ça bouge ! Ecocide

« Sans une Amazonie vivante, il n’y aura pas d’avenir pour l’humanité »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

La pandémie de Covid-19 se conjugue à un extractivisme exacerbé en Amazonie. Des mouvements et des habitants des régions amazoniennes ont décidé de s’auto-organiser en assemblée mondiale de l’Amazonie qui se tiendra virtuellement les 18 et 19 juillet. Voici leur appel et les modalités pour suivre cette assemblée sur les réseaux sociaux.

L’Amazonie voit ses communautés, villages, villes et cités inondés de morts. La Covid-19 est cruelle envers les « peuples de la jungle » qui subissent depuis des siècles indifférence, négligence, exploitation, extractivisme, racisme et ethnocide. Cette région, essentielle à la stabilité du système Terre, connaît notamment un écocide et un terricide accélérés.

La détérioration de la forêt amazonienne résulte de l’action des entreprises agro-industrielles avec leurs monocultures et cultures OGM, de l’exploitation des agrocarburants, de l’exploitation minière légale et illégale, de l’extraction et du déversement d’hydrocarbures ; ainsi que de la biopiraterie, des méga-projets hydroélectriques, des lignes électriques et des routes mal planifiées, de la politique d’investissement des organisations financières internationales, du trafic de drogue et du crime organisé.

Les gouvernements du Nord et du Sud, qu’ils soient néolibéraux ou soi-disant progressistes, encouragent l’extractivisme de différentes manières, affaiblissant l’Amazonie sur le plan social et écologique. Désormais, en « réactivant l’économie pour sortir de la crise liée à la Covid-19 », les gouvernements de la région assouplissent les réglementations sociales, environnementales et en faveur des populations autochtones pour promouvoir davantage l’extractivisme.

La destruction de l’Amazonie nous rapproche de la catastrophe climatique. Sans une Amazonie vivante, il n’y aura pas d’avenir pour l’humanité.

Résister à cette destruction

Plusieurs acteurs sont en train de se battre et de résister à cette destruction. Les femmes d’Amazonie sont à la fois les plus menacées et les plus créatives et résistantes en défense de leurs corps-territoires.

Dans cette lutte, les défis sont immenses et il est urgent et indispensable d’être uni.es dans la diversité. Les peuples autochtones, gardiens de l’héritage culturel et du « Buen Vivir » (bien vivre) y jouent un rôle de premier plan.

Face à cette réalité, les mouvements, les collectifs, les réseaux, les activistes et les organisations des peuples autochtones, les communautés quilombolas, seringueiros (qui récoltent le caoutchouc), caboclos et marrons, paysans, artistes, religieux, défenseurs de la nature, universitaires, femmes, jeunes et habitants des villes amazoniennes, ont décidé de s’auto-organiser en assemblée mondiale de l’Amazonie qui se tiendra virtuellement les 18 et 19 juillet.

Notre objectif est de former une alliance au service des plateformes et campagnes existantes, pour renforcer nos actions et nos impacts en faveur de la défense des droits de l’homme, des droits des peuples autochtones et de la nature. Nous voulons construire un processus en spirale de cycles d’assemblées/actions pour unir les volontés, nous mettre d’accord sur les objectifs et organiser des initiatives de mobilisation autour des propositions qui seront issues des débats et consensus.

À cette fin, nous consacrerons le premier jour de notre assemblée à la réflexion et au débat sur les problèmes des pays et de la région panamazonienne et, le deuxième jour, nous discuterons des propositions d’action et enrichirons trois campagnes à construire :

1. Une campagne mondiale pour faire face aux graves répercussions du Covid19 sur les populations autochtones dans toute l’Amazonie.

2. Une campagne mondiale pour boycotter les produits, les entreprises, les investissements, les politiques gouvernementales, les accords commerciaux et l’extractivisme qui détruisent l’Amazonie.

3. Des journées de mobilisation mondiale pour mettre fin à l’ethnocide, à l’écocide et à l’extractivisme, et sauver l’Amazonie, ce qui est indispensable pour faire face au changement climatique.

Comment suivre cette première Assemblée mondiale pour l’Amazonie

- La première Assemblée mondiale pour l’Amazonie se tiendra virtuellement le samedi 18 juillet à 22h à Paris, et à 17h en Guyane française avec une traduction en simultanée en espagnol, portugais, anglais et français..

- Pour participer à ce processus et recevoir le lien Zoom correspondant, remplissez le formulaire suivant

- La première Assemblée mondiale pour l’Amazonie sera également diffusée sur facebook et youtube

- Pour plus d’informations et contact : asambleamazonica (a) gmail.com / https://asambleamundialamazonia.org/

- Pour signer l’appel

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos