant de ne pas s’approprier, la parole devient très lucide et signifiante. De son côté, grâce à des alternances de plans, Governatori file la métaphore en comparant le taureau dans l’arène de Pampelune et l’autiste dans la société, dans une analogie qui donne toute sa puissance au film.

L’étrangeté de la « norme »

Cette métaphore du taureau, à travers l’événement de la feria, sert de support à une réflexion sur la folie et la violence humaine. Si le langage et le signifié font l’humanité, les autistes sont donc « maintenus au dehors », d’où le rapprochement avec l’animal. L’agressivité envers le taureau en souffrance symbolise la violence des hommes face à celles et ceux qu’ils considèrent en marge de l’humanité, qu’ils voient comme de la folie. Le passage dans l’arène constitue l’acmé de cette violence après une tension grandissante : le personnage en colère contre lui-même, contre la société, crie dans la brutalité de la foule bruyante et indistincte.

Pourtant, face à des scènes filmées pendant la fête, on se demande qui est vraiment fou. À plusieurs reprises, des individus rencontrés dans la rue se mettent en scène et adaptent leur comportement afin d’attirer l’attention du caméraman. Dans ces moments, ce sont bien les cabotins et non Aurélien qui ont l’air insensé. Qu’il s’agisse de moments de danse, d’ébriété ou de violence gratuite, de nombreux plans montrent des mouvements collectifs absurdes voire horrifiants.

Aurélien cite, durant le film, qu’« il n’y a pas d’autre spectacle que l’homme ». Dans Quelle folie, le spectacle auquel on assiste nous pousse à réinterroger nos normes, nos coutumes, mais aussi les limites implicites de notre société et leur caractère excluant. Un pas de côté dérangeant à effectuer, mais pour autant nécessaire pour regarder en face ce que, dans les yeux d’Aurélien, « personne ne veut voir, [..] qui doit rester au fond ».

Quelle folie - 2018, 87 minutes
Sortie en salle le 9 octobre 2019
Réalisation : Diego Governatori
Production / diffusion : Les Films Hatari

Les Lucioles du Doc
Ces chroniques mensuelles publiées par Basta ! sont réalisées par le collectif des Lucioles du Doc, une association qui travaille autour du cinéma documentaire, à travers sa diffusion et l’organisation d’ateliers de réalisation auprès d’un large public, afin de mettre en place des espaces d’éducation populaire politique. Voir le site internet de l’association.

- Photos : copies d’écran du film

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos