L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des actualités qui font sens et à des analyses sérieuses et dont les sources ont été vérifiées. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre 80 000 €, afin que nous puissions continuer à enquêter et produire de l’information en toute indépendance.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

À lire sur Street Press

La folle journée de Mourad Hamyd

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

C’est en squattant les réseaux sociaux qu’Anyce D. a appris qu’un de ses meilleurs potes était recherché par toutes les polices de France. Peu avant 20h, alors qu’il suit sur Twitter la chasse à l’homme des assaillants de Charlie Hebdo, il découvre que son ami d’enfance et camarade de classe Mourad Hamyd fait partie des 3 suspects. L’information lui fait l’effet d’un coup de poing. Car Anyce était avec Mourad au lycée Monge de Charleville, le matin même de l’attentat, à la pause de 10h et à la sortie des cours vers 12h30 :

« C’est complètement fou ! Comment il aurait pu descendre à Paris, commettre un attentat à 11h30 et revenir dans l’heure au lycée, à Charleville-Mézières ! »

Tout de suite après, Anyce découvre les appels à assassiner son copain, qui se multiplient sur les réseaux sociaux, nom et prénom à l’appui : une page « La peine de mort pour Saïd Kouachi, Chérif Kouachi et Hamyd Mourad » se monte. Certains demandent à « ce qu’on les retrouve et les brûle vivants. » Les internautes demandent « une balle pour eux maintenant ».

On n’est pas loin du scénario de la chasse à l’homme (link is external) sur les réseaux sociaux après les attentats de Boston. À l’époque, les internautes avaient cru reconnaître sur une photo un étudiant, qui s’était suicidé. Il est vrai que le grand écart est énorme : i-Télé annonce que Mourad aurait été au volant d’un scooter T-max « comme Mérah », Anyce était avec lui à la récrée.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos