Campagne électorale

Législatives : quatre femmes, quatre manières de renouveler la politique à gauche

par , Nolwenn Weiler, Simon Gouin

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Elles sont toutes les quatre candidates aux législatives. Certaines sont soutenues par toute la gauche, de la France insoumise au Parti socialiste, d’autres pas. Les unes sont novices en politique, d’autres ont déjà une certaine expérience. Leur point commun ? Défendre leurs idées avant tout, partager une autre vision de la politique, au plus près du terrain, à l’écoute de ses habitants, y compris les « oubliés », de leurs préoccupations. Pendant toute la campagne, Basta ! a choisi de suivre Sarah Soilihi à Marseille, Isabelle Attard à Bayeux, Enora le Pape à Rennes et Nathalie Perrin-Gilbert à Lyon, où elles tentent, chacune à leur manière, de renouveler la politique et la représentation nationale. Voici le premier volet de notre série.

Quatre femmes, quatre visages de la gauche, quatre territoires à représenter. Pendant la campagne législative, Basta ! vous propose de suivre quatre candidates qui renouvellent les pratiques et les profils de la représentation nationale : Sarah Soilihi à Marseille, Isabelle Attard à Bayeux, Enora Le Pape à Rennes et Nathalie Perrin-Gilbert à Lyon. Isabelle Attard est la seule à avoir déjà été élue député mais sa manière d’exercer son mandat tranche avec les pratiques clientélistes et opaques de nombre de ses collègues. Enora Le Pape est novice en politique. Son profil et la réalité qu’elle côtoie ne sont pas représentés à l’Assemblée : elle fait partie des 5,8 millions de demandeurs d’emploi inscrit à Pôle emploi. Au nom de la défense de ses idées, Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement de Lyon, n’a pas hésité à s’attirer les foudres de Gérard Collomb, désormais ministre de l’Intérieur. Enfin, Sarah Soilihi, la plus jeune de ces candidates (24 ans) et championne de boxe, entame son premier combat politique face au FN dans les quartiers nord de Marseille. Le premier round commence.

Sarah Soilihi (Marseille) : une championne de kick-boxing pour les « habitants abandonnés » des quartiers nord

Dans sa circonscription, Sarah Soilihi est une figure bien connue. Mais jusqu’à présent pour autre chose que la politique : cette femme de 24 ans a été sacrée championne du monde de kick-boxing en novembre 2015, puis championne de France de karaté semi-contact l’année suivante. C’est désormais pour la voir aux côtés de Jean-Luc Mélenchon que les caméras de télévision la suivent de près, ces dernières semaines. Après avoir été porte-parole du candidat pour les présidentielles, la voici investie par la France Insoumise pour les législatives, dans la circonscription marseillaise juste à côté de celle sur laquelle le leader a jeté son dévolu.

Les premiers mois de campagne ont inévitablement chamboulé sa carrière de haut-niveau, mais hors de question de la mettre en parenthèse. Sarah Soilihi continue de s’entraîner plusieurs fois par semaine avec ses trois coachs. « Il ne faut pas perdre le cardio d’ici le prochain combat prévu à la rentrée », glisse-t-elle, sereinement. Trois coachs, car elle s’est mise récemment à une nouvelle discipline, le MMA, aussi connu sous le nom de free fight. « Au karaté, on ne frappe pas assez… », sourit-elle d’un air entendu.

« En politique, ceux qui souffrent sont toujours les plus démunis »

Pourtant, Sarah Soilihi tempère vite la métaphore tarte-à-la-crème du journaliste : « En boxe comme en politique, il y a des échanges de coups. Sauf que dans un cas, on l’a choisi, pas dans l’autre. En politique, ceux qui souffrent sont toujours les plus démunis. » C’est justement pour cela qu’elle s’est engagée dans cette compétition nouvelle, pour se faire, dit-elle, « la porte-parole de tous ces habitants abandonnés et jamais représentés ». Mais Sarah est prévenue : « Le combat le plus dur, c’est la politique », assure Pascal Speter, l’un de ses coachs depuis quatre ans, par ailleurs militant pour le Modem qui avait déposé sa candidature à En Marche pour les législatives. Finalement, il n’y aura pas de candidat représentant officiellement la majorité présidentielle sur cette circonscription. L’entraîneur soutiendra donc son athlète : « Sarah, c’est une fille qui ne triche pas. »

Une qualité qui ne manque pas de sens dans cette circonscription jusqu’alors détenue par la socialiste Sylvie Andrieux, condamnée en décembre dernier à un an de prison ferme pour détournement de fonds publics et contrainte à démissionner de son mandat. Aux dernières municipales, le frontiste Stéphane Ravier a raflé ce secteur qui regroupe les 13ème et 14ème arrondissement, à cheval sur la circonscription : « Il incarne la frange identitariste la plus dure du Front National, qui bafoue publiquement le concept même du vivre-ensemble [1]. C’est peut-être la pire mairie de France, et en tous cas, une circo affreuse, où on joue sur la pauvreté et la peur des gens », analyse Samy Johsua, professeur à la retraite et militant historique de la gauche dans ces quartiers.

« Nous sommes les oubliés de la France. »

Une misère politique qui prospère sur la misère sociale : chômage, fermeture progressive des services publics, enclavement géographique… Les « quartiers nord » semblent plus que jamais déshérités (lire aussi notre précédent reportage sur le sujet : quand l’écologie populaire permet de lutter contre la désespérance sociale et la criminalité). « Ce ne sont pas des quartiers dans lesquels on ne peut pas entrer, ce sont surtout des quartiers dont on ne peut pas sortir ! », dénonce Geneviève, lors d’un tractage à la sortie de l’école. A côté d’elle, Sakrina dit ne plus attendre qu’une seule chose, après 40 ans de vie dans le quartier : « J’espère bientôt pouvoir m’en aller. Nous sommes les oubliés de la France, il n’y a plus aucune chance pour nos enfants ici. » Un abandon dont ne fait pas preuve Sarah Soilihi, qui ne lâche jamais son sourire. Les quartiers nord, elle les connaît bien : elle y est née, elle y a vécu toute son enfance et elle y réside encore – en « nomade » comme elle se surnomme elle-même, entre les appartements de ses grands-parents qu’elle continue d’aider. Et surtout, elle assure qu’elle y restera, si elle est élue députée : « Il y a bien plus d’ambiance à Marseille, non ? »

Cette campagne est la seconde de sa vie politique. Le ring électoral, elle l’a déjà expérimenté en décembre 2015 : elle est alors la porte-parole de Christophe Castaner, le candidat socialiste défait aux élections régionales. Depuis, l’homme a rejoint Macron et est devenu porte-parole du gouvernement, pendant que Sarah Soilihi faisait le chemin inverse. Encartée dans l’aile gauche du PS depuis 2011, elle le quitte en 2016 après « un quinquennat de désillusion en désillusion ». Active dans les manifestations contre la loi Travail, elle y noue des contacts avec le Parti de gauche et le Parti communiste, prémices de son adhésion à la France Insoumise dont elle dit aimer la liberté de mouvement : « Ce n’est pas du tout aussi carré qu’un parti politique, il n’y a pas autant de règles. »

« Elle n’est pas là pour prendre un fauteuil et s’asseoir confortablement dedans »

Sportive ou élue, Sarah Soilihi rêve en réalité d’une autre voie, en robe noire : « Je veux être avocate depuis que j’ai cinq ans, je n’ai jamais changé d’avis. » D’aucuns verront inscrits dans cette vocation les traits de conviction et de justice qui animent toujours la candidate. Mais avant de passer le barreau et de pouvoir plaider, Sarah Soilihi s’est lancée dans une thèse sur la cyber-contrefaçon des œuvres de l’esprit. « Pour pouvoir être aussi enseignante-chercheuse », assure-t-elle. La doctorante a beau avoir terminé de dispenser ses cours de droit pénal et reporté l’écriture de sa recherche à l’automne, elle n’est reste pas moins débordée. Entourée d’une petite équipe d’amis, elle gère elle-même tous les détails de sa campagne : l’impression des tracts, l’achat de la viande pour les barbecues des meetings, les réponses aux multiples sollicitations médiatiques…

Un brin hyperactive, Sarah Soilihi casse définitivement les codes de la politique telle qu’on la connaît dans les quartiers nord de Marseille. « Elle n’est pas là pour prendre un fauteuil et s’asseoir confortablement dedans », résume Mohamed, éducateur en foyer de mineurs délinquants. Sarah Soilihi peut donc espérer l’emporter par sa combativité. Pour cela, les prochains rounds seront décisifs. Sa victoire se jouera à quelques points.

Isabelle Attard (Calvados) : « Nos opposants ont de l’argent ; nous, nous avons la force du nombre. »

Ce dimanche de la mi-mai, les baskets d’Isabelle Attard détonnent avec sa robe, sa fonction et le château des Monts, à côté de Bayeux, en Normandie. Dans le parc de cette belle demeure en restauration se déroule son « banquet républicain » : un repas pour rassembler ses soutiens et financer sa campagne. La députée du Calvados est en course pour un deuxième mandat, cinq ans après avoir remporté à l’arrachée la circonscription. « Nous ne sommes plus dans ce contexte du retour de la gauche comme en 2012, estime une de ses soutiens. Mais tout est ouvert, car Isabelle Attard, c’est une preuve sur patte, pas une promesse. »

Libertés fondamentales, transition énergétique, critique des dérives de l’état d’urgence : voilà quelques-uns des combats de l’élue à l’Assemblée nationale [2]. Mais c’est aussi en dehors de l’hémicycle que la députée de 47 ans marque les esprits. Elle refuse les repas organisés par des lobbys, après avoir découvert leur fonctionnement en début de mandat. Renvoie les cadeaux qu’elle reçoit ou les donne pour la tombola d’une école. Transmet ses relevés de comptes à l’association Pour une démocratie directe, qui évalue l’utilisation des indemnités des parlementaires. Met sur pied un jury citoyen afin que la distribution de sa réserve parlementaire, ces 130 000 euros que chaque parlementaire peut distribuer chaque année, n’alimente des pratiques clientélistes. Isabelle Attard choisit aussi de limiter sa carrière politique : elle ne fera pas plus de deux mandats.

De l’auto-stop aux apéros citoyens

Ces mesures, celle qui était directrice de musée les appelle des « garde-fous ». Pour rester les pieds sur terre : « Quand on est élue députée, on peut très vite être coupés de la réalité. Nous vivons en vase clos. Au bout de quelques mois, certains de mes collègues sont devenus imbus d’eux-mêmes. » Dans la circonscription d’Isabelle Attard, la réalité est bien loin des conditions confortables de l’Assemblée. Une partie du territoire est marquée par la pauvreté ou la précarité, le sentiment d’être abandonné. Dans de nombreux villages, le vote Front National avoisine les 40 %. « Il faut engager la discussion avec ces électeurs pour pouvoir débattre. Sinon, on ne peut pas avancer », affirme la députée qui prône une politique sociale inclusive pour lutter contre l’extrême droite.

Dans sa boîte à outils, la candidate a toujours de petites vidéos sur l’immigration [3]. Elle utilise aussi des posters sur la concentration des médias, le cumul des mandats, la pauvreté et les fausses idées sur les bénéficiaires du RSA, ou encore l’évasion fiscale. Elle les brandit lors des apéros citoyens organisés pendant la campagne. Le principe : une douzaine de personnes prennent l’apéritif, chez un particulier, autour de la candidate qui amène boissons et gâteaux. La discussion peut durer trois ou quatre heures ! L’année dernière, Isabelle Attard a également marché pendant plusieurs jours, en dormant chez l’habitant. Cette année, elle passe des journées à faire de l’auto-stop. Organise des réunions publiques thématiques, fait venir François Ruffin [4] pour une diffusion du documentaire « Merci Patron », à Isigny-sur-Mer, là où le chômage et la précarité sont élevés. Objectif : susciter la parole et les débats, favoriser l’horizontalité, faire de la politique autrement à base d’éducation populaire et de simplicité.

« Il y a plus de choses qui nous rassemblent que ce qui nous séparent. »

Il faut dialoguer avec les électeurs attirés par le FN, convaincre les déçus de la politique, ceux qui se sentent abandonnés… Une condition pour espérer l’emporter dans cette circonscription traditionnellement conservatrice. Au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon ont totalisé un peu plus de 20 % des voix. Mais outre le bilan de son mandat et l’éthique en politique qu’elle incarne, Isabelle Attard peut compter sur le soutien d’une grande partie des forces de gauche (EELV, France Insoumise et PC) derrière sa candidature « citoyenne ». Même le PS a décidé de ne pas présenter de candidats, officiellement suite à l’accord passé entre EELV et le PS, avant le premier tour de la présidentielle. Dans les faits, Isabelle Attard n’a jamais négocié pour bénéficier de ce retrait.

« Elle s’est imposée par ce qu’elle a fait pendant ces cinq années et la manière dont elle le fait », estime Jacques, un de ses soutiens marqué entre autres par le combat de la députée contre le harcèlement sexuel [5]. « Nous avons des différends, notamment sur le nucléaire, souligne Jean Lebon, militant communiste, ancien secrétaire départemental venu participer au banquet républicain. Mais elle s’est battu contre la loi El Khomri. Elle défend les plus démunis et essaie de faire vivre la démocratie au quotidien, en dehors des jours d’élection. Au final, il y a plus de choses qui nous rassemblent que ce qui nous séparent. »

Lors de son banquet républicain, alors qu’Emmanuel Macron vient d’être intronisé, Isabelle Attard fustige le détournement des mots, notamment le terme de « progressisme ». « L’écologie raisonnable, c’est y aller mollo sur les normes ?, interroge-t-elle. C’est laisser les lobbies tranquilles, les multinationales augmenter tranquillement leur profits, et faire en sorte que nous fermions les yeux ? ». « Nos opposants ont de l’argent, le soutien des banques et des multinationales. Nous, nous avons la force du nombre ! A condition de ne pas être divisé. Ici, on est parvenus à ce rassemblement. Ce n’est pas là que le Débarquement a commencé ? », lance-t-elle, en référence au débarquement allié, le 6 juin 1944, sur les plages normandes qui bordent sa circonscription.

Enora le Pape (Rennes) : une demandeuse d’emploi pour « l’urgence sociale et l’écologie »

C’est par la solidarité internationale qu’Enora le Pape, 34 ans, est arrivée à la France insoumise. Titulaire d’un master en droit et pratique de la solidarité internationale, elle a vécu 10 ans en Équateur où elle a constaté, navrée, à quel point les décisions politiques prises au Nord impactent les pays du sud, et notamment les paysans. « Ils ont de grandes difficultés à mettre en place leur souveraineté alimentaire alors qu’ils ont tout ce qu’il faut sur place pour le faire, en matière de climat et de terres, affirme la jeune femme. Le projet de la France insoumise est très clair là dessus : on produit en France pour consommer localement, avec un respect pour les paysans d’ici. Et on évite les échanges inégaux encouragés par les traités de libre échange. »

Enseignante et coordinatrice de projets dans le monde associatif, elle est revenue en France au début de l’été 2016 et s’est aussitôt investie dans un groupe d’appui à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. « J’ai voté pour lui en 2012 et suivi de près la création du mouvement de la France insoumise, raconte-t-elle. Et comme je suis demandeuse d’emploi, je suis assez disponible. » Pendant plusieurs mois, elle assiste aux réunions, organise des débats, tracte en faveur de son candidat. Le 26 mars dernier, c’est elle qui introduit Jean-Luc Mélenchon lors de son meeting à Rennes, qui réunit 10 000 personnes.

Renouveler le profil des députés

Fin 2016, quand est venu le moment de choisir des candidats pour les législatives, elle est naturellement désignée. « J’ai été poussée par le groupe d’appui. Et élue début janvier par une quarantaine de personnes. Il n’y avait personne contre moi. Le fait que je sois une femme a compté ; c’est important pour nous qu’elles soient plus présentes en politique. Mon statut de demandeuse d’emploi a aussi pesé dans le choix. Au niveau national, parmi les candidats de la France insoumise, il y a 12% de demandeurs d’emplois précaires et étudiants. Actuellement, on ne trouve pas ce genre de profils à l’Assemblée nationale. » La législature sortante ne comptait également qu’un seul ouvrier et trois employés.

L’absence de conflits autour de sa candidature au sein du groupe insoumis local rend les choses plus faciles. « C’est serein, résume-t-elle. Et je suis en plus activement soutenue par ma famille et par mon mari. » Outre les traditionnels rencontres d’électeurs sur les marchés, et lors des meetings, la candidate prévoit des rendez-vous plus "ciblés", avec des associations de promotion du vélo par exemple, mais aussi les pompiers en grève ou les syndicats des personnels hospitaliers.

Face à un avocat et un professionnel de la politique

La campagne face à ses adversaires politiques risque d’être bien moins sereine. La circonscription où elle se présente est ancrée à gauche, mais Jean-Luc Mélenchon y est arrivé deuxième avec 24% des suffrages, loin derrière Emmanuel Macron (33%). La demandeuse d’emploi y affrontera un avocat, Florian Bachelier, candidat d’En marche, ainsi qu’un professionnel de la politique, le socialiste Emmanuel Couet, maire de Saint-Jacques de la Lande, président de Rennes métropole, et élu depuis quinze ans. Sans oublier un candidat écologiste, Mathieu Theurier, vice-président de Rennes métropole, en charge de l’économie sociale et solidaire.

« Il y a de plus en plus de monde aux réunions publiques, positive Felix Boullanger, son directeur de campagne. Et dans les lieux publics, on est plutôt bien accueillis. » « Les gens sont souvent déçus de constater le peu de place fait à l’écologie ou à l’urgence sociale dans les discours politiques, reprend Enora Le Pape. Nous, c’est la colonne vertébrale de notre projet. » Cette déception se traduira-t-elle dans les urnes en faveur de la trentenaire ?

Nathalie Perrin-Gilbert (Lyon) : « La principale incarnation de la gauche alternative à Lyon »

A Lyon, aux pieds des pentes de la Croix-Rousse, Nathalie Perrin-Gilbert est une figure bien connue de la vie politique locale. Maire du Ier arrondissement de Lyon depuis 2001, cette femme de 46 ans est devenue une des principales opposantes à la « Collombie », ce système politique, tendance centriste, mis en place par le nouveau ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui régit l’ensemble des affaires politiques lyonnaises depuis plusieurs années, et élu depuis 35 ans ! [6]. « Nathalie est la principale incarnation de la gauche alternative à Lyon, elle s’est toujours élevée contre les politiques libérales de Collomb », souligne Alexandre Chevalier, militant politique à ses côtés depuis plusieurs années.

Des coups, sa carrière politique en connaît quelques-uns : en décembre 2013, elle occupe avec quelques militants un collège désaffecté du Ier arrondissement lyonnais afin d’y reloger des familles sans-abri. Une revendication qui lui vaudra de passer près d’une dizaine d’heures en garde à vue pour « incitation à la rébellion » [7]. Le tout couronné des reproches du maire de Lyon, dont elle est alors conseillère municipale dans la même majorité, Gérard Collomb estimant « complètement irresponsable qu’on appelle à l’occupation de locaux publics »… Un épisode qui convainc André Gachet, acteur historique du logement à Lyon, de « son courage politique » : quelques mois plus tard, l’homme s’engage aux côtés de la maire pour les élections municipales et devient son adjoint aux services sociaux.

Du PS à un mouvement citoyen

A l’été 2016, nouvel affrontement public entre les deux édiles : tandis que les fontaines d’un jardin municipal ont été coupées suite à l’installation de familles « nomades » à proximité – afin de ne pas « laisser ce parc devenir un camping sauvage » [8] – Nathalie Perrin-Gilbert saisit directement le Défenseur des Droits. « C’est une femme de caractère, elle a un côté ‘‘Insoumis’’ avant l’heure », analyse un observateur local.

Comme Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Perrin-Gilbert est une ancienne transfuge du PS au sein duquel elle a milité pendant 20 ans, jusqu’à y occuper les fonctions de secrétaire nationale chargée du Logement en 2008 lorsque Martine Aubry prend la tête du parti. Elle s’en trouve exclue quand, aux élections municipales de 2014, elle décide de concourir à un troisième mandat aux côtés du Front de Gauche et du GRAM, le Groupement de Réflexion et d’Actions Métropolitaines. C’est sous les couleurs de ce mouvement citoyen qu’elle a co-fondé en 2012 qu’elle se présente aujourd’hui aux élections législatives dans la deuxième circonscription du Rhône, là où elle avait été élue suppléante du député PS Pierre-Alain Muet de 2007 à 2012. Ce dernier ne se représente pas mais soutient la candidature de Nathalie Perrin-Gilbert, qui n’aura pas de candidat socialiste face à elle.

Une gauche lyonnaise divisée qui hypothèque ses chances

Avec une suppléante issue du Parti Communiste, Nathalie Perrin-Gilbert a donc réussi à construire autour d’elle un rassemblement politique assez large, du PC au Parti Socialiste, en passant par Ensemble ! (le mouvement de clémentine Autain) et même le Parti Pirate. C’est pourtant bien d’une candidature citoyenne qu’elle se revendique en premier lieu : Nathalie Perrin-Gilbert a ainsi participé, au début du mois de mai, à la présentation des candidats « hors-parti » organisée à Paris par le mouvement de l’Archipel citoyen, aux côtés d’Isabelle Attard, Caroline de Haas ou Ben Lefetey [9].

Pourtant, en dépit de ses proximités et de son soutien à Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle, Nathalie Perrin-Gilbert ne sera pas soutenue par le mouvement de la France Insoumise, qui présente un candidat face à elle. « C’est un cas un peu compliqué, a tenté d’expliquer Nicole Benayoun, coordinatrice du Parti de Gauche à Lyon, parti qui participe à la majorité municipale auprès de Nathalie Perrin-Gilbert dans le Ier arrondissement. Nous lui avons ouvert les portes et proposé de nous rejoindre, mais elle a souhaité maintenir sa candidature sans signer notre Charte des candidats. » Cas de figure identique du côté d’EELV, qui présente également un candidat : « La posture d’EELV est la même partout : pour parler d’écologie, il faut présenter des écologistes », justifie Émeline Baume, également conseillère municipale dans le Ier arrondissement, qui rappelle qu’il y a deux tours aux élections législatives : « C’est donc important de maintenir une diversité d’offres au premier tour. » Sauf qu’à Lyon, berceau du macronisme, cette désunion pourrait coûter le deuxième tour à une circonscription historiquement de gauche.

Barnabé Binctin (à Marseille et Lyon), Nolwenn Weiler (à Rennes), et Simon Gouin (à Bayeux)

Photos : à Marseille, Jean de Peña (Collectif à-vif(s)) ; à Rennes, Laurent Guizard.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos