Droits de propriété

Loi sur les certificats d’obtention végétale

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Loi sur les certificats d’obtention végétale

- Adoption : 8 décembre 2011
- Auteur : Bruno Le Maire
- Mesure phare : Instaurer un droit de propriété sur les semences
- Conséquence : Interdit aux paysans de replanter leur récolte

C’est au terme d’un vif débat, en novembre 2011, que les députés UMP ont voté la loi sur le certificat d’obtention végétale, qui supprime le droit de ressemer librement sa propre récolte sans verser de taxe. Orge, avoine, blé, pois, trèfle, luzerne… Au total, 21 variétés de semences seront soumises à une taxe, la contribution volontaire obligatoire, dont un agriculteur devra s’acquitter s’il veut les replanter. Quid des semences de ferme pour les autres espèces (légumes, soja…) ? Elles sont désormais interdites. La loi considère la reproduction de semences à la ferme, sans payer cette dîme moderne à leurs « propriétaires », comme une contrefaçon. La récolte pourra donc être saisie.

Du côté de l’UMP, on affirme que cette loi n’a d’autre but que de « relancer la recherche agricole en France » et « lui en donner les moyens » par le paiement de droits sur les semences protégées. Mais pour plusieurs organisations associatives et syndicats paysans, instaurer cette dîme sur les semences revient à livrer les agriculteurs français aux multinationales semencières.

Pour compléter cette présentation, vous pouvez ajouter un commentaire.

Lire à ce sujet sur Basta ! :
- Le droit de planter et cultiver librement bientôt interdit ?
- Taxe sur les semences : l’UMP contre les paysans
- Droit de propriété sur les semences : l’agro-industrie obtient sa redevance

En bref

Dans la même rubrique

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos