L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des actualités qui font sens et à des analyses sérieuses et dont les sources ont été vérifiées. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre 60 000 €, afin que nous continuions à enquêter en toute indépendance et à produire des analyses sérieuses et vérifiées.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

À lire sur Rue 89

Le « grand remplacement » : l’idée raciste qui se propage

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Zemmour, Rioufol et la famille Le Pen utilisent l’expression. Celle-ci dénonce le prétendu « remplacement » du peuple français par d’autres peuples. Décryptage.

« Le grand remplacement », l’expression qui dénonce le prétendu « remplacement » du peuple français par d’autres peuples, plaît depuis longtemps dans les milieux d’extrême droite. Grâce aux éditorialistes Eric Zemmour ou Ivan Rioufol et à la famille Le Pen, elle occupe de plus en plus d’espace médiatique.

Le concept a été théorisé par Renaud Camus, écrivain doué, ancien militant gay dandy loufoque, qui a adopté une vision du monde raciste et paranoïaque.

Depuis dix ans, l’écrivain habite dans un château médiéval du Gers, dont il monte et descend l’escalier en colimaçon, en se plaignant des problèmes de chaudière. Il regarde, de sa tour de pierre, la France disparaître sous les vagues migratoires.

C’est au milieu des années 90, à Lunel (Hérault), petite ville fortifiée et « ronde », qu’il a pris conscience du phénomène et qu’il a conçu l’expression. Dans son texte « Le Grand Remplacement » (Ed. David Reinharc, 2011), il écrit :

« En traversant cette zone littorale de l’Hérault, ce que je voyais était différent des problèmes des cités […]. Aux fenêtres et sur les seuils de ces très vieilles maison, une population inédite […]. Comme si pendant le temps de notre vie, et moins encore, la France était en train de changer de peuple. »

Selon lui, les immigrés sont en grande partie responsables de la « nocence » (atteinte à la nature et à la qualité de vie). Cela va du « vol à main armée » aux « exigences de regards baissés ».

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos