Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Pétrole

Pollutions : Total plus fort que BP ?

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les actionnaires de Total se moquent-ils de l’environnement comme de leur dernier mégot de cigare ? C’est la question qu’on peut – naïvement – se poser malgré les belles plaquettes de la multinationale à la gloire du développement durable. Total souhaite investir massivement dans l’exploitation des sables bitumineux au Canada (Alberta). Les sables bitumineux, c’est un mélange de sable, d’argile et de pétrole lourd. Pour extraire le pétrole, il faut donc creuser de vastes carrières et chauffer ces sables pour que l’hydrocarbure devienne fluide. La production d’un baril de pétrole nécessite de l’eau et du gaz naturel en quantité. « Tous les jours, l’industrie des sables bitumineux utilise plus d’eau qu’une ville de deux millions d’habitants et consomme assez de gaz naturel pour chauffer six millions de foyers canadiens », détaille Greenpeace.

Très coûteux à exploiter, les sables bitumineux sont cependant devenus rentables depuis l’augmentation des cours du pétrole. L’extraction et le raffinage de pétrole issu des sables d’Alberta cause « l’équivalent d’une marée noire par an », selon Les Amis de la terre qui dénoncent « une véritable catastrophe écologique, sociale et humaine : déforestation des forêts boréales, utilisation de quantités d’eau et de gaz disproportionnées, rejets toxiques stockés pour des années sans protection… »

Les militants écologistes ont organisé dans la matinée du 21 mai un happening devant l’Assemblée générale des actionnaires de Total, sur le parvis de la Défense. L’ONG demande que l’entreprise se désengage de l’exploitation des sables bitumineux, que le Canada « respecte les engagements pris sous le protocole de Kyoto et s’engage sur de véritables politiques de réduction d’émissions de gaz à effets de serre. » Total a déjà pris le contrôle de plusieurs sociétés canadiennes présentes dans l’extraction minière. Le groupe pétrolier s’apprêterait à investir rapidement 2,5 milliards de dollars.

© Photo : Les Amis de la terre

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos