Présentation

Vendre ou échanger des semences de variétés anciennes, libres de droit de propriété et reproductibles, ou ressemer sa récolte, quoi de plus naturel ? C’est pourtant en train de devenir illégal, en France et ailleurs. L’agro-industrie tente de s’accaparer semences et graines pour rendre captifs les paysans en commercialisant leurs propres produits, standardisés quand ils ne sont pas génétiquement modifiés. En face, la résistance s’organise : des maisons de semences et des banques coopératives de la biodiversité se multiplient. Objectif : libérer les agriculteurs des droits de propriété imposés par l’industrie semencière, ne dépendre ni des OGM ni des pesticides, et cultiver la biodiversité.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos