Absurdité

Quand l’argent des associations part dans les poches des banques

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

« Ce sont 150.000 euros qui étaient destinés aux actions d’accompagnement des personnes en situation d’exclusion sociale et qui vont aller directement enrichir les banques », dénonce la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars) d’Île-de-France. En l’absence du paiement des subventions de la part de l’État, plusieurs associations ont dû contracter des emprunts auprès de banques. « À la fin du mois de mai, une trentaine d’associations de solidarité auront versé 150.000 euros d’agios à leur banque ! »

Ces associations de réinsertion attendent depuis 5 mois les subventions publiques qui leur permettent de fonctionner. Une absence de paiement en infraction avec le Code de l’action sociale et familiale qui oblige l’État à verser ces subventions chaque mois. Les associations sont donc contraintes d’envisager des licenciements. Un comble ! Un situation peut-être liée au logiciel Chorus qui équipe l’administration, « qui a coûté une fortune et est incapable de payer les factures des prestataires et des associations », avance la Fnars. En tout cas, on est loin de la nécessité de « transparence, de visibilité, de sécurisation des opérateurs associatifs », prônée en juin 2010 par le secrétaire d’État chargé du logement, Benoist Apparu.

La situation des associations est d’autant plus difficile que l’État a par ailleurs réduit les budgets dédiés à l’hébergement et la lutte contre l’exclusion de près de 3%, alors que la crise a augmenté le nombre de personnes en détresse.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos