Greenwashing

Les JO de Londres sponsorisés par le champion des pollueurs

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les Jeux olympiques de Londres en 2012 se targuent d’être les plus écologiques de l’histoire. Pourtant, un sponsor fait tâche : Dow Chemical, le géant de la chimie, l’entreprise responsable de la pire catastrophe industrielle de l’histoire, à Bhopal (Inde). En 1984, une explosion sur le site de production de pesticides a laissé échapper plus de 40 tonnes de produits chimiques hautement toxiques. Conséquence : 7 000 à 10 000 morts selon Amnesty International. Et la contamination des terres, de l’eau, des habitations, pour des décennies. Depuis vingt-sept ans, la multinationale refuse de nettoyer le site ou de rembourser les victimes (lire notre article). Le comité d’organisation des Jeux olympiques a pourtant autorisé Dow Chemical à placer 336 panneaux publicitaires de 25 mètres de haut dans le stade olympique.

Partenaire officiel des JO, Dow fournit son expertise, « créant des produits qui diminuent l’impact sur l’environnement » et aide à « promouvoir les responsabilité sociale et environnementale sur toute la planète », explique son site. Un rôle dans la continuité de sa mission : « Innover passionnément sur les choses essentielles au progrès humain en apportant des solutions soutenables à nos clients »… Cette tentative de faire oublier ses responsabilités n’est pas du goût de l’Inde, qui a menacé mi-décembre de boycotter les Jeux de Londres. Une pétition appelle à exclure Dow des partenaires officiels.
Le verdict, tombé cette semaine : « La marque n’apparaîtra pas sur le stade avant, pendant et après les Jeux olympiques », a affirmé une porte-parole du comité d’organisation des Jeux de Londres.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos