Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Fake news

Quand des députés macronistes relaient une intox pour discréditer une association de lutte contre le harcèlement sexuel

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

C’est l’histoire d’une association en pointe contre les violences faites aux femmes sur leur lieu de travail, la seule à mettre en cause les employeurs dans les affaires de harcèlement sexuel – et à parfois les faire condamner. Elle est ciblée par un mystérieux audit qui aurait été commandité par le secrétariat d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Un audit dont personne n’a entendu parler qui a des allures de « fake news », allègrement relayées par des députés LREM, pour jeter la suspicion sur la gestion de l’association, subventionnée entre autres par des fonds publics.

Tout commence le 31 janvier : « Submergée par un flot ininterrompu de saisines des femmes victimes de violences sexuelles au travail », suite au mouvement de libération de la parole déclenché sur les réseaux sociaux, l’Association européenne de lutte contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) décide de fermer temporairement son standard téléphonique. Parmi les actions de soutien organisées pour venir en aide à l’association : l’interpellation des parlementaires, pour solliciter une aide d’urgence.

Les députés LREM adeptes du copier/coller

Les citoyen.nes qui ont sollicité les député.es vont recevoir des réponses assez étranges de la part de nombreux élus LREM, toutes similaires, probablement issues d’un copier/coller « d’éléments de langages » qui leur ont été fournis. Chacun des courriels rappelle que l’AVFT « bénéficie depuis une dizaine d’années de conventions pluriannuelles lui assurant des subventions sur trois ans (...). La dernière convention (...) couvre la période 2017-2019 et accorde à l’AVFT 235 000 euros par an, soit 705 000 euros sur trois ans, l’une des plus importantes subventions accordées par le secrétariat d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes. » Les courriers des députées LREM évoquent ensuite un audit sur l’activité de l’association, audit bien avancé puisqu’il doit être remis « prochainement » à Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Un audit qui tombe opportunément pour botter en touche et ne pas allouer de moyens supplémentaires à la lutte contre les violences faites aux femmes au travail.

Problème : l’association n’a jamais entendu parler de cet audit. Or, il paraît difficile d’éplucher l’activité d’une association sans que celle-ci ne fournisse ses budgets, les factures, les bulletins de paie, les expertises comptables et autres « preuves » de son activité et de la manière dont l’argent est utilisé. Un audit doit aussi, a priori, prévoir des visites des lieux, observer des situation de travail, rencontrer la direction…

Des fakes news diffusées par... le gouvernement ?

Encore plus étonnant : les fonctionnaires du secrétariat d’État ne semblent pas, non plus, informés. Le 14 février, des salariées et membres du conseil d’administration de l’association ont, suite aux étranges courriels des députés LREM, interrogé la directrice de cabinet de Marlène Schiappa et deux autres responsables du ministère. Aucune d’entre elles ne semblaient être courant de cet audit. « Nos interlocutrices ont exprimé leur surprise et ont démenti la réalité de cet "audit", en précisant que l’administration ne procédait de toute façon pas à des "audits", mais à des "contrôles" dont les associations sont en tout état de cause informées en amont », précisent Marilyn Baldeck, déléguée générale de l’AVFT, et Joanna Kocimska, présidente, dans un communiqué publié le 22 février.

Pourquoi les députés LREM arguent-ils de l’existence de cet audit pour ne pas répondre aux demandes de l’AFVT ? Quand doit-il être rendu ? La plupart des élus signataires de ce courriel que Basta ! a interrogés, se disent « très occupés » et ne nous ont pas répondu [1]. Au cabinet d’Isabelle Rauch, députée de la Moselle, et auteure d’un courrier daté du 22 février qui mentionne l’audit, on promet « des réponses précises par écrit » à nos questions. En attendant, la surprise qui semble régner au sein du secrétariat d’État est « étonnante », les éléments de langage distillés aux députés ayant été fournis par... le secrétariat d’État.

Discréditer une association qui gêne les employeurs ?

Pourquoi donc mener ce qui s’apparente à une campagne de désinformation ? Pour l’AVFT, le fait de mentionner un audit de ses activités n’est pas anodin : « Cela peut suggérer que la charge de travail de l’association devenue insurmontable ne serait pas la cause réelle de la fermeture de notre accueil téléphonique », expliquent Marilyn Baldeck et Joanna Kocimska.

« À plusieurs reprises, ajoutent-elles, des parlementaires ont communiqué dans leurs mails des chiffres faux : la subvention de l’État accordée à l’AVFT représenterait 80 % de son budget, l’addition de celles de la région Ile-de-France et de la Ville de Paris 15 %, de sorte que l’association serait dépendante à 95 % de fonds publics. » Or, l’association a développé une activité de formations, notamment pour augmenter ses fonds propres. « La part des subventions publiques est donc passée à 70 % du budget de l’AVFT. »

Il parait peu probable que le secrétariat d’État ne soit pas au courant de ces évolutions budgétaires. Pourquoi alors les avoir occultées dans les « éléments de langages » envoyés aux députés ? Mystère. Contacté par Basta !, le secrétariat d’État n’a pas été en mesure de répondre. Le fait que l’AVFT mette en cause des directions d’entreprises, au mieux indifférentes voire complices de harcèlement sexuel, et arrive à les faire condamner, ennuierait-il à ce point le gouvernement ? En attendant, des victimes sont tenues de batailler seules pour affronter leurs agresseurs, déposer plainte et aller aux Prud’hommes. Depuis le 31 janvier, plus de 15 femmes ont saisi l’AVFT, qui s’est vue obligée de leur dire qu’elle ne pourrait pas les accompagner.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos