L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des actualités qui font sens et à des analyses sérieuses et dont les sources ont été vérifiées. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre 80 000 €, afin que nous puissions continuer à enquêter et produire de l’information en toute indépendance.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

À lire sur Acrimed

Quand un viol fait le « buzz » : un malsain mélange des genres made in Inrocks

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

C’est en suivant le lien vers l’article « Esclave sexuelle de l’EI, une jeune fille de 17 ans raconte son calvaire », publié le 3 juin dernier sur le site des Inrockuptibles, que les premières interrogations surgissent. On remarque en effet que l’article est mis en ligne dans la rubrique « buzzodrome » du site, qui recense les publications qui font le « buzz » sur internet.

Premier constat : l’histoire d’une jeune fille violée, battue, fouettée et brûlée pendant neuf mois, se retrouve donc dans une rubrique qui surfe sur le « buzz ». Délicat.

Deuxième constat, sous forme de question : est-ce parce qu’il est classé en « buzzodrome » que ce drame est associé en fin de page à des articles majoritairement connotés « sexo » [1], ce qui, chacun l’avouera, est d’une rare élégance ?

Troisième constat : dans la mesure où le seul critère semble être le « buzz », la rubrique « buzzodrome » agrège, par définition, des sujets très divers, qui apparaissent les uns à la suite des autres, sans aucun tri thématique ou hiérarchique. Dans le cas du témoignage de la jeune fille « esclave sexuelle de l’EI », cela donne… ça : [ Lire la suite ]

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos