Réseaux d’influence

Les lobbys pro-OGM interdits de séjour à l’Assemblée nationale

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

A l’Assemblée nationale, on fait le ménage ! Des représentants d’entreprises de certains « secteurs sensibles » ont été rayés de la liste des lobbyistes accrédités. Ils ne bénéficieront plus d’un laissez-passer leur permettant d’avoir un accès permanent aux couloirs et bureaux du Palais Bourbon. En ligne de mire : l’industrie pharmaceutique et l’agrochimie. Selon le site Acteurs publics, sont concernés les représentants de Monsanto, Syngenta, Bayer Cropscience et DuPont de Memours.

Ces entreprises « appartiennent à deux secteurs sensibles, sur lesquels les députés risquent d’être amenés à débattre prochainement », justifie le député Christophe Sirugue (PS), nouveau président de la délégation chargée des représentants d’intérêts, qui a annoncé cette décision. « On souhaite donc prendre des précautions et leur dire qu’au lieu de défendre leurs intérêts particuliers, il faut qu’elles passent par leur branche professionnelle ». Ces entreprises devront désormais se faire représenter par les lobbyistes de leurs fédérations professionnelles. Mais elles peuvent bien entendu prendre rendez-vous avec les parlementaires. Ou continuer leur lobbying hors des couloirs de l’Assemblée.

D’autres entreprises – Total, Veolia, eBay, Carrefour ou Casino,... – continueront à avoir un accès direct aux parlementaires. Comme 150 organismes accrédités qui bénéficient actuellement d’un badge d’accès (voir la liste) [1].

Ces décisions devraient être validées mi-novembre. Christophe Sirugue doit également remettre d’ici la fin de l’année un rapport sur les représentants d’intérêts à l’Assemblée. Les autorisations seraient notamment accordées pour un an, renouvelable, au lieu de 5 ans comme auparavant.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos