Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Extrême droite

Natalité, famille, patrie : comment Viktor Orban renvoie les femmes hongroises au foyer

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Lorsqu’elle arrive au pouvoir, que fait l’extrême droite aux femmes ? En Hongrie, le discours raciste et nationaliste de Viktor Orban va de pair avec la volonté de renvoyer les femmes à la maternité. En Pologne, où le parti ultra-conservateur Droit et justice est au pouvoir depuis 2015, le gouvernement tente sans relâche, avec l’appui de l’Église, d’empêcher les femmes d’avoir accès à l’avortement et à la contraception. « Dans ces deux pays, les femmes comme individus disparaissent lentement des politiques publiques derrière le seul concept de la famille », avertit la chercheuse hongroise Andrea Pető. Premier volet : la Hongrie.

« Le gouvernement hongrois utilise deux sujets pour faire campagne : ses positions anti-immigration et la famille », explique Dóra Papp, activiste à Budapest et directrice de la plate-forme de pétitions aHang. L’an dernier, le gouvernement a déclaré que 2018 serait l’“année des familles”. Son discours, c’est qu’il faut “protéger les familles chrétiennes contre le multiculturalisme“ », développe la jeune femme. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, est arrivé au pouvoir il y a neuf ans, en gagnant une majorité des deux-tiers au parlement. Depuis, il ne l’a plus quitté. Connu pour ses diatribes racistes ou anti-européennes, Orban et son gouvernement sont également obsédés par un objectif : renvoyer les femmes hongroises à la maison pour qu’elles procréent, et reconstituent des familles bien chrétiennes.

En novembre dernier, le pouvoir hongrois lance une consultation nationale sur la « protection des familles » : « La démographie déclinante est un problème important en Hongrie et en Europe, justifie le gouvernement [1]. Selon les bureaucrates de Bruxelles, le déclin démographique devrait être résolu par l’installation d’immigrants. Nous, en revanche, croyons qu’au lieu de l’immigration, nous avons besoin d’augmenter le soutien aux familles ». C’est l’essence même de la position d’Orban et son gouvernement sur la famille : xénophobe et nataliste.

Il y a des années que le pouvoir hongrois a adopté cette idée de la famille comme fondement de la nation. Une réforme constitutionnelle de 2013 l’a même inscrite dans la loi fondamentale : « La Hongrie doit protéger l’institution du mariage, compris comme l’union consentie d’un homme et d’une femme. La famille est la base de la survie de la nation. Les liens de la famille sont basés sur le mariage, et la relation entre les parents et les enfants » [2].

Menaces sur le droit à l’avortement

Cette réforme a balayé toute possibilité de reconnaissance à moyen terme des unions entre personnes de même sexe, et marginalise les types de famille qui ne correspondent pas à cette vision traditionnelle. Un autre ajout à la loi fondamentale entériné en 2013 fait craindre des attaques sur le droit à l’avortement. En Hongrie, celui-ci a été légalisé après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais depuis 2013, l’article 2 de la constitution dit que « la vie du fœtus doit être protégée dès le moment de la conception ». Orban n’a pas – encore – changé la législation sur le droit à l’avortement, mais soutient publiquement des organisations qui y sont opposées. Son gouvernement avait déjà financé une campagne d’affichage contre l’avortement... en détournant des fonds européens destinés à des programmes pour l’emploi et la solidarité sociale. En 2017, c’est le premier ministre hongrois en personne qui a ouvert à Budapest le 11ème Congrès international des familles, organisé par des associations anti-avortement états-uniennes. Cette année, ce raout mondial anti-féministe et homophobe s’est tenu à Vérone, fin mars, à l’invitation du maire d’extrême droite (Ligue du Nord) de la ville italienne. La secrétaire d’État hongroise à la famille y était une des invités de marque.

« Il y a quelques mois, après une chute de la popularité du Fidesz, le parti d’Orban, dans les sondages, le gouvernement a fait passer des mesures dites de "soutien aux familles" », rapporte Dóra Papp. Fin 2018, le gouvernement présente une loi sur le temps de travail : le nombre annuel d’heures supplémentaires qu’un patron peut exiger de ses employés passe de 250 à 400. Les Hongrois descendent dans la rue pendant des semaines contre la réforme.

« Ils remplacent tout simplement le concept de femmes par celui de famille »

Puis en février 2019, le gouvernement annonce une série de mesures natalistes. Parmi elles : une exonération à vie de l’impôt sur le revenu pour les mères de quatre enfants, un prêt accordé aux femmes qui se marient pour la première fois, si elles ont moins de 40 ans, et 30 000 euros de prêt immobilier remboursé par l’État pour les familles nombreuses [3]. Ces mesures devraient être votées prochainement.

« L’unique place des femmes est dans la famille : voilà ce que cela envoie comme message, réagit Dora Papp. Nous essayons de contrer ce discours. Une initiative de femmes s’est créée en novembre, le Groupe des mères pour la démocratie, “Magyar Anyák”. Elles ont lancé une campagne de l’“année des familles déçues”. Ce qu’elles disent, c’est que la plupart des familles hongroises ne sont pas heureuses, parce qu’ils n’existe pas assez d’infrastructures et services pour prendre en charge les enfants. Et que les politiques actuelles de soutien aux familles ne concernent que la classe moyenne, pas les plus pauvres. »

« Quand on regarde les rapports officiels que la Hongrie, et aussi la Pologne, envoient au comité de l’Onu sur la lutte contre les discriminations à l’égard des femmes, on voit qu’ils remplacent tout simplement le concept de femmes par celui de famille, analyse aussi Andrea Pető, professeur à l’université d’Europe centrale de Budapest. Les femmes comme agents indépendants disparaissent lentement des documents de politiques publiques, derrière le seul mot de famille. »

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

Haro sur les études sur le genre

D’un côté, l’État hongrois veut distribuer des crédits et des exemptions d’impôts pour faire des enfants. De l’autre, aucun soutien n’est apporté à la lutte contre les violences faites aux femmes, souligne Dóra Papp : « L’État n’a toujours pas ratifié la convention internationale de Lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, la convention d’Istanbul ». C’est qu’Orban n’aime pas qu’on parle d’égalité. Fin 2018, il a révoqué les autorisations des deux seuls programmes universitaires d’études sur le genre. Ces recherches s’intéressent aux rapports de sexe, aux questions d’égalité, aux constructions genrées, dans la société, la culture, les institutions…. et aux modes de transgression de celles-ci.

« Un décret gouvernemental a révoqué sans explication les autorisations de ces deux masters sans consulter les institutions concernées », précise Andrea Pető, qui enseigne elle-même dans l’un de ces programmes, à l’Université d’Europe centrale, la CEU. C’est cette université privée, fondée par le milliardaire et philanthrope états-uniens d’origine hongroise Georges Soros, qu’Orban a décidé de fermer par une loi passée en 2017.

« Une croisade idéologique qui évoque les pires souvenirs de la censure communiste »

L’université devrait finalement se délocaliser à Vienne. L’autre université qui propose un master sur le genre est publique (l’ELTE, université Loránd Eötvös). « D’abord, le gouvernement a justifié cette décision avec l’argument d’économiser de l’argent public, parce qu’il veut financer des programmes d’étude qui promeuvent la croissance démographique. Ensuite, l’argument est que les études sur le genre ne correspondaient pas aux valeurs chrétiennes. Il s’agit en fait d’une croisade idéologique contre la liberté académique et la liberté de l’éducation. Le gouvernement a franchi une ligne rouge, qui évoque les pires souvenirs de la censure communiste », dénonce la chercheuse.

Andrea Pető reste toutefois optimiste. Cette tentative de bannir ces programmes sur le genre des universités a en fait plutôt suscité un regain d’attention de la part du monde universitaire. « Des professeurs que cela n’intéressait pas auparavant ont intégré la question du genre dans leurs cours en signe de protestation. Les études sur le genre sont devenues plus “cool”. C’est une opportunité. Les réflexions sur la question peuvent contribuer à renouveler la boite à outil et le répertoire symbolique de la politique progressiste. Mais ma plus grande crainte, c’est que les collègues finissent par intérioriser un sentiment d’impuissance et d’épuisement face à ce gouvernement. »

Rachel Knaebel

Lire aussi :
- Ce que fait réellement l’extrême droite quand elle arrive au pouvoir en Europe

Photo : CC European People’s Party

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos