Dialogue social ?

Le gouvernement réprime une manifestation pour le droit au logement

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Ce 19 octobre était organisée une journée pour le droit au logement dans plusieurs capitales européennes. A Paris, Place de la République, 200 participants ont été bloqués par les forces de l’ordre alors que le rassemblement était, selon les organisateurs, autorisé. Les manifestants ont été confinés sur la place pendant plus de 5 heures, essuyant des coups de la part des policiers. Quatre personnes ont été blessées, dont au moins une a été hospitalisée (voir les vidéos ci-dessous). Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit au logement, lui-même blessé, a dénoncé des « violences inacceptables ». Pour le Parti de Gauche, « cet épisode confirme une nouvelle fois combien ce gouvernement, servile face à la finance, est brutal avec les faibles » [1].

De Berlin à Budapest en passant par Athènes, Amsterdam ou Madrid, les initiateurs de la journée demandaient notamment « la réquisition urgente des logements vides, la mise en place de contrôle stricte des loyers dans les secteurs privés et publics, la fin de la financiarisation et de la privatisation du logement ». A Rome, la manifestation contre l’austérité a réuni 60 000 personnes. Des affrontements se sont produits devant le ministère de l’Économie.

A Chypre, pour venir en aide aux locataires et aux petits commerçants, le Parlement a voté le 17 octobre une loi imposant une baisse de 15% à 20% des loyers et des baux commerciaux (lire ici). Une loi votée par... les socialistes locaux.


Images de Rome, devant le ministère de l’Economie :

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos