Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Injustices

La pollution de l’air tue chaque année 600 000 enfants dans le monde

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Plus de 90 % des moins de 15 ans vivent dans un environnement où les taux de certaines particules fines dépassent les normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) [1]. C’est ce qu’affirme un rapport de l’organisation internationale publié fin octobre. Il alerte tant sur la pollution extérieure – causée par les émissions des véhicules, l’utilisation de combustibles fossiles par l’industrie et l’incinération des déchets – que sur la pollution intérieure – principalement due à l’utilisation de combustibles comme le charbon, le fioul ou le bois pour cuisiner et se chauffer. Or, les enfants y sont particulièrement vulnérables pendant leur développement in utero et leurs premières années de vie, puisque leurs poumons sont en plein développement. Ils respirent par ailleurs plus vite que les adultes, inspirent donc plus d’air et par conséquent, plus de polluants.

Les pays pauvres, principaux concernés

Deux types de pollution sont prises en compte : la pollution atmosphérique – à l’extérieur – et la pollution intérieure. En 2016, 4,2 millions de personnes sont mortes prématurément à cause de la première, dont 300 000 enfants. C’est plus que les effets conjugués de la malaria, la tuberculose et le virus du sida, remarque l’OMS. Avec la pollution intérieure, qui se combine souvent à la pollution atmosphérique, l’OMS estime que ce sont, au total, 600 000 enfants qui sont morts prématurément des suites de la pollution de l’air. La plupart d’entre eux étaient âgés de moins de 5 ans.

L’immense majorité de ces jeunes victimes vivent dans des pays pauvres, et plus particulièrement parmi les communautés les plus pauvres, notamment en Afrique, dans le Sud-Est asiatique et dans les pays situés à l’Est de la Méditerranée. Les femmes et les jeunes enfants, qui passent beaucoup de temps à l’intérieur des maisons, sont particulièrement touchés par la mauvaise qualité de l’air intérieur. Avec les fumées de cuisinières sommaires à bois, charbon ou fioul, les niveaux de pollution sont parfois cinq à six fois plus élevés que ceux que l’on observe à l’extérieur. Les émissions de particules fines peuvent atteindre des niveaux 100 fois plus élevés que les recommandations de l’OMS.

En Europe, l’air n’est pas sain non plus

Les enfants qui ne meurent pas subissent malgré tout les conséquences de cette pollution. L’exposition à la pollution de l’air pendant la grossesse et au cours des premières années entraîne des probabilités accrues de naissances prématurées, de faibles poids à la naissance, l’altération du développement neuronal, des infections respiratoires, des risques augmentés de leucémies… Les enfants exposés développent ensuite davantage de maladies à l’âge adulte.

Les risques mortels sont bien moindres en Occident, notamment en Europe. Mais les taux de polluants dans l’air que les enfants respirent y dépassent régulièrement les normes prescrites par l’OMS, en particulier dans le Nord de l’Italie, en Pologne, en Grèce, ou en région parisienne. Selon l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), les concentrations de particules fines ont causé la mort prématurée de 422 000 personnes en 2015 (dont 62 300 en Allemagne, 60 600 en Pologne, 44 500 en Italie et 35 800 en France).

En mai dernier, la Commission européenne, après plus de 10 ans de mises en garde, a renvoyé la France – ainsi que l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, la Hongrie et la Roumanie – devant la Cour de justice de l’Union européenne pour non-respect des normes de qualité de l’air, avec des taux de dioxyde d’azote (NO2) bien trop élevés, principalement dus aux moteurs diesel. À Paris, en 2016, les concentrations annuelles NO2 ont ainsi atteint 96 µg/m3, soit plus du double que la valeur limite européenne, fixée à 40 µg/m3. Treize autres zones sont concernées par des dépassements des normes : Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Valence, vallée de l’Arve, Strasbourg, Reims, Montpellier, Toulouse et la Martinique.

Nolwenn Weiler

Photo : Pollution de l’ait à Delhi, en Inde

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos